Nantes. Tabassage à Château de Rezé : les 7 agresseurs interpellés et… remis en liberté

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

Le 12 décembre dernier, un homme d’une cinquantaine d’années, armé d’une machette, avait voulu récupérer la moto de son fils, volée un peu plus tôt dans le quartier «sensible » de Château de Rezé. Il avait été roué de coups par une dizaine de personnes. La police a réussi à en interpeller sept.

Ces sept personnes, pour la plupart encore inconnues de la justice, sont âgées de 14 à 21 ans ; un seul est mineur. Plusieurs ont expliqué avoir eu peur de l’arme brandie par le quinquagénaire, assez énervé. Il avait perdu connaissance suite à son tabassage et reçu cinq jours d’arrêt de travail.

Une zone de non-droit

Le parquet avait demandé le placement en détention provisoire des six mis en cause majeurs. Le laxisme judiciaire nantais a encore frappé : les mis en cause ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire, dans l’attente de leur procès.

En attendant, le quartier « sensible » Château de Rezé reste une zone de non-droit gangrenée par le deal de drogues. Ici, où les commerces ferment dès la nuit tombée, par peur du deal et des déprédations, ce sont les honnêtes gens qui ont peur, pas les dealers et les voleurs. Pour certains magistrats, rien à redire.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas vivre sur le même sol...

Eric Zemmour : « La pratique de l’islam n’est pas compatible avec la France. Deux civilisations ne peuvent pas...

Rennes. Un individu fonce en voiture sur un policier

Dans la nuit du 5 au 6 mai à Rennes, du côté de la Prévalaye, quatre policiers qui réalisaient...

2 Commentaires

  1. RAS LE BONNET!!!!! on dit toujours la même chose, la Police fait son boulot, et la justice « bobo  » toujours ( ho les pauvres ce n’est pas de leur faute, faut les comprendre, ils ont eu peur!! il faut virer tous ces incapables sans tarder…

  2. A quoi les Nantais s attendaient eux qui depuis des années ont élus une mairie, des conseillers généraux des députés socialisant. Assumez maintenant !!! Vous avez créer par vos votes cette situation de non droit. Prenez vous en mains ayez un peu de courage au moins pour les futures élections…

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Nantes. Le rassemblement de Sécurité Nocturne Nantes ne fait pas recette

Ce mercredi, Sécurité Nocturne Nantes (S2N), un collectif de commerçants de la nuit qui dénonçe l'insécurité dans le centre-ville, avait annoncé un rassemblement devant...

Nantes. Agression au couteau, vols à la roulotte, cambriolages… la délinquance au quotidien

Le 9 janvier dernier, peu après le couvre-feu, deux intrus ont été aperçus dans le quartier de la Vrière, à la Chapelle-sur-Erdre, alors qu’ils...

Nantes. Agression homophobe et raciste (anti-Blanc) dans un bus

Il paraît que le racisme anti-Blanc n’existe pas, à en croire certains bienpensants. Un fait divers récent à Nantes démontre que si, ça existe,...

Nantes. La (fausse) bonne idée de la Semitan pour tenter de limiter les agressions d’agents

La direction de la Semitan – enfin surtout sa composante politique, donc la présidente de Nantes Métropole Johanna Rolland – semble avoir trouvé la...