Nantes : l’Hôtel de la Duchesse Anne va être détruit après 16 ans d’inefficacité municipale

A LA UNE

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

France 3 annonce la démolition prochaine de l’Hôtel de la Duchesse-Anne à Nantes. Ce serait (le conditionnel s’impose) le dernier acte d’un feuilleton consternant. Cet ancien établissement de prestige a brûlé en juin 2004. Depuis lors, ses vestiges sont pratiquement à l’abandon. Exposés aux intempéries tous les aménagements intérieurs ont pourri.

L’hôtel est situé face au château des ducs de Bretagne, à proximité de la gare SNCF et bien visible de la ligne 1 du tramway. Les Nantais ont fini par s’habituer à ces ruines couvertes de graffitis. Mais aux yeux des touristes et visiteurs de passage, le spectacle est désastreux pour l’image de Nantes.

Construit en 1874, l’hôtel avait été remanié en 1930, dans un style Art Déco, par l’architecte nantais Ferdinand Ménard (1873-1958). Il avait alors été surélevé de deux étages et doté de boiseries aux décors floraux. En 1999, le magistral Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique (Flohic Éditions) le signalait parmi les monuments remarquables de Nantes.

Pendant des décennies, les visiteurs de marque de passage à Nantes ont logé à l’Hôtel de la Duchesse-Anne. Ses salons accueillaient les manifestations de prestige. Le 14 janvier 1945, il y a exactement 76 ans aujourd’hui, le général de Gaulle y remettait à la Ville de Nantes la croix de l’Ordre de la Libération.

Inaction municipale

Sérieusement endommagé par l’incendie de 2004, le bâtiment aurait dû être sauvé. Il a été protégé un temps par un immense échafaudage. Puis les copropriétaires se sont brouillés. Le fournisseur de l’échafaudage, las de ne pas être payé, a retiré son matériel ; dès lors les dégradations ont été très rapides, comme en témoignait un reportage photo de Breizh-info en 2015.

Divers projets de réhabilitation ont vaguement été envisagés. En 2014, un promoteur rennais avait affiché sur les ruines un panneau annonçant : « Le Groupe Giboire engage des travaux de sécurisation des façades de l’ex-Hôtel de la Duchesse Anne dans le respect du plan de sauvegarde et de mise en valeur du centre-ville ». La ville de Nantes venait en effet de se doter d’un « plan patrimoine » concocté par sa direction du patrimoine et de l’archéologie, créée en 2012. Elle devait « prendre en compte les ensembles du XXe siècle non protégés à ce jour », assurait dans son blog le maire de Nantes de l’époque, Jean-Marc Ayrault.

Lui-même avait annoncé en 2011 avoir écrit aux propriétaires de l’hôtel « pour leur demander de bouger » (sic). Son intervention s’était arrêtée à ce vœu pieux non suivi d’effet. Un mouvement de menton stérile, finalement assez représentatif de son tempérament, ainsi qu’on le verrait l’année suivante, après sa nomination comme Premier ministre.

Photo : l’Hôtel de la Duchesse-Anne, 18 mois après l’incendie et aujourd’hui, Breizh-info, droits réservés.
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

En Bretagne, des cafés et bistrots entrent en résistance contre le pass sanitaire et la tyrannie

Il y a des en France et en Bretagne des millions de personnes qui ne se rendront pas face...

Gétigné (44). Un migrant interpellé après qu’un homme ait été poignardé dans le dos

Un migrant a été interpellé après qu'un homme ait été poignardé dans le dos à Gétigné, en Loire-Atlantique. Au...

2 Commentaires

  1. Ayrault s’est servi dans les caisses de la municipalité , du tram et je serais pas étonné qu’on le retrouve dans cette triste affaire du moins si il a réussi a gratter quelque chose

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Expression(s) décoloniale(s) au château de Nantes : la vérité sur l’esclavage

Décoloniale ? Brandi à tout bout de champ et sans grand souci d’exactitude historique par le clan repentantiste, l’adjectif est galvaudé. Mais l’exposition Expression(s)...

Jean-Marc Ayrault peine à faire valoir le thème de l’esclavage

En confiant les clés de Nantes à Johanna Rolland en 2014, Jean-Marc Ayrault imaginait-il qu’il allait si vite devenir un has been ? Débarqué de...

Perquisition à la Folle Journée de Nantes : Joelle Kerivin pas seule en cause

Il y a à Nantes une affaire Kerivin, un point c’est tout. Tel est, entre les lignes, le discours servi par Johanna Rolland et...

La mairie de Nantes hisse le Gwenn-ha-Du

« C’est probablement de la démagogie, mais ça fait plaisir quand même », philosophe L. sous son masque en regardant Johanna Rolland, maire de Nantes, hisser...