Nantes. Un restaurateur menacé avec un pistolet 22 LR

Un nouveau fait divers met en lumière le nombre d’armes à feu qui circule en liberté à Nantes. Ce samedi 17 octobre, vers 23h40, une rixe émaille la fin de soirée dans un restaurant au nord-est de Nantes, dans la zone d’activité ; le gérant s’interpose. Il est menacé illico par une arme de poing, dégainée par un des deux protagonistes, fin soûl.

Interpellé dans la foulée, le suspect de 46 ans a vu son arme, un pistolet 22 LR, saisi dans la foulée. Il sera jugé en comparution immédiate pour violences volontaires avec arme, et menaces de mort.

Par ailleurs, un délinquant d’origine extra-européenne a été interpellé en ville, rue Armand Brossard dans le centre ancien, avec un rétroviseur cassé sous sa veste. Agé de 21 ans, ce sans-abri est soupçonné d’avoir dégradé volontairement plus d’une vingtaine de voitures garées dans les rues alentour, par désœuvrement. 

Dégradations sur les biens publics : 20.000€ par an à Saint-Herblon…

La commune de Vair-sur-Loire, résultant de la fusion d’Anetz et Saint-Herblon, envisage l’installation de la vidéo-protection. Pas moins de 27 caméras pour près de 300.000 €, un budget important qui s’explique par le coût annuel de la dégradation, 20.000 € par an. Qui dit fusion de communes, dit certes plus de population, mais aussi plus de bâtiments à surveiller.

Cependant le coût fait tiquer les élus d’opposition – même si la commune récupère jusqu’à 40% du coût par des subventions des collectivités territoriales et de l’Etat (50% en zone de sécurité prioritaire, 20% pour un renouvellement de matériel de plus de 7 ans), il faudra neuf ans pour amortir l’investissement, et ce si les dégradations cessent complètement, ce qui n’est jamais le cas.

L’opposition, qui a soulevé au dernier conseil municipal le manque de transparence de la mairie sur le sujet, affirme aussi dans un point presse le 13 octobre dernier, que l’installation « ne règlera pas le problème des incivilités subies par les habitants (dégradations de véhicules dans les entrées, vols dans les jardins »). Il y a néanmoins un réél problème d’insécurité dans les campagnes, qui n’existait pas il y a encore quelques années.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

  1. Il est nécessaire de revenir à la sévérité d’entant. La faute à notre Justice qui n’est plu juste, et excuse Tout

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !