États-Unis. Des milliers de migrants du Honduras attirés par la présidence Biden [Vidéo]

A LA UNE

Dominique Lormier : « Il est important de rendre hommage aux 290 000 soldats français tués ou blessés en mai-juin 1940 » [Interview]

Les éditions La Mécanique Générale (Ring) publient « Comme des Lions », livre de l'historien et écrivain Dominique Lormier,...

Yves Mervin (Saint-Marcel, 1944) : « La Résistance en Bretagne raconte l’histoire qui lui convient » [Interview]

Nous avons évoqué il y a quelques semaines la sortie d'un livre remarqué, signé Yves Mervin, véritable empêcheur de...

Dissolution de Génération Identitaire. Le décret démoli point par point par un avocat

La dissolution de Génération Identitaire a été validée en conseil des ministres cette semaine. Les services juridiques de l'ONG...

Protocole sur le Brexit. Les accords du Vendredi Saint menacés en Irlande du Nord, l’UE met le feu aux poudres

La tension est à son comble en Irlande du Nord, et l’Union européenne est en train de mettre de...

Refaire un peuple. Julien Langella : « Pas de liberté sans communauté » [Interview]

Julien Langella, essayiste, co-fondateur de Génération identitaire et porte-parole d'Academia Christiana, vient de sortir un nouveau livre aux éditions...

Des milliers de migrants ont quitté le Honduras en fin de semaine dernière afin de tenter de gagner les États-Unis, espérant un assouplissement de la politique migratoire avec l’arrivée de Joe Biden à la présidence. En attendant, Donald Trump a décrété l’état d’urgence.

Une nouvelle vague de migrants du Honduras vers les USA

Une nouvelle caravane de migrants originaires du Honduras a pris la route vers les États-Unis voilà quelques jours. Les estimations font d’état d’environ 9 000 personnes répartis en plusieurs groupes.

Entre vendredi 15 janvier au soir et samedi 16 janvier au matin, plusieurs milliers de ces candidats à l’exil ont franchi illégalement la frontière du Guatemala tandis que les autorités guatémaltèques imposent l’obligation pour tout migrant de présenter des documents en règle pour entrer sur le territoire et, contexte sanitaire oblige, un test sérologique négatif au Covid-19.

Un barrage composé de policiers et de soldats a été déployé pour stopper la marche des migrants dont les premiers groupes avaient déjà réussi à progresser d’environ 50 kilomètres à l’intérieur sur le sol du Guatemala. Certains clandestins parviendront temporairement à forcer le passage avant d’être interceptés, dans le département de Chiquimula. Des affrontements ont aussi eu lieu entre migrants et forces de l’ordre. Cependant, des groupes isolés ont réussi à échapper au contrôle des autorités guatémaltèques lors des heurts et seraient toujours dans la nature à l’heure actuelle…

Les services locaux de l’immigration ont ensuite demandé aux migrants de rebrousser chemin à destination du Honduras et ont, pour cela, mis à leur disposition des camions et des bus afin de les reconduire jusqu’à la frontière tandis que le dispositif policier guatémaltèque était renforcé en parallèle.

Le gouvernement du Guatemala a aussi exhorté une nouvelle fois son homologue hondurien à « contenir le départ massif de ses habitants par des actions préventives de manière permanente ».

Donald Trump décrète l’état d’urgence

Une fois les 450 kilomètres parcouru au Guatemala, la caravane de migrants devait ensuite franchir la frontière mexicaine au niveau du poste-frontière de Tecun Uman, au sud-ouest du pays.

De son côté, le gouvernement mexicain a averti qu’il « ne permettrait pas l’entrée illégale [sur son territoire] de caravanes de migrants », tout en envoyant un renfort de 500 policiers à la frontière avec le Guatemala. Mais l’efficacité du Mexique en matière de lutte contre l’immigration illégale laisse fortement à désirer, à tel point que le président US Donald Trump a déjà eu l’occasion de hausser le ton vis-à-vis des autorités mexicaines.

Par ailleurs, la perspective de l’arrivée du démocrate Joe Biden à la Maison-Blanche n’est pas pour rien dans ce nouvel assaut migratoire, de nombreux migrants étant persuadés que celui-ci lèvera les mesures anti-immigration mises en place par son prédécesseur dès son investiture. En attendant, toujours en fonction, Donald Trump a décrété l’état d’urgence sur la frontière avec le Mexique vendredi 15 janvier.

Cette tentative d’immigration massive vers les États-unis n’est d’ailleurs pas une première puisque plusieurs caravanes de migrants se sont mises en route depuis le Honduras ces dernières années, sans jamais toutefois parvenir à franchir la frontière américaine dont la surveillance accrue était l’une des promesses de campagne de Donald Trump en 2016, tout comme le projet du mur de protection entre les USA et le Mexique. Un dispositif plus que jamais d’actualité.

Crédit photo : Capture YouTube
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Seule la proportionnelle peut sauver Sarah El Haïry…

Labourer une circonscription, Sarah El Haïry ne sait pas ce que cela signifie. Mais si François Bayrou parvient à...

Saint Piran. Des hongrois ont célébré le saint patron de Cornouailles

Voici une histoire insolite : à l'occasion de la Saint-Piran, que l'on fête le 5 mars, des Hongrois passionnés...
- Publicité -

1 COMMENTAIRE

  1. Les bonnes âmes s’affolent parce que quelques centaines d’Américains sont entrés de force au Capitole et sont prêtes à applaudir quelques millions de Sud-américains qui entreraient de force aux Etats-Unis.

Comments are closed.