Le député d’Irlande du nord, ministre et membre du Sinn Féin, Declan Kearney, a déclaré que ce n’est « juste une question de temps avant que le Sinn Féin ne gouverne au Nord comme au Sud », à l’occasion d’un meeting, la semaine passée.

Et Declan Kearney a déclaré que les positions adoptées par le Fine Gael et le Fianna Fáil lors des négociations (exclure le Sinn Féin d’un projet gouvernemental suite aux élections législatives en République d’Irlande) ne sont ni durables ni crédibles et sont intrinsèquement anti-démocratiques.

Dans une tribune publiée dans le journal républicain irlandais An Phoblacht, le député écrit :

« Le Sinn Féin a reçu un mandat de ses électeurs pour que le gouvernement apporte des changements, et cette semaine, nous avons commencé à envisager notre capacité de formation d’un gouvernement avec d’autres partis, sur la base de la fin des crises de la santé et des sans-abri, de la fourniture de services publics durables, de la construction de 100 000 maisons, de la réduction de l’âge de la retraite à 65 ans et de la promotion de l’unité irlandaise. Le Sinn Féin veut être au gouvernement pour apporter le changement progressif que la population souhaite clairement. Nous nous engageons à coopérer avec d’autres partis pour y parvenir ».

Puis ce dernier de revenir sur le « cordon sanitaire » que veulent mettre en place les deux partis du centre, notamment du fait que le Sinn Féin est toujours considéré comme étant l’aile politique de l’IRA, mouvement armé de libération de l’Irlande.

« Immédiatement après nos propositions, les dirigeants du Fine Gael ont annoncé avec arrogance qu’ils ne parleraient pas au Sinn Féin de la formation du gouvernement. Puis, quelques jours plus tard, une position similaire a été adoptée par le parti parlementaire Fianna Fáil. Bien sûr, les tentatives de la direction du Fianna Fáil et du parti parlementaire d’exclure le Sinn Féin du gouvernement découlent du fait qu’ils ne veulent pas, pour l’instant, construire des logements, réduire l’âge de la retraite, geler les loyers et réduire les salaires des ministres et des parlementaires. Les positions adoptées par le Fine Gael et le Fianna Fáil ne sont ni durables ni crédibles. En fait, elles sont intrinsèquement antidémocratiques »

Selon Declan Kearney, le revers électoral pour les deux principaux partis du centre est énorme :

« La réalité est que l’establishment irlandais, et ses intérêts économiques, financiers et de classe ont été ébranlés jusque dans leurs profondeurs par la révolution électorale du week-end dernier. L’importance des revers électoraux et politiques pour le Fine Gael et le Fianna Fáil est énorme. Leur domination en alternance au sein du gouvernement, qui a garanti les intérêts de l’establishment irlandais pendant des décennies, a pris fin. Les élections générales ont confirmé le Sinn Féin comme le plus grand parti de l’État du sud, représentant les intérêts de classe et de communauté des travailleurs, avec un mandat massif de plus d’un demi-million de voix.»

Et de poursuivre :

« Il y a trois semaines, l’État britannique a quitté l’Union européenne. L’une des conséquences involontaires de Brexit a été de remettre au centre des débats le changement constitutionnel et l’unité irlandaise.L’establishment irlandais craint ce débat : Et les Britanniques ne veulent pas qu’il ait lieu. Mais le génie est sorti de la bouteille. Le Sinn Féin est au gouvernement dans le nord de l’Irlande. Ce n’est qu’une question de temps avant que nous soyons également au gouvernement dans le sud. La politique a commencé à se réaligner en Irlande. Les résultats des dernières élections en sont une nouvelle preuve.»

La tribune en intégralité ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine