Clément Viktorovitch devrait réviser ses classiques – cela lui permettra peut être de cesser un instant de distribuer les bons et mauvais points aux personnalités politiques.

La semaine dernière, sur Canal +, ce dernier, qui se livrait à une diatribe contre Marine Le Pen, a voulu imager « la peur » distillée par Marine Le Pen selon lui, par une syllepse qu’elle aurait faite. Une syllepse est « Une tour syntaxique qui consiste à faire l’accord des mots selon le sens, et non selon les règles grammaticales (ex. « minuit sonnèrent ») »

Et Clément Viktorovitch de citer, pour imager auprès des invités qui n’ont pas l’air de comprendre son langage, une phrase d’Andromaque : « Je percerai le cœur que je n’ai pu toucher ». Une phrase qu’il attribue…à Shakespeare, alors qu’Andromaque est un classique de la littérature écrit par Jean Racine.

Cela n’a pas manqué de faire sursauter des internautes, un peu plus au fait visiblement de leurs classiques que Clément Viktorovitch. On notera le niveau affligeant du plateau télévisé, sur lequel personne n’a été capable de reprendre le chroniqueur.

Va Clément, on ne te hait point ! Litote librement inspirée…. de Corneille (pas de Shakespeare non plus)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine