Fabrice Sommier ou les bons comptes d’un MOF sommelier

A LA UNE

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

Régionales 2021. Avec un score prévu de 66%, l’abstention triomphe et signe l’échec de la Vème République

Les résultats du premier tour des élections régionales et départementales seront publiés à partir de 20 h, ce dimanche 20 juin 2021. Mais déjà,...

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Mais qui est Fabrice Sommier ?

Sans conteste un grand professionnel du vin, l’homme aux lunettes rouges affiche un CV bardé de titres honorifiques et préside la direction du groupe Georges Blanc depuis 2018. Son heure de gloire intervient en 2007 avec l’obtention du titre de meilleur ouvrier de France en sommellerie qui consacre le plus haut niveau de maîtrise du savoir-faire de la profession en France.

Puis en 2010, il décroche la distinction de « Master of Port », une reconnaissance pointue nécessitant d’appréhender un vin éminemment technique dans son élaboration mais aussi dans  son service. En somme, Monsieur Sommier est un cador, un ponte respecté et courtisé pour son image de fin connaisseur du vin.

Travailler à la transmission du goût pédagogique chez Roche Mazet…

Oui mais un beau parcours ne fait pas tout, selon la bonne vieille règle qui préside à la réussite, il s’agit maintenant de rendre ce que l’on a reçu. Ce dernier le concède sur son site : son titre de MOF  en sommellerie lui impose de «  travailler à une transmission du goût pédagogique ». Alors Fabrice Sommier lance en direction des enfants son projet original « premier accord » : aux fins d’éduquer la sensibilité des enfants à l’alliance des plats avec les jus de fruit artisanaux.

Pleinement investi par sa mission de transmission, il décide d’approfondir sa démarche de passeur du goût pour le compte des marques Roche Mazet et Malesan créées par le groupe Castel. Sur les réseaux sociaux, notre MOF se prête au piquant jeu des accords avec les savoureuses créations de la gamme  « les Accords ».

Des vins de pays caricaturaux et sans âme qui inspirent néanmoins la verve du sommelier au travers de mémorables descriptions laudatives à l’image de celle tenue pour cet assemblage syrah /marselan : « sous une robe rubis avec des reflets framboise très brillants, un nez superbe de cerise et de poivre, de fruit compoté également comme la mûre, le cassis, la bouche est riche, fraîche, élégante, beaucoup de tension également et une finale tout en dentelle ».

À son corps défendant, dans son pitoyable numéro de promotion, Monsieur Sommier nous livre une précieuse leçon de pédagogie : celle qui consiste à regarder le verbiage de la dégustation sensorielle comme un dangereux paravent barrant l’accès à une véritable connaissance du vin. Au final, Fabrice Sommier pourrait user avec autant d’emphase des mêmes afféteries oratoires et resservir ses descripteurs aromatiques rebattus, aussi bien pour le compte d’un roche Mazet que pour un grand vin. Une façon de démontrer que l’art de la sommellerie s’abrite en partie derrière une muraille langagière qui aime associer à la technicité du discours une perception très abstraite et normée des vins, bien en peine d’être contredite par le novice. 

MOF : plus qu’une vocation, une véritable tirelire !

On le devine aisément, un tel abaissement se monnaye chèrement, après tout, tant de sacrifices consentis pour l’acquisition d’un haut niveau de savoir-faire, méritent légitimement une contrepartie sonnante et trébuchante.

Rien d’anormal donc, que de vouloir mordre à la grappe lorsque l’on atteint les sommets de la profession, et puis d’autres le précèdent… Le maître en la matière était Paul Bocuse. D’ailleurs, la vénération de ses pairs n’était sans doute pas étrangère à l’inauguration d’un nouveau modèle d’enrichissement par la vente à prix d’or de l’image du grand chef auprès des grandes marques.

Le problème concerne cette inquiétante systématisation de l’esprit de lucre chez les plus hauts représentants de la sommellerie et de la gastronomie, tous prêts à transgresser les valeurs d’excellence pour lesquelles ils se sont battus durant leur vie. Les visées financières tendent à prendre le pas sur les finalités éducatives du prestigieux concours, en offrant aux apprentis un modèle de starification en décalage complet avec les réalités de chaque métier. Loin de défendre les vertus de l’artisanat, les impétrants roulent à grands frais au service des intérêts d’entreprises en contradiction complète avec la recherche de la qualité alimentaire.

Oh, bien sûr, le grand argument a toujours été de dire qu’il valait mieux s’introduire dans l’ennemi pour infléchir ses pratiques. Comprenez que la caution des grands chefs apposée sur les plats préparés de l’agro-alimentaire procède d’une volonté de pédagogie de l’intérieur…

L’excellence au service de l’indigence

En la matière, la sommellerie décroche la timbale, ses illustres figures stipendiées, patronnent les breuvages les plus insipides sur les catalogues des Foires aux vins. Quand l’excellence se met au service de l’indigence, il y a comme un malaise, curieusement préservé de toute réprobation manifeste. Chez les caciques de l’artisanat, ce blanc-seing à l’enrichissement personnel sonne comme une revanche bien méritée, rétribuant une reconnaissance tardive de l’artisan dans le monde des élites.

En toute logique, lorsqu’il se met à la solde d’un groupe qui sert à la masse non éduquée la tisane du quotidien, Fabrice Sommier ne fait que reproduire cet idéal de perfection en pleine dégénérescence. Mais attention ! Toujours sous le vernis d’une pédagogie de façade, susceptible d’adoucir les remords de conscience de Fabrice Sommier, porteur d’un nom qui l’invite à prendre le chemin de la retraite.

Raphno

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Face aux rodéos urbains, la mairie socialiste de Vaulx-en-Velin propose… une activité motocross aux « jeunes » [Vidéo]

La municipalité socialiste de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, a décidé de proposer une activité « motocross »,...

« Violences policières ». 25 morts en 2020 dont au moins 10 d’origine musulmane

Ils s'appelaient Romain, Toufik ou Olivio. Ils étaient fêtards, camionneurs, cambrioleurs ou terroristes. Tous étaient de sexe masculin, relativement...

Articles liés

Le pinotage, un cépage sud-africain trop méconnu

Aujourd’hui encore, et l’on ne peut que le déplorer, la magie d’un grand pinotage échappe à bon nombre de fins connaisseurs. Une part d’explication tient...

Steven Spurrier, Pio Boffa, Laurent Vaillé : le vin perd 3 grands serviteurs

Funeste série. Le monde du vin déplore la disparition de trois figures majeures, ayant eu dans leur domaine respectif ou au sein de leur...

Un vin blanc italien à moins de 20 euros, consacré au rang de vin exceptionnel par Decanter.

C’est une consécration inhabituelle qui est passée largement inaperçue en France. En cause, notre regrettable nombrilisme qui nous invite à ne porter qu’un intérêt...

Objectif 9000 bouteilles pour la sortie du premier vin rosé de l’abbaye de Jouques

Alors que les beaux jours arrivent, les bénédictines de l’abbaye de Jouques viennent de sortir leur tout nouveau vin, issu de leur vignoble et...