A Paris, des militantes féministes agressées physiquement par des Antifas

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Les manifestations se succèdent et se ressemblent, à Paris comme ailleurs. Dimanche 8 mars, à l’occasion de la manifestation pour les femmes à Paris, des militants féministes du collectif Némésis ont été agressées et frappées par des Antifas, après avoir déployé une banderole au sujet de la menace pour les femmes que constitueraient les migrants issus de cultures patriarcales.

L’attaque, vite contrée par les forces de l’ordre, s’est déroulée à l’occasion de la marche «Grandes gagnantes !» – «On arrête toutes !», organisée le 8 mars à Paris à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.  Brandissant deux banderoles sur lesquelles était écrit : «Immigration de masse = les femmes grandes perdantes» et «Migrants = patriarcat 3,7 millions en marche», les jeunes femmes ont rapidement été attaquées par des Antifas, qui ont revendiqué leur action ensuite sur Internet.

Cette agression s’est déroulée au lendemain d’une manifestation sauvage organisée par ces mêmes antifas, manifestation qui s’est terminée par des incidents avec les forces de l’ordre, manifestation racialiste et segrégationniste qui a reçu le soutien de Marlène Schiappa, d’Anne Hidalgo et de nombreuses autres personnalités de gauche qui manifestement, ne trouvent rien à redire à la violence physique exercée par les Antifas.

A noter que durant l’attaque, d’autres organisations ont également été prises pour cibles par les Antifas.

A cette heure, nous n’avons pas connaissance de la moindre interpellation. Les pages Facebook sur lesquelles les violences sont applaudies et encouragées sont elles aussi, toujours en activité.

La violence politique exercée par les Antifas – la même que l’attaque du meeting d’Eléonore Revel à Nantes en début de semaine – semble avoir pour finalité la recherche du martyr. Attaquer, jusqu’à ce que la réponse violente et définitive intervienne en face, pour ensuite réclamer des mesures auprès des autorités. Une recette particulièrement efficace et éprouvée, l’affaire Méric est là pour en témoigner…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve jan de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Philippe de Villiers : « La France peut mourir ! »

Eric Morillot reçoit Philippe de Villiers pour son livre événement « Le jour d’après » (Éditions Albin Michel), actuellement...

De la Perse à l’Iran : 3 000 ans de civilisations

Dans les pas de la journaliste Samira Ahmed, une exploration de l’histoire de la Perse au travers de sa...

Articles liés

Auray (56). Retour sur la manifestation contre la tyrannie sanitaire [Vidéo]

Une centaine de personnes se sont rassemblées  samedi 8 mai 2021 sur la place de la République, à Auray (Morbihan). La manifestation était initiée par...

Tyrannie sanitaire. Une manifestation samedi 8 mai à Auray (56)

Après le Finistère (Quimperlé) et les Côtes d'Armor (Dinan et Saint-Brieuc), voici que le Morbihan se met en branle contre la tyrannie sanitaire et...

Tyrannie sanitaire. Saint-Brieuc et Dinan veulent faire tomber le masque !

Ce samedi 24 avril au matin était organisée à Saint-Brieuc, mais aussi à Dinan une nouvelle manifestation contre les mesures sanitaires, à l’appel de...

Tyrannie sanitaire. Manifester sous couvre-feu. Et si vous connaissiez vos droits ?

Trop souvent, les citoyens méconnaissent leurs droits et peuvent parfois se laisser intimider par des autorités et même des agents qui eux aussi, parfois,...