Langue bretonne. Des attestations de déplacement bilingues disponibles et légales

A LA UNE

La langue bretonne s’invite aussi sur les attestations de déplacement requises pour circuler en France depuis le reconfinement. Des formulaires bilingues à télécharger sont disponibles en ligne.

Des attestations en breton disponibles

Depuis le vendredi 30 octobre, il est de nouveau nécessaire de se munir d’un justificatif pour ses déplacements. Le ministère de l’Intérieur propose depuis cette date sur son site trois formulaires : l’attestation de déplacement dérogatoire, le justificatif de déplacement professionnel et le justificatif de déplacement scolaire. Une attestation de déplacement dérogatoire numérique est aussi accessible sur la même page. En l’absence de justificatif ou si celui-ci présente des informations erronées en cas de contrôle, une amende de 135 € peut être infligée.

De son côté, se saisissant de l’occasion pour promouvoir l’usage du breton dans la vie quotidienne, l’Office public de la langue bretonne propose de nouveau au public des attestations de déplacement dérogatoires bilingues en breton et en français. Mais aussi les justificatifs de déplacement scolaire et professionnel, toujours sous forme bilingue. Ces trois documents sont à retrouver sur le site de l’OPLB.

Justificatifs en langue bretonne : aucun problème de légalité

Quant à ceux qui souhaitent se justifier en breton en cas de contrôle des forces de l’ordre lors d’un déplacement, pas d’inquiétude ! Le directeur de l’Office public de la langue bretonne Fulup Jakez rassure sur la légalité de ces documents. « C’est l’exacte traduction du texte officiel. Pour traduire du langage administratif et légal, il faut utiliser le même niveau de langage. Et comme le texte est intégralement en français en dessous, c’est tout à fait légal. »

Pour l’heure, aucune jurisprudence ne vient contredire cela selon le directeur de l’organisme public qui précise n’avoir eu vent d’aucun problème particulier lié à la présentation de ces attestations bilingues. Fulup Jakez en a d’ailleurs fait l’expérience lui-même : « J’ai moi-même été contrôlé plusieurs fois avec, raconte Fulup Jakez. La première fois, le gendarme a été un peu surpris mais tout s’est bien passé quand je lui ai expliqué que c’était juste le même document, en deux langues. »

Avec cette initiative, l’OPLB permet donc à la langue bretonne, bien qu’encore trop peu visible, d’occuper un terrain un peu plus large dans la société. « De plus en plus de brittophones le lisent et l’écrivent. C’est normal pour beaucoup de personnes qui veulent vivre au quotidien en breton d’avoir ces attestations en deux langues », rappelle le directeur de l’Office public de la langue bretonne.

Mais ce dernier a aussi bien conscience des obstacles qui subsistent dans un pays centralisé comme la France avant de pouvoir mettre en place un usage normalisé du breton : « L’idéal serait qu’elles [NDLR : les attestations] le soient directement par les services de l’État, mais nous n’en sommes pas là, contrairement au pays de Galles, au Royaume-Unis, par exemple. »

Une fois encore, la Bretagne ne devra compter que sur elle-même…

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

USA. Un juge américain porte un coup d’arrêt à l’obligation vaccinale des soignants dans plusieurs Etats

Aux #EtatsUnis, #JoeBiden essuie un nouveau revers dans sa volonté d’imposer la #vaccination à des millions d’Américains. Un juge...

Radar tourelle en Ille-et-Vilaine. « Une situation piégeuse pour les usagers »

La presse a rapporté ces derniers jours l'histoire aberrante de ce radar-tourelle breton situé à Miniac-Morvan, petite commune d'Ille-et-Vilaine,...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés