Nantes. Règlement de comptes sanglant entre Roms

A LA UNE

C’est la 33e fusillade de l’année, mais cette fois elle n’a pas de rapport direct avec la guerre des gangs à Nantes, à l’inverse des précédentes. Dans la nuit du 26 au 27 août, une expédition punitive menée par un clan rom rue du Québec, au nord de Nantes, a mené à un tabassage en règle des habitants de la tour, plusieurs coups de feu – à blanc ? – et au moins quatre blessés.

Les agresseurs, selon l’enquête, provenaient d’un camp de Roms installé à Orvault et recherchaient les membres d’une autre famille, installée rue du Québec. Après avoir soigneusement dégradé leurs véhicules, ils sont montés dans les étages et se sont attaquées à divers habitants à coups de battes de base ball et de barres de fer entre autres. Quatre personnes au moins ont été blessées.

Un homme de 44 ans issu de la communauté rom a été interpellé à Orvault ; les origines de l’expédition punitive sont nébuleuses, en partie liées à une rupture amoureuse entre les deux familles, en partie pour des raisons situées en Roumanie.

Rue du Québec, le numéro 3 est une adresse de prédilection des tireurs nantais – pas moins de quatre fusillades entre 2018 et 2021. Mais celles-ci sont liées principalement au trafic de drogue qui bat son plein dans cet immeuble et aux abords immédiats.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Une demande d’ouverture d’une enquête officielle sur les effets indésirables des vaccins contre le Covid-19

Le 14 janvier 2022, une pétition, déposée sur la plateforme des pétitions du Sénat par le Docteur Julien Devillerger...

Jérôme Fourquet : anatomie d’une France divisée

Entretien Livre Noir avec Jérôme Fourquet, analyste politique et directeur du département opinions de l’IFOP ! Avec une redoutable précision,...

1 COMMENTAIRE

  1. la drogue rapporte tellement d’argent que les gangs ne sont pas prêts à abandonner, surtout que la « lutte » contre les dileurs de rues est si permissive, les gars sont interpellés puis remis en liberté dans la journée

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés