suède

En Suède, le gouvernement a accordé une subvention de 160 000 € du Swedish Inheritance Fund – un organisme public qui gère l’argent de l’héritage des Suédois morts sans héritiers – pour financer un projet de lecture d’histoires pour enfants par des drag queens.

Drag queens : « lecture de contes non-genrés » pour enfants à Paris

Des drag queens faisant de la lecture aux enfants dans les écoles : une idée saugrenue mais pas nouvelle. En France, lors de la « Queer Week » (présentée comme une « semaine de réflexion sur les genres, les corps et les sexualités ») qui avait eu lieu en mars dernier, la bibliothèque Louise-Michel, dans le 20ème arrondissement de Paris, avait organisé un « atelier de lecture de contes non-genrés » par des drag queens. Avec un public composé… d’enfants âgés de 7 à 10 ans et de leurs parents, autour « de lectures d’histoires d’aventures, d’amour et de fantaisie ». Tout un programme ! Mais l’idée n’était pas du goût de tous et l’établissement avait par la suite fait face à une vague de protestations.

Mais ce projet de faire appel à des drag queens pour animer des ateliers-lecture a aussi fait son chemin dans d’autres pays. Comme la Suède notamment, jamais en retard en matière de « progressisme » sociétal.

Suède : le gouvernement apporte 160 000 euros… provenant d’héritages

Le gouvernement suédois a ainsi récemment annoncé qu’il allait financer à hauteur de 1,7 million de couronnes suédoises (environ 160 000 euros) une association dénommée « Kulturföreningen Mums », décrite comme étant indépendante de l’État par le journal Pink News, et dont l’objectif est d’élargir « l’offre culturelle suédoise en mettant l’accent sur les questions LGBT+, la diversité et l’égalité ».

Quant à la somme d’argent en question, elle provient du Swedish Inheritance Fund, un organisme d’État qui gère l’argent de l’héritage des Suédois qui meurent sans testament écrit et sans parents proches. Dans les faits, « le projet développera, en collaboration avec des enfants, des jeunes et des adultes handicapés, des contes de fées créatifs et normatifs racontés sous la forme de spectacles de drag queens ».

Plus tôt cette année, l’association « Kulturföreningen Mums », à travers son projet Among Dragons and Drag Queens [NDLR : « Parmi les Dragons et Drag Queens »] a déjà organisé un événement au cours duquel des drag queens ont fait la lecture à de jeunes enfants migrants (dont une grande partie ne parlaient pas suédois) récemment arrivés dans le pays. Ce que certains appellent vraisemblablement « l’intersectionnalité des luttes »…

AK

Crédit photo : Flickr (CC BY 2.0/Hell in a Handbag Productions)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V