Covid-19. La vitamine D préconisée contre les formes graves

A LA UNE

Dominique Lormier : « Il est important de rendre hommage aux 290 000 soldats français tués ou blessés en mai-juin 1940 » [Interview]

Les éditions La Mécanique Générale (Ring) publient « Comme des Lions », livre de l'historien et écrivain Dominique Lormier,...

Yves Mervin (Saint-Marcel, 1944) : « La Résistance en Bretagne raconte l’histoire qui lui convient » [Interview]

Nous avons évoqué il y a quelques semaines la sortie d'un livre remarqué, signé Yves Mervin, véritable empêcheur de...

Dissolution de Génération Identitaire. Le décret démoli point par point par un avocat

La dissolution de Génération Identitaire a été validée en conseil des ministres cette semaine. Les services juridiques de l'ONG...

Protocole sur le Brexit. Les accords du Vendredi Saint menacés en Irlande du Nord, l’UE met le feu aux poudres

La tension est à son comble en Irlande du Nord, et l’Union européenne est en train de mettre de...

Refaire un peuple. Julien Langella : « Pas de liberté sans communauté » [Interview]

Julien Langella, essayiste, co-fondateur de Génération identitaire et porte-parole d'Academia Christiana, vient de sortir un nouveau livre aux éditions...

Se faire prescrire de la vitamine D pour éviter de contracter une forme grave du Covid-19, c’est ce que préconisent 73 experts qui lancent un appel afin de supplémenter la population.

De la vitamine D pour tout le monde ?

La vitamine D distribuée aux Français pour prévenir les risques de formes graves du Covid-19 : tel est le souhait de 73 experts francophones (en grande majorité des Professeurs d’Université de différentes spécialités médicales) et six sociétés savantes nationales réunis autour du Pr Cédric Annweiler, chef du service de Gériatrie au CHU d’Angers, et du Pr Jean-Claude Souberbielle, tous deux spécialistes de la vitamine D, qui ont lancé un appel à travers un article publié le 8 janvier 2021 dans La Revue du Praticien.

Parmi les six sociétés en question soutenant l’appel, se trouvent l’Association française de lutte antirhumatismale, la Société française d’endocrinologie, la Société française de gériatrie et gérontologie, la Société française de pédiatrie, la Société française d’endocrinologie et diabétologie pédiatrique, la Société francophone de néphrologie dialyse et transplantation.

Cette volonté de voir la vitamine D davantage administrée à la population se base, selon les auteurs de l’appel, sur « un nombre croissant d’études scientifiques [montrant] que la supplémentation en vitamine D (sans remplacer la vaccination) pourrait contribuer à réduire l’infection par le SARSCoV-2 ainsi que le risque de formes graves de Covid-19, de passages en réanimation et de décès ».

En pratique, le groupe de scientifiques propose de mettre en place des messages clairs et pragmatiques à destination de la médecine de ville et souligne l’intérêt d’assurer un statut satisfaisant en vitamine D dans la population générale, y compris chez les personnes en bonne santé tous âges confondus, dans le contexte du coronavirus.

Quelle incidence sur le Covid-19 ?

Sur le plan médical, la vitamine D serait « capable d’activer ou de réprimer plusieurs dizaines de gènes, et peut ainsi théoriquement prévenir et/ou améliorer les formes graves de Covid-19. » Une vitamine D qui pourrait ainsi moduler « l’expression de l’ACE2 (utilisé par le Sars-CoV-2 pour infecter les cellules hôtes). L’ACE2 a des effets protecteurs contre l’inflammation dans plusieurs organes, dont les poumons. »

À savoir que lors du développement du Covid-19, la publication du 8 janvier indique que « la régulation négative de l’ACE2 par le SARS-CoV-2 entraîne une réaction inflammatoire en chaîne, appelée orage cytokinique, qui peut se compliquer d’un syndrome de détresse respiratoire aigu avec un risque élevé de décès ». Mais la vitamine D permettrait alors de réguler l’immunité cellulaire innée et adaptative : synthèse de peptides antimicrobiens exerçant une activité antivirale directe, et action anti-inflammatoire.

En parallèle, 40 à 50 % de la population française connaîtraient des insuffisances en vitamine D. Une carence d’autant plus présente chez les personnes à risque de formes graves de Covid-19.

Outre la promotion de la supplémentation en vitamine D à grande échelle, les auteurs de l’appel préconisent aussi de recourir à une supplémentation à forte dose en cas d’infection avérée par le Sars-CoV-2.

Vitamine D : le CHU d’Angers déjà à la manœuvre

Pour rappel, le CHU d’Angers était déjà à l’origine d’une étude publiée le 2 novembre 2020 dans la revue Nutrients qui révélait que des patients seniors hospitalisés après avoir contracté le coronavirus avaient mieux résisté face à la maladie après avoir eu recours à des compléments de vitamine D.

L’étude en question, conduite par le professeur Cédric Annweiler, directeur du département de médecine en gériatrie et biologie du vieillissement au CHU d’Angers, et portant sur 77 patients, parvenait alors à la conclusion que, « parmi les patients seniors hospitalisés et atteints de Covid-19, ceux ayant reçu des apports réguliers de vitamine D3 avaient eu des formes moins sévères de la maladie, et un meilleur taux de survie. »

Pour l’équipe de médecins angevins, cette vitamine D3 pouvait alors représenter « un traitement complémentaire effectif, accessible et bien toléré pour le Covid-19, dont le nombre de cas augmente fortement, et pour lequel il n’existe pas encore de traitement validé ».

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/monfocus) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Seule la proportionnelle peut sauver Sarah El Haïry…

Labourer une circonscription, Sarah El Haïry ne sait pas ce que cela signifie. Mais si François Bayrou parvient à...

Saint Piran. Des hongrois ont célébré le saint patron de Cornouailles

Voici une histoire insolite : à l'occasion de la Saint-Piran, que l'on fête le 5 mars, des Hongrois passionnés...
- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. On découvre le fil à couper le beurre.
    Elle faisait partie avec notamment le zinc de la prescription médicale à l’attention du Président des États-Unis quand il a eu le COVID
    Dès le mois d’avril 2020 les études sur l’efficacité de la Vit D commençaient à sortir.
    On en est désormais à 51 dont 40 « révisées par des pairs ». https://c19vitamind.com/
    Les conclusions sont unanimes sur sa très grande efficacité surtout en prophylactique et traitement précoce.
    Les aliments les plus riches en Vit D sont les poissons gras mais avant tout l’huile, puis le foie de morue.(https://sante.journaldesfemmes.fr/calories/classement/aliments/vitamine-d)
    On peut dès lors formuler l’hypothèse qu’elle ne soit pas étrangère au moindre niveau de gravité sur les zones côtières ( https://mapthenews.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/5e09dff7cb434fb194e22261689e2887)
    Voir également les effets positifs du Zinc : https://c19zinc.com/

Comments are closed.