Manifestations de travailleurs clandestins à Morlaix. « Pour la CGT , les étrangers avant nos ouvriers ! » clame le RN

A LA UNE

La CGT (Confédération générale du Travail), syndicat riche et influent (totalisant autour de 600 000 adhérents, c’est à dire 2,6 % seulement des salariés français) semble avoir fait de la régularisation des immigrés clandestins une de ses priorités.

Au détriment des travailleurs français ? C’est ce que pense le Rassemblement national, qui dans un communiqué, a dénoncé la manifestation de travailleurs clandestins organisée à Morlaix, mardi 19 janvier, et totalement encadrée par la CGT.

L’objet de la manifestation ? La « régularisation tous les sans-papiers. Un contrat de travail est égal à un titre de séjour », martèle Marc Corbel, secrétaire de la CGT à Ouest France.

Une manifestation ayant pour cause l’exploitation bien réelle de ces clandestins par des patrons sans vergogne dans le Léon, mais aussi à Landivisiau et dans le secteur de Châteaulin. Sur les 23 salariés que comptait l’entreprise Prestavic, 17 étaient en situation irrégulière, selon la CGT. Chez Aviland, ils seraient 28 sans papiers sur une trentaine de salariés. L’inspection du travail a été saisie et des plaintes auraient été déposées auprès du parquet de Quimper pour «traite d’êtres humains»

Marc Corbel (CGT)  reconnait l’existence d’«un réseau» pour faire venir travailler des migrants en Bretagne avec la promesse de les aider à obtenir des papiers.

Mais plutôt que de réclamer que ces emplois soient réservés en priorité à des travailleurs français, rémunérés à la hauteur de la difficulté et de la pénibilité de ces métiers, les syndicalistes exigent de maintenir sur le territoire des individus qui sont rentrés illégalement, ce qui n’a pas empêché les autorités de récompenser 11 d’entre eux par un titre de séjour provisoire.

« On sait depuis longtemps la CGT en perte de vitesse, reniant ses idéaux fondateurs, avec des cadres plus soucieux de conserver leurs privilèges que de défendre les droits des salariés. Mais dans son dernier combat pour exister la voilà qui se focalise sur l’arrivée de toujours plus d’immigrés dans le pays et sur la préférence étrangère. Exit l’anticapitalisme, l’antiracisme est plus tendance ! Accompagnée de la gauche et de l’extrême gauche immigrationnistes, la voilà qui exige les droits et les largesses d’un Pays pour tous ceux qui n’ont aucun droit d’y être ! » indique le communiqué du RN qui dénonce des « leçons de morale humanitaristes » ainsi qu’une « trahison des ouvriers français gravement menacés par la concurrence à bas prix venue d’ailleurs ».

La CGT et le patronat ont en effet un point commun : les premiers font de l’immigration une chance (pour compenser la perte d’adhérents parmi les Autochtones ?) et une nouvelle armée de damnés de la terre à défendre, tandis que les seconds se frottent les mains de pouvoir bénéficier d’une main-d’œuvre mal payée, exploitée («Ils travaillent 48 heures d’affilée, n’ont pas d’équipements de protection individuel, seulement deux masques par semaine, dorment dans des véhicules » peut-on lire au sujet de ces clandestins) malléable au possible, main d’œuvre qui pèse à la baisse sur les salaires et qui permet de maintenir le chantage permanent concernant ces immigrés qui feraient les travaux dont les Français ne voudraient pas.

Ajoutez à cela la capitulation quasi systématique des autorités – et la surmédiatisation de la mobilisation pour ces travailleurs clandestins (250 personnes à Morlaix, sur une population de 25 000 habitants agglo comprise) et vous obtenez, encore une fois, un cas d’école (voir notre article à ce sujet cette semaine) qui exclut les Autochtones de toute autorité à décider qui rentre, qui sort, et surtout, qui reste sur le territoire pourtant régit, jusqu’ici encore, par un contrat social entre citoyens.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Lannuon : 800 000€ a bellomzerioù-hezoug laeret ha yao d’an 9-3 !

E miz gouere 2020 e klaskas ur vandennad torfedourien laerañ 14 paledad a bellomzerioù-hezoug e takad greantel Pégase e...

Var. Des bénévoles des Restos du coeur démissionnent après avoir été menacés par des migrants

À Fréjus, les bénévoles de l'antenne des Restos du cœur ont collectivement quitté l'association, lassés de devoir apporter une...

2 Commentaires

  1. La CGT …….
    On touche là le fond de la fosse…
    Faisons crever les entreprises pour faire crever les patrons ……
    Que vaut le psyché des adhérents à ce truc
    Franchement….

  2. 600 000 adhérents !!! vous êtes généreux, il faut retirer de ce chiffre les 400 ou 450 000 titulaires d’un poste au sein même de la CGT et cela au détriment des salariés.
    le plus triste, c’est que nous payons tous une cotisation forcée à cause de l’État qui abonde plusieurs dizaines de milliards à tous ces syndicats et ce sur nos Impôts, ce qui correspond à un vol manifeste.
    des immigrés travailleurs clandestins, qu’attend la justice pour arrêter ces clandestins et condamner leurs employeurs à de très lourdes amendes.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés