Avoir des frères aînés augmenterait la probabilité d’être homosexuel selon une étude

Frères aînés Homosexuel

12/11/2017 – 06h55 Toronto (Breizh-Info.com) – C’est une étude publiée le 12 juin dernier qui a récemment été discutée parmi les spécialistes de la question. Selon les résultats de cette méta-analyse menée par Ray Blanchard, chercheur à l’université de Toronto, les hommes ayant des frères aînés auraient environ 47 % de probabilité de plus d’être homosexuels. Explications.

Le fait d’avoir des frères aînés augmenterait la probabilité d’être homosexuel

Pour arriver à cette conclusion étonnante, le chercheur canadien a réalisé une méta-analyse, c’est-à-dire une synthèse de plusieurs études afin d’en tirer des conclusions solides puisque reposant sur un nombre de cas très significatifs. En l’espèce, la méta-analyse a porté sur 26 études réunissant 7 140 homosexuels et 12 837 hétérosexuels.

Pour les amoureux des mathématiques et des statistiques, voici le calcul du chercheur lui permettant d’obtenir son « Older Brothers Odds Ratio » (littéralement « Ration des probabilités liés aux frères aînés ») :
(frères aînés des homosexuels ÷ autres frères et sœurs des homosexuels) ÷ (frères aînés des hétérosexuels ÷ autres frères et sœurs des hétérosexuels).
Un ratio de 1 représente un effet nul sur l’orientation sexuelle tandis qu’une valeur supérieure à 1 montre une corrélation positive avec le fait que posséder des frères aînés augmente la probabilité d’être homosexuel chez les hommes.

La méta-analyse menée par Ray Blanchard conclut que « la preuve de l’importance de cet effet est claire. »

Une réelle importance ?

Rappelons que si le chiffre de 47 % peut paraître important, il s’applique sur un pourcentage de la population déjà extrêmement faible. En effet, selon l’enquête « Contexte de la sexualité en France » menée en 2007, seuls 1,1 % des hommes français se définiraient comme homosexuels et 1,1 % supplémentaire bisexuels.

Cet effet, significatif, ne fait évidemment pas de tous les cadets d’une fratrie des homosexuels. Cela signifie seulement – grossièrement – qu’un homme ayant plusieurs frères aînés a moitié plus de probabilité de faire partie des 1,1 % d’homosexuels français.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine