Jacques Chirac : un « antiraciste » encore trop raciste pour certains ? [Vidéo]

A LA UNE

Les hommages se succèdent depuis le décès de Jacques Chirac. Mais dans certains établissements scolaires de France, la minute de silence dédiée à l’ancien chef d’État n’est pas du goût de tout le monde.

Des minutes de silence critiquées

Si un sondage réalisé après la disparition de Jacques Chirac indique qu’il est, aux yeux des Français, leur président préféré (à égalité avec Charles de Gaulle) de la Ve République, des « couacs » ont été à signaler concernant les hommages censés être rendus dans les établissements scolaires. À commencer par certains représentants syndicaux de l’enseignement. Comme Jules Siran, co-secrétaire fédéral du syndicat Sud-Éducation (et par ailleurs enseignant à Bobigny en Seine-Saint-Denis) invité par Jean-Jaques Bourdin.

Le syndicaliste appelait à ne pas respecter la journée de deuil national dans les écoles en ne mettant pas en place la minute de silence demandée par le ministère de l’Éducation nationale.

Jules Siran en profite aussi pour critiquer dans le même temps la messe solennelle en l’hommage de Jacques Chirac qui s’est tenue en l’église Saint-Sulpice à Paris. Probablement pas assez laïque et républicaine pour l’enseignant ? « L’ensemble du dispositif n’est pas à même de construire un esprit critique pour les élèves », déclare-t-il.

Jacques Chirac : un antiracisme mal récompensé ?

Mais d’autres voix se sont aussi faite entendre sur la pertinence de cette journée de deuil national demandée dans les établissement scolaires. Pour diverses raisons. À commencer par le fait que, pour une partie des « nouvelles générations », Jacques Chirac est presque un inconnu. C’est ce qu’a souligné, à sa façon, Anasse Kazib sur RMC :

De plus, les déclarations de Jacques Chirac en 1991 sur le « bruit et l’odeur » des immigrés ont pris le pas sur le reste des actes et déclarations de l’ancien président de la République pour d’autres :

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tenté de corriger sa saillie de 1991 par la suite. De la France « plurielle » à son refus du débat avec Jean-Marie Le Pen en 2002 en passant par le regroupement familial, Jacques Chirac, président de la génération « black-blanc-beur », restera donc trop « à droite » pour certains. Une droite qui commence très à gauche…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Tyrannie sanitaire en Loire-Atlantique : malgré le Pass sanitaire, le port du masque à nouveau obligatoire dans les bars et restaurants de 68 communes

Puisqu'on vous dit que le Pass sanitaire est avant tout un outil de contrôle des populations et qu'il ne...

Tyrannie sanitaire. « Non à l’état d’urgence sans fin ». De nouvelles manifestations le 30 octobre notamment à Saint-Brieuc et à Vannes

De nouvelles manifestations sont prévues, contre la tyrannie sanitaire, le 30 octobre notamment à Saint-Brieuc et à Vannes, mais...

Articles liés