Couches pour bébés. Enfin l’interdiction des substances nocives ?

A LA UNE

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et...

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Est-ce que l’on se dirige (enfin) vers la fin des substances nocives dans les couches de nos chères têtes blondes ? L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) vient d’ouvrir une « consultation des parties prenantes » en vue de leur interdiction au niveau européen.

Un an après son rapport pointant des risques sanitaires liés à la présence de substances chimiques dans les couches pour bébés, l’objectif est donc d’interdire ou limiter la présence d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), de dioxines, furanes, PCB et de formaldéhyde dans les couches.  Ce dossier de restriction sera soumis en octobre 2020.

Substances nocives dans les couches : vers une restriction au niveau européen ?

Jusqu’à fin mars 2020, une « consultation des parties prenantes » est ouverte au sujet de la nocivité des couches. Elle devrait servir à préparer une proposition de restriction des substances nocives que la France a l’intention de soutenir auprès de l’ECHA (Agence Européenne des Substances Chimiques). L’idée est d’inscrire l’interdiction de ces substances dans les règlements européens REACH (enRegistrement, Évaluation et Autorisation des produits CHimiques).

Cette consultation a été ouverte un an après que l’Anses a publié une étude sur la présence de ces substances au sein des couches pour bébés de grandes marques. Au regard des risques que peuvent présenter ces substances pour la santé des bébés, l’Anses recommandait de les éliminer ou de réduire au maximum leur présence dans les couches jetables.

Au total, 23 références de couches pour bébé en vente sur le marché français ont été analysées entre 2016 et 2018. « Ces analyses ont mis en évidence la présence de différentes substances chimiques dangereuses dans les couches jetables qui peuvent notamment migrer dans l’urine et entrer en contact prolongé avec la peau des bébés. Certaines de ces substances sont ajoutées intentionnellement, telles que des substances parfumantes qui peuvent entraîner des allergies cutanées. D’autres substances identifiées peuvent provenir de matières premières contaminées ou de procédés de fabrication (PCB-DL, furanes et dioxines, HAP) », précise l’Agence.

Les recommandations de l’ANSES

Pour éviter les risques d’expositions à ces substances chimiques, l’ANSES recommande aux fabricants de « supprimer l’utilisation de toutes substances parfumantes, en priorité celles susceptibles de présenter des effets sensibilisants cutanés », de « mieux maîtriser l’origine des matières premières naturelles qui peuvent être contaminées avant même la fabrication, et enfin, d’améliorer les procédés de fabrication des couches. »

Vers une réduction de TVA pour les couches saines ?

Trois fabricants de couches pour bébé, appartenant au groupe Naturopera, lancent une pétition pour demander au gouvernement une réduction de la TVA à 5,5 % sur les couches écolos. En effet, les marques bio Tidoo, Libellys, et Carryboo, vendues dans les réseaux de distribution bio, en pharmacie ou en grande surface, rappellent qu’il s’agit d’un produit « de première nécessité », et souhaitent que ces couches soient accessibles au plus grand nombre de parents. Cette pétition en faveur des couches bio reçoit bien entendu l’assentiment de nombreux parents puisque cette diminution de la TVA serait répercutée sur le prix de vente des consommateurs.

Toutefois, une enquête menée dans son numéro d’octobre 2018 par l’UFC-Que Choisir montrent que les couches dites « écologiques » ne sont pas forcément dépourvues de substances toxiques.

Dans tous les cas, une question se pose également : l’interdiction des substances nocives est une excellente chose. Mais qui paiera, qui sera condamné, pour l’exposition de nos enfants, depuis des décennies, à des poisons ? On nous fait signe dans l’oreillette que les accusés sont aux abonnés absents…

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Avec Solidarité Grand Ouest, une collecte de dons pour créer une section handivoile à Saint-Quay-Portrieux

Grâce au dispositif de collecte de dons du Fonds de dotation Solidarité Grand Ouest et au soutien du Super...

Médias mainstream : le grand errement ! Par Nicolas Vidal

Nicolas Vidal est le patron de "Putsch", média favorisant les débats culturels et sociaux. Dans son livre "Médias, le...

Articles liés

Les neurosciences et le développement de l’enfant

Les neurosciences et le développement de l’enfant. Avec Mme Josette Serres, Docteur en psychologie du développement, Ingénieur de Recherche CNRS, Formatrice Petite Enfance https://www.youtube.com/watch?v=aC9g1icXb0w Crédit photo...

Brest. A Bras Cadabra 29 va habiller les bébés prématurés de la maternité de Keraudren

A l’approche des fêtes, la maternité de Keraudren vient de signer un partenariat avec l’association A Bras Cadabra 29. Créée en octobre 2019, cette...

Reportage Santé. La lutte contre l’obésité infantile

En Finlande, une école expérimente de nouvelles pistes pour lutter contre l’obésité infantile. Ici, le sport est omniprésent dans l’enseignement et des repas sains...

Chouette, un livre ! Vive le vent, vive le vent, vive le vent d’hiver 

De giboulées en averses neigeuses, de froid de canard en froid de loup, bonnets, moufles et écharpes sont de mise pour affronter Messire l’Hiver !...