Un migrant marocain a mis le feu à un commissariat de police local près de Modène en Italie. L’incendie a fait deux morts et 20 blessés.

Migrant marocain criminel

La scène s’est déroulée à Mirandola, une ville de 25 000 habitants située à quelques kilomètres au nord de Modène, en Italie. Un migrant marocain de 18 ans a incendié un commissariat de police local. C’est aux alentours de 3 h du matin le 21 mai que le clandestin s’est introduit dans les locaux avant de mettre le feu à des meubles. En s’emparant au passage d’un gilet pare-balles et d’un téléphone portable.

De plus, cet acte criminel a causé la mort de deux femmes, une Italienne de 84 ans et sa soignante ukrainienne de 74 ans. Par ailleurs, 20 personnes ont également été blessées lors de l’incendie qui a causé une explosion dans un appartement du même immeuble ainsi qu’un important dégagement de fumées, entraînant des intoxications. Le migrant a été arrêté au matin.

Le Marocain, faux mineur, devait être expulsé

Un geste qui pourrait être un acte de vengeance selon certains médias italiens. Car le migrant en question n’était pas un inconnu des services de police. Il avait déjà été arrêté à la gare Termini à Rome le 14 mai dernier et devait être expulsé. Toutefois, il n’avait pas fait l’objet d’une mesure de rapatriement. À croire que le durcissement de la politique migratoire italienne depuis l’arrivée de Matteo Salvini au ministère de l’Intérieur est encore insuffisant.

D’autant plus que cet extra-européen en situation illégale sur le sol italien avait déjà de nombreux antécédents judiciaires. Le Marocain cherchait également à se faire passer pour un mineur de 16 ans. Mais la réalisation de tests médicaux a révélé une vérité bien différente : il s’agit d’un adulte âgé de 18 ans au moins.

Matteo Salvini réagit

Dès qu’il a appris la nouvelle, le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini a réagi sur Twitter :
« Dans la province de Modène, à

Il a aussi déclaré que «  l’immigration clandestine doit être combattue et éliminée ». Avec encore davantage de fermeté, serait-on tenté de lui conseiller.

Crédit photos : Pixabay (Pixabay License/djedj)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine