Les Britanniques s’intéresseraient de moins en moins au sort de l’Irlande du Nord

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Les Britanniques  se considèreraient comme ayant de moins en moins en commun avec l’Irlande du Nord et soutiennent la tenue d’un référendum sur la réunification de l’Irlande, selon un sondage Yougov paru cette semaine (enquête menée auprès de 1743 personnes entre le 10 et le 11 mars 2020).

Depuis que la République d’Irlande s’est rendue aux urnes début février, les spéculations se sont multipliées sur ce que les résultats pourraient signifier pour l’Irlande du Nord. Outre l’importance de la région dans les négociations de Brexit, les bons résultats du Sinn Féin aux élections irlandaises ont donné un coup de fouet à leurs demandes d’un scrutin frontalier (un référendum en Irlande du Nord sur la réunification de l’Irlande) dans les cinq prochaines années. Conformément à l’accord du Vendredi Saint, la décision d’organiser un scrutin frontalier revient à Westminster, mais cette mesure a été largement considérée comme impopulaire en Grande-Bretagne.

Les résultats de ce sondage montrent  que sur le principe, les Britanniques sont plus nombreux à être favorables à un sondage frontalier en Irlande du Nord qu’à s’y opposer, de 36 à 25 %. En outre, 39 % ont répondu qu’ils ne savaient pas, ce qui montre un fort désintérêt de la part du public britannique.

Alors que les électeurs travaillistes et libéraux-démocrates étaient plus favorables à un sondage sur la réunification que le grand public avec respectivement 48 % et 43 % de soutien, les électeurs conservateurs étaient globalement opposés à l’idée, avec 32 % contre et 30 % pour.

Bien que les Britanniques soient plus nombreux à soutenir un scrutin frontalier qu’à s’y opposer, les personnes interrogées sont plus nombreuses à préférer un résultat où l’Irlande du Nord reste dans le Royaume-Uni, 37 % d’entre elles déclarant qu’elle devrait continuer à faire partie du Royaume-Uni.

Pourtant, les unionistes ne devraient pas être trop enthousiastes, car plus d’un Britannique sur quatre (27 %) déclare que l’Irlande du Nord devrait travailler à la réunification avec l’Irlande, et 36 % déclarent ne pas avoir d’opinion. Bien que la plupart de ceux qui disent ne pas savoir puissent être attribués à un manque de connaissance de la situation, cela suggère tout de même un fort niveau de désintéressement à ce sujet.

Il semble qu’il y ait un désintérêt significatif du public britannique pour l’avenir de l’Irlande du Nord, puisque plus de la moitié des Britanniques (54%) disent qu’ils ne seraient pas dérangés dans tous les cas par le départ de la région du Royaume-Uni. Depuis que YouGov a demandé pour la dernière fois en octobre de l’année dernière comment les Britanniques se sentiraient, le total de ceux qui ont dit qu’ils seraient contrariés par le départ de la région a chuté de 17 points de pourcentage, passant de 41% à 24%.

Les Britanniques ne semblent toutefois pas penser que l’Irlande du Nord va quitter le pays aussi rapidement que le Sinn Féin pourrait l’espérer, avec seulement 14 % qui croient que la réunification aura lieu dans les cinq prochaines années. Cependant, plus d’un Britannique sur quatre (29 %) pense qu’il est probable que le Royaume-Uni ne survivra pas à la décennie, et près de la moitié des sondés (46 %) pense que l’Irlande du Nord aura quitté l’Union dans les cinquante prochaines années.

Si les Britanniques sont si peu préoccupés par un éventuel départ de l’Irlande du Nord de l’Union, c’est peut-être en partie parce que les Britanniques d’Angleterre (la plus grande partie du Royaume-Uni) ne se considèrent pas comme ayant autant de points communs avec la région qu’avec les autres pays de l’Union.

Si les répondants anglais estiment avoir globalement plus de points communs avec ceux d’Angleterre (+68), du Pays de Galles (+5) et d’Écosse (+2), il n’en va pas de même pour ceux de l’autre côté de la mer d’Irlande. Les Anglais estiment qu’ils n’ont globalement pas beaucoup ou pas du tout de points communs avec ceux d’Irlande du Nord (-12) et d’Irlande (-10).

En effet, lorsqu’on demande au public avec quel pays l’Irlande du Nord a le plus en commun, seuls 28% répondent que la région a plus en commun avec la Grande-Bretagne, tandis que 40% disent qu’elle ressemble davantage à l’Irlande. Un Britannique sur cinq (19 %) pense que l’Irlande du Nord a beaucoup plus en commun avec l’Irlande, ce qui révèle à quel point les Britanniques perçoivent les deux pays comme étant similaires.

Non seulement de nombreux Britanniques se sentent éloignés de l’île d’Irlande, mais le sujet de l’histoire irlandaise est un sujet dans lequel peu d’entre eux semblent s’être engagés. Seuls 6 % du public déclarent avoir étudié l’autonomie et les troubles irlandais à l’école, une proportion bien plus importante couvrant des sujets tels que les Tudors (56 %) et la Seconde Guerre mondiale (51 %). Cependant, avec la nouvelle composition du Parlement irlandais et l’incertitude entourant Brexit, les Britanniques devront peut-être s’habituer à s’intéresser un peu plus au sujet dans un avenir proche …

Voir l’intégralité du sondage (en anglais) ici

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « L’enfer du crack à Paris, c’est d’abord le problème de l’immigration »

Eric Zemmour : « L’enfer du crack à Paris, c’est d’abord le problème de l’immigration. Il y a des...

Tours. Une manifestation LGBT avec zone interdite aux Blancs finalement annulée

À Tours, une manifestation LGBT organisée par le centre LGBTI de Touraine devait se tenir samedi 15 mai. Mais...

Articles liés

Royaume-Uni : 29 prédateurs sexuels inculpés pour avoir violé et exploité sexuellement une jeune fille de 13 ans durant 7 années

Le journal Skynews rapport qu'au Royaume-Uni, 29 prédateurs sexuels ont été inculpés pour avoir violé et exploité sexuellement une jeune fille de 13 ans...

Irlande du Nord : la justice déclare innocentes les victimes du massacre de Ballymurphy (1971)

La justice nord-irlandaise est revenue cette semaine sur le "massacre de Ballymurphy" en 1971, reconnaissant que les 10 victimes étaient toutes des civils innocents. https://www.youtube.com/watch?v=El0q6LB7noY Le...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les Français et les Bretons qui...

Irlande. Des individus poussent une jeune fille sous un train à l’arrêt

La Gardai, la police irlandaise, a déclaré avoir ouvert une enquête pour agression après qu'une femme ait été blessée lors d'un incident à la...