Irlande. Au nom du multiculturalisme, les symboles catholiques bientôt supprimés de certaines écoles, les messes rendues non obligatoires

A LA UNE

L’Irlande s’enfonce elle aussi dans le reniement progressif de ce qui a forgé une partie de son identité. Ainsi le journal Irish central rapporte-t-il que, sur demande des autorités, les symboles catholiques vont bientôt être supprimés dans des écoles du secondaire (l’équivalent de nos collèges/lycées) au nom du multiculturalisme et de l’avènement de la sacro-sainte « société inclusive ». Les messes, quant à elles, vont devenir non obligatoires dans ce pays, l’un des plus catholiques d’Europe (pour combien de temps encore ?).

La réforme entrera en vigueur dans plus de 200 collèges membres de l’Education and Training Board, un réseau d’écoles sous contrat avec le ministère de l’Éducation nationale, qui s’occupe essentiellement de la formation pour adultes, mais qui gère également une partie des collèges, et une toute petite partie des écoles. Ces écoles seront désormais classées comme « multiconfessionnelles ». Les nouvelles règles ont été publiées dans un document à paraître, obtenu par l’Irish Times.

Le « document pour la reconnaissance des croyances/identités religieuses de tous les élèves des écoles de l’enseignement public » décrit les étapes à suivre pour que les écoles entrent en conformité avec « une éthique multiconfessionnelle ». Il prévoit notamment que tout symbole religieux affiché « doit faire écho aux croyances de l’ensemble de la communauté scolaire plutôt qu’à une religion particulière ». Cela signifie également que les écoles qui organisent symboliquement des célébrations religieuses doivent veiller à l’équilibre, par exemple une école qui expose une crèche à Noël devra exposer des symboles islamiques pour l’Aïd et des symboles juifs pour Hannoukka.

La note stipule que les écoles ne proposeront plus d’instruction religieuse ou de formation à la foi pour une religion particulière pendant la journée scolaire. En revanche, les écoles proposeront le programme d’État sur l’éducation religieuse dans lequel les élèves apprennent à connaître toute une série de religions et de croyances différentes. Les professeurs de religion recevront une formation « dans l’esprit multiconfessionnel d’une école de l’éducation nationale ». Le document indique également que la seule autorité qui devrait être autorisée à inspecter l’enseignement de la religion devrait être l’inspection du ministère de l’Éducation, plutôt que les inspecteurs diocésains.

Le secrétaire général d’ETB, Paddy Lavelle, a confirmé au Times que ce document s’inscrivait dans un cadre plus large traitant spécifiquement de « l’aspect multiconfessionnel de nos écoles et de l’importance de s’adresser de manière égale aux enfants de toutes les conceptions du monde, religieuses ou non ».

En Irlande, il y a aujourd’hui 723 écoles secondaires (collège/lycée), dont 374 écoles catholiques et 254 écoles ETB ainsi que 95 écoles alternatives.

Le recensement irlandais de 2016 montre que 78,3 % (3,5 millions) de la population s’identifie comme catholique. Ce chiffre est en baisse par rapport à celui de 88 % six ans plus tôt. Le groupe le plus important après les catholiques est celui des personnes « sans religion », qui représente 10 % de la population. Autant dire que l’islam ne représente pas grand chose dans le pays, ce qui témoigne de l’aspect démagogique et idéologique de cette réforme à venir.

Un grand nombre d’écoles en Irlande sont aujourd’hui gérées par des organisations religieuses tout en étant financées par l’État, une tendance à la baisse aujourd’hui.

Pour une île dont toute l’histoire réside sur la guerre et la résistance à l’oppression et à l’envahisseur, cette façon de se soumettre à des influences extérieures pose question.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rugby. Le programme complet des test-matchs d’automne 2021

Après un début de saison consacré aux championnats nationaux (Top 14, Premiership, mais aussi un Pro 14 qui ne...

Taxes, amendes, carburant..Le racket fiscal des automobilistes en une infographie

Alors que les autorités s'apprêtent à sortir à nouveau le chéquier public pour permettre à une partie des Français...

5 Commentaires

  1. L’ECR a , hélas , fait trop de saloperies en Irlande . Elle en subit les conséquences . Elle ne mérite pas qu’on la défende , mais le christianisme , si . La seule solution pour les résistants , c’est de passer à l’orthodoxie . C’est possible . Il y a des églises ortho en irlande . Les « ktos » ne doivent plus compter sur l’Eglise de Rome laquelle , avec monsieur Borboglio , a délibérément pris parti pour l’Islam . La résistance , c’est le passage à l’orthodoxie , qui , je le rappelle , était le propre de l’Eglise en occident avant 1054 …

  2. Et en même temps, les écoles gérées par des organisations religieuses, cela fait un peu peur…
    En France, par exemple, nos bahuts soi-disant catholiques, ne sont pas tous à envier !
    Trop de dérives, de communautarisme, de l’entre-soi.
    Ces bahuts sont souvent présents afin que perdurent de flagrantes inégalités sociales.
    Que les religieux se préoccupent de nos âmes et non de l’instruction !

  3. Bon alors qu’ils s’attendent ces braves irlandais à subir la même chose que les pays où Dieu a été enlevé …. Ouvrez les yeux et regardez ce qu’il se passe dans ces pays où l’on se croit malin pour obéir à des mammouchis d’enlever tout ce qui est chrétien pour soi-disant que cela fasse partie de la « sphère privée ». Non Dieu ne doit pas être mis sous le boisseau.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés