Rennes. Le député Mustapha Laabid (LREM) définitivement condamné pour abus de confiance

A LA UNE

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Le député de la première circonscription d’Ille-et-Vilaine Mustapha Laabid (LREM) a été définitivement condamné par la Cour de cassation. Il écope d’une peine de prison avec sursis et d’une inéligibilité de trois ans.

Mustapha Laabid condamné définitivement

Est-ce le dernier épisode du feuilleton judiciaire concernant le député LREM de Rennes Mustapha Laabid ? La Cour de cassation a finalement rejeté le mercredi 16 juin le recours de ce dernier. Ce qui a eu pour conséquence de rendre définitive la condamnation, le 5 octobre 2020 par la cour d’appel de Rennes, de l’élu d’Ille-et-Vilaine pour abus de confiance à huit mois de prison avec sursis. En outre, il s’est vu infliger 10 000 € d’amende et une inéligibilité d’une durée de trois ans. Rappelons qu’en première instance, il avait été condamné à six mois de prison avec sursis au lieu de huit, avant de faire appel de la décision de justice.

Quant aux faits qui lui sont reprochés, c’est une affaire d’abus de confiance qui avait rendu célèbre Mustapha Laabid, député de la circonscription de Rennes – Bruz, par l’intermédiaire du Collectif Intermède, une association dédiée à « l’insertion » dans les quartiers « sensibles » et créée au Blosne, quartier rennais lui aussi « à problèmes », par l’intéressé.

Toutefois, la carte bancaire de l’association aura notamment servi à régler une somme d’environ 15 000 € de frais de bouche à son président, Mustapha Laabid. Mais aussi des vêtements, des factures d’hôtel ou encore une machine à laver et des vacances familiales à Marrakech… Le préjudice total a été évalué à plus de 20 000 € depuis le mois de janvier 2015 pour ce qui s’apparentait à des dépenses personnelles selon la police judiciaire de Rennes. Par la suite, il quittera la direction du collectif lors de son élection comme député aux élections législatives de 2017, surfant sur la vague Emmanuel Macron.

Un député toujours en poste

il est aussi important de souligner que les fonds du Collectif Intermède mis en cause dans cette affaire d’abus de confiance incriminant Mustapha Laabid proviennent intégralement de subventions publiques. L’association a par ailleurs été dissoute depuis.

Une condamnation qui n’a cependant pas conduit, pour l’heure, le député à démissionner de ses fonctions à l’Assemblée nationale. La peine d’inéligibilité qui lui a été infligée ne l’obligeant pas à quitter son siège.

Après sa condamnation en appel, Mustapha Laabid avait déjà dénoncé un prétendu « acharnement » contre lui de la part « des élus locaux » et de certains titres de presse et « leurs connivences avec cette justice de salon ». Et le député LREM de détailler sa pensée : « Parce que je ne suis pas issu du même milieu, de la même caste. Parce que je ne fréquente pas ces petits cercles, ces petites loges. Parce qu’ils m’ont considéré dès la première heure comme illégitime à ma fonction de représentant de la Nation. Ils se sont tous mis d’accord pour tenter de m’arracher mon écharpe de député ».

Plus récemment, au mois d’avril dernier, Mustapha Laabid s’était illustré sur un autre terrain : celui de la défense des langues régionales. En expliquant avoir voté la loi Molac « avec le cœur »… sans l’avoir votée physiquement. La rhétorique du « en même temps » n’est visiblement pas à la portée de tout le monde chez les députés macronistes. Et cela finit par se voir !

Mustapha Laabid (LREM) est un ardent défenseur des langues régionales

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Covid : crise sanitaire avant effondrement économique ? – JT de TVLibertés du vendredi 30 juillet 2021 [Vidéo]

À la une de cette édition du 3. juillet 2021, le Covid, crise sanitaire avant choc économique ! Le journal...

Côtes-d’Armor : Le plan Alerte enlèvement déclenché pour un enfant de 8 ans

L'alerte a été lancée samedi matin par le ministère de la Justice pour retrouver un enfant qui aurait été...

3 Commentaires

  1. ras le bol de tous ces profiteurs, et surtout ceux là partout c’est la même chanson, et seront les premiers à nous imposer leurs coutumes et supprimeront les nôtres !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Langues régionales. Une plainte déposée à l’ONU contre les discriminations de l’État français

L'ONU peut-elle sauver les langues régionales de France ? Le Réseau européen pour l’égalité linguistique compte en tous cas sur l'aide de l'organisation :...

Résistance de la 25è heure : Quand Françoise Morvan fait des adeptes à LREM

Que cette guerre 39-45 est longue ! 76 ans après l'armistice et la capitulation de l'Allemagne nazie que personne ne regrette, les résistants de la...

Yannick Kerlogot : que dit le rapport sur les langues régionales ?

Yannick Kerlogot : que dit le rapport sur les langues régionales ? Interview par Eric Pinault sur le plateau de France 3 Bretagne le...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Notre processus démocratique marche mal, de plus en plus mal » [Interview]

Premier des cinq candidats à répondre aux questions à quelques jours du second tour des élections régionales, Thierry Burlot, de la liste Nous la...