Le marché aux épouses chez les roms kalaidzhi en Bulgarie

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

En Bulgarie, le premier endroit où se rend un Rom de la communauté kalaidzhi cherchant une femme, c’est au marché aux épouses situé près du monastère de Batchkovo. Depuis plusieurs générations, des jeunes filles roms y rencontrent leur futur mari. Les Kalaidzhi – « rétameurs » en français – se marient exclusivement entre eux, excluant d’autres Roms et surtout les Bulgares.

Dans cette tradition controversée, l’argent joue aussi un rôle. Si un homme trouve la femme de ses rêves, il doit faire une offre à ses parents. Le mariage ne pourra avoir lieu que si les deux parties se mettent d’accord sur un prix. Pour les jeunes kalaidzhi, le marché aux épouses constitue la seule possibilité de rencontrer un partenaire. La foi orthodoxe et les coutumes les empêchent de sortir, de flirter ou même d’avoir des relations avant le mariage. Mais de plus en plus de jeunes Roms se rebellent contre cet état de fait. Elles veulent décider elles-mêmes de leur destin, aimer et convoler quand bon leur semble. Surtout celles qui se marient à l’âge de 15 ans, pour qui cette union signifie la fin de leur autonomie, car une vie de mère au foyer les attend alors.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Terrorisme économique aux États-Unis. Donald Trump attaqué jusque sur ses terrains de golf

Les mauvaises nouvelles s'accumulent au fil des jours pour Donald Trump. Le futur ex-président des États-Unis risque de connaître...

Covid-19. La vitamine D préconisée contre les formes graves

Se faire prescrire de la vitamine D pour éviter de contracter une forme grave du Covid-19, c'est ce que...