58 % des Français conseillent aux touristes étrangers en vacances en France de goûter au fromage. Mais les crêpes bretonnes vont-elles bientôt détrôner le produit symbole du pays ?

Crêpes bretonnes : la recommandation culinaire des Français

Les Français savent-ils présenter les meilleurs atouts de l’Hexagone aux étrangers ? Un récent sondage, réalisé par le site de locations de vacances Abritel auprès d’un panel de 1 049 individus du 2 au 5 août derniers, met en avant les spécialités culinaires, les merveilles rurales immanquables ainsi que les activités de vacances conseillées par les français aux touristes étrangers en vacances dans l’hexagone.

Quels sont les conseils que donneraient les Français aux touristes étrangers en vacances dans le pays ?

La France regorge de spécialités culinaires que les français sont toujours fiers de promouvoir. Certaines se situent dans des régions bien spécifiques quand d’autres peuvent être trouvées à travers tout le pays. C’est le cas du fromage, qui selon le sondage en question, est la spécialité la plus recommandée par les français, citée par 58 % d’entre eux. La Bretagne est également à l’honneur avec 34 % des répondants conseillant aux touristes étrangers de goûter aux crêpes et galettes suivi du Sud-Ouest avec son fameux cassoulet (31 %).

crêpes

Vallée de la Loire et Corse

En termes de merveilles rurales, l’Hexagone n’est pas en reste et dispose de nombreux sites dignes d’intérêt. Ainsi, 33 % des Français recommandent aux touristes étrangers de se rendre dans la Vallée de la Loire pour admirer les berges du fleuve et ses châteaux (région Centre Val de Loire). Le Bassin d’Arcachon avec la Dune du Pyla et les cabanes sur pilotis en Nouvelle Aquitaine arrivent en seconde position (31 %) quand les Calanques de Piana, ses falaises vertigineuses et la réserve naturelle de la Scandola en Corse (30 %) consolident le top 3 des sites conseillés par les Français.

Quant aux activités, les Français ont des goûts éclectiques en la matière, particulièrement pendant les périodes de vacances. Un séjour en France est donc l’occasion de découvrir leurs pratiques favorites. La pétanque (72%) se démarque donc comme première activité de vacances conseillées par les Français à des vacanciers étrangers. Même si cette activité est née à la Ciotat, dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, elle est aujourd’hui largement pratiquée dans tout le pays. La pêche (40 %) et le paddle (29 %) font également partie des recommandations pour les touristes en vacances en bord de mer ou au bord d’un lac.

Français à l’étranger : une communication délicate ?

L’étude aborde également la façon de communiquer des vacanciers français lors d’un voyage dans un pays non francophone. La majorité des Français voyageant dans de telles contrées pendant leurs vacances déclarent parler en anglais (62 %) pour se faire comprendre du plus grand nombre. La langue de Shakespeare étant la langue la plus internationale, sa pratique facilite les échanges presque partout.

Mais les Français ne sont pas réputés pour être des champions lorsqu’il s’agit de parler les langues étrangères. Par ailleurs, la France se situait en 2017 au 25ème rang du classement du TOEFL, le test international d’anglais.

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que 38 % des sondés déclarent parler avec les mains et les expressions du visage pour se faire comprendre lors de leurs voyages. Ils sont ensuite 29 % à s’aventurer à parler en français en espérant que quelqu’un comprenne ! Par ailleurs, l’étude met en avant l’utilisation des applications de traduction (28 %) contre 21 % pour la consultation des dictionnaires bilingues, démontrant ainsi l’évolution induite par l’usage des nouvelles technologies dans le domaine du tourisme.

Mais, compte tenu du succès de nos crêpes, cidres et autres spécialités, les Français devront peut-être bientôt se mettre à parler breton pour continuer de séduire les touristes étrangers.

Arthur Keraudren

Crédit photo : Wikimedias Commons (CC/JPS68)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine