Djihadistes : Le Drian lanceur d’alerte ?

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian met en garde contre tout relâchement de la vigilance face aux djihadistes de Syrie : il évoque 10 000 partisans de l’État islamique sur la zone Syrie-Irak, dont certains porteurs de papiers français.

Ces déclarations s’inscrivent dans l’évacuation récente vers la France de djihadistes réfugiés en Turquie, dans le cadre du « protocole Cazeneuve ». Ce protocole prévoyait le retour négocié entre la France et la Turquie de djihadistes – car dans les règles internationales un pays ne peut se débarrasser de criminels étrangers qu’avec l’accord du pays d’origine (la France ou l’Allemagne ont ainsi le plus grand mal à renvoyer des criminels de droit commun immigrés vers leur patrie). Avec ce protocole Cazeneuve, la France, bonne mère, accepte de récupérer ses djihadistes.

Ligne Le Drian contre Protocole Cazeneuve

Cette mansuétude avait semble-t-il été abandonnée par le président Macron. Le protocole Cazeneuve avait été supplanté par la ligne Le Drian : on négocie discrètement avec les Kurdes et les Irakiens pour qu’ils gardent les indésirables. Reprenant le cri des Poilus de Verdun, Le Drian disait en substance : « Ils ne passeront pas ! ».

Les récentes pressions turques ont eu raison de la fermeté du gouvernement français. Mais il semble que le débat à l’intérieur de l’appareil d’État reste vif.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

Catalogne. Selon un sociologue, les djihadistes sont inspirés par la Reconquista et une « une énorme haine pour la société d’accueil »

En ce moment a lieu en Espagne le procès des djihadistes de la cellule de Ripoll, animée par un imam marocain déjà cité dans...

Avoir laissé les frontières ouvertes : l’erreur gravissime qui vaut à la France une épidémie de covid-19 sévère

On se souvient de la palinodie gouvernementale des masques chirurgicaux, d’abord inefficaces puis obligatoires. Mais il y a bien plus grave. Au mois de...

Jean-Yves Le Drian : sa signature de ministre aurait rapporté 425 millions de dollars à Bernard Arnault

Le 12 septembre dernier, Bernard Arnault, troisième fortune mondiale, reçoit une missive officielle du Quay d’Orsay, signé du ministre des Affaires étrangères en personne :...

Tags islamistes : quand la guerre des mots se déplace sur les murs…

Dans une France au bord de l'embrasement, où la décapitation de Samuel Paty est venue rappeler à quel point une société multiculturelle s'avère être...