Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nantes. Sauve ton bio, pour valoriser les invendus des producteurs bio

Chaque année, nous jetons 10 millions de tonnes de produits consommables en France, dont 50% sont des fruits et légumes. Ces pertes sont considérables puisqu’en 2016, l’ADEME estimait que «l’étape de la production est responsable de 32% du gaspillage alimentaire, soit le deuxième poste le plus important dans le gâchis national»

D’où la naissance de l’initiative Sauve ton bio, en région nantaise.

 Sauve Ton Bio, donne la possibilité au grand public de sauver à prix réduit, des fruits et légumes bio «délaissés» et boudés par les circuits classiques de consommation. En parallèle, le mouvement soutient les producteurs et les maraîchers en leur garantissant un revenu en échange de leurs invendus et en les aidant à réduire ainsi les pertes «sèches» auxquelles ils sont confrontés.

L’initiative entend Transformer les « déchets » d’aujourd’hui en ressources pour demain ! D’un côté, on participe à améliorer la qualité et le niveau de vie des professionnels du bio, en valorisant ce qu’ils sont contraints de jeter. De l’autre, on donne accès à un plus grand nombre de consommateurs, peu importe leur profil, pouvoir d’achat … à des aliments plus sains et plus respectueux de l’environnement (certifiés Agriculture Biologique), en les incitant à faire une bonne action pour la planète.

Les paniers Sauve Ton Bio sont «surprises», c’est-à-dire qu’un Sauveur ne connaît pas à l’avance le contenu du panier. Ces derniers sont réalisés chaque jour avec ce qui est disponible dans notre «garde manger» en fonction des invendus réceptionnés. Les paniers sont mis en ligne et rendus disponibles à partir de 7h00 chaque matin pour être collectés le jour-même. Il faut faire vite, le fonctionnement repose sur le système du « premier arrivé, premier servi » dans la limite des stocks disponibles dans chaque point de retrait.

Pour vous lancer, c’est ici

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Environnement

Maraîchage bio et gaspillage : « Aujourd’hui, tout doit être standardisé »

Découvrir l'article

Dinan, E brezhoneg, Environnement, Local

Tremereg (22 – Daoudour) : paizanted o deus manifestet a-enep an “tiez-gwer bio tommet”

Découvrir l'article

Environnement

Quel bio en Bretagne ?

Découvrir l'article

Environnement, Sociétal

Consommation. Une hausse des prix de la viande à prévoir sous couvert d’écologie ?

Découvrir l'article

Economie

Brest. 80% de produits bio dans les assiettes des écoliers d’ici 2022

Découvrir l'article

Economie, Le Mag'

Où acheter Bio ? 60 millions de consommateurs mène l’enquête

Découvrir l'article

Société

Produits bio. Toujours plus de succès auprès des consommateurs

Découvrir l'article

Société

« Déconsommation » : la grande distribution va-t-elle manger son pain noir ?

Découvrir l'article

Environnement

Abeilles : plus d’agriculture biologique pour plus de miel

Découvrir l'article

Environnement, Vidéo

Terres vendues aux enchères : une ferme bio de Daoulas menacée [Vidéo]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍