La prise d’assaut d’un bus sur l’île Beaulieu par une quinzaine de jeunes délinquants dans la nuit du 29 au 30 septembre continue de faire des vagues au sein de la SEMITAN – d’autant que le PCC s’est bien gardé de prévenir les agents qui roulaient cette nuit, la direction a gardé un silence radio y compris vis-à-vis de ses agents. Nous avons rencontré un conducteur de bus de nuit, qui n’est pas très étonné.

« Bien sûr que le PCC n’a prévenu personne, surtout pas les conducteurs dans le même secteur. Ils ont peur que nous fassions usage de notre droit de retrait, que nous rentrions le matériel, que la circulation s’interrompe. Et là les nantais verront bien que c’est le bordel et l’insécurité – pour les politiques qui donnent leurs ordres à la direction, ce n’est pas possible. Seule compte pour eux l’exploitation, les agents, les conducteurs, ils s’en fichent ».

Toutes les nuits, « c’est chaud. Surtout les lignes C1, C2, C5 quand il y a des soirées étudiantes, c’est l’alcool et le bordel ». D’ailleurs, il suffit de remarquer les détails : tout comme les codes sur les portes des WC des établissements proches de la place du Commerce trahissent l’énorme problème posé par l’épicentre du deal de drogue qu’est devenue la station de la ligne 1, la nuit, seule une des deux portes battantes de l’avant du bus s’ouvre. « C’est à cause des agressions, ça permet de canaliser le flux et de voir qui entre ».

La pire ligne ? « C’est la C7 [Thouaré Trianon – Souillarderie], entre les Roms et le quartier de la Bottière, c’est souvent difficile. Déjà les Roms, ils ne paient jamais, et puis le quartier de la Bottière, ce n’est pas simple toutes les nuits non plus. Mais de manière générale, toutes les lignes ont leurs points chauds : soit les quartiers sensibles, soit les boîtes de nuit qui sont dessus. Fêtards, alcooliques, délinquants, c’est difficile toutes les nuits et il y a souvent des problèmes de sécurité ».

D’autant que les contrôleurs ne sont pas très motivés pour y aller. « Il y a cinq mois, ils ont fait un contrôle renforcé, et il y en a deux qui ont été agressés et blessés à Poincaré [près du quartier multiethnique des Dervallières, à l’ouest du centre-ville de Nantes] Un contrôle renforcé, c’est quand ils se mettent à toutes les portes, les contrevenants ne peuvent sortir. Sauf qu’ils sont passés en force, il y a eu des coups d’échangés et des ITT pour les contrôleurs. Qui ne sont plus très motivés pour recommencer alors que nous on a besoin d’eux. La nuit, on est seul. Si nous étions plus nombreux dans les bus pour gérer la population, ça irait peut-être mieux ».

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

1 COMMENTAIRE

  1. […] – Près de Lyon, le pari “à 80% réussi” d’un village d’insertion de Roms. In: La Croix. 04.10.2018. https://www.la-croix.com/France/Pres-Lyon-pari-80-reussi-village-insertion-Roms-2018-10-04-1300973644 – Bordeaux : un incendie se déclare dans un camp de Roms à Villenave-d’Ornon. In: FR3 France Info. 01.10.2018. https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/bordeaux-incendie-se-declare-camp-roms-villenave-ornon-1550650.html – Toulouse : démantèlement d’un camp de roms dans le quartier Saint-Cyprien. In: FR3 France Info. 02.10.2018. https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/toulouse-demantelement-camp-roms-quartier-saint-cyprien-1551026.html – Essonne. 6 camps de Roms évacués le long de la RN 104. In: Actu.fr. 04.10.2018. https://actu.fr/ile-de-france/corbeil-essonnes_91174/essonne-6-camps-roms-evacues-long-rn-104_18903186.html – Corbeil-Essonnes : des campements Rom évacués. In: Le Parisien. 05.10.2018. http://www.leparisien.fr/actus/evacuation-campement-roms – Nantes. Un conducteur de bus de nuit : «Pour la direction, seule compte l’exploitation, les conducteurs ils s’en fichent ». In: Breizh Info. https://www.breizh-info.com/2018/10/02/103253/nantes-bus-semitan-agressions […]

Comments are closed.