Fermeture des discothèques. Accusant les non vaccinés, certains gérants réclament la vaccination obligatoire

A LA UNE

En France, les discothèques vont devoir garder porte close pour une durée d’au moins quatre semaines suite aux annonces de Jean Castex. Mais, plutôt que de pointer l’incompétence de l’exécutif, certains patrons d’établissements de nuit, légitimement remontés contre cette décision, mettent en accusation les non vaccinés, voire en appellent à rendre la vaccination obligatoire.

Fermeture des discothèques : la colère des chefs d’entreprise

La crise sanitaire aura contribué à fracturer encore davantage la société française avec l’apparition de la distinction entre les vaccinés et les non vaccinés. L’épisode du Covid-19 entamé en 2020 aura également permis de mettre en exergue certains vieux réflexes humains lorsque les temps se durcissent, telle la désignation de boucs émissaires.

Ainsi, le Premier ministre Jean Castex a pris la parole le 6 décembre dernier pour présenter une série d’annonces censées lutter contre la « cinquième vague » de coronavirus. Parmi les victimes de ces mesures, les discothèques, qui doivent fermer leurs portes à partir du vendredi 10 décembre 2021 pour une durée de quatre semaines minimum. Selon le chef du gouvernement, en raison d’une circulation active du virus chez les jeunes et d’un port du masque difficile à appliquer dans ces établissements de nuit, ces derniers sont donc de nouveau contraints de cesser leur activité.

C’est donc un coup dur supplémentaire pour les patrons du monde de la nuit qui avaient pu rouvrir le 9 juillet dernier après seize mois sans pouvoir accueillir aucun client. Mais, face à une décision considérée comme « injuste » par la quasi-totalité de la profession, les réactions de certains gérants de discothèques, nombreuses depuis lundi soir dans la presse quotidienne régionale, sont intéressantes à relever…

Les non vaccinés pointés du doigt par des patrons de la nuit

Sans surprise, plutôt que de s’ériger enfin contre cette politique de terreur sanitaire gouvernementale dont l’inefficacité se révèle un peu plus chaque jour, des propriétaires de boîtes de nuit, visiblement peu au fait de la réalité chiffrée de la pandémie, préfèrent mettre en accusation les Français non vaccinés, responsables à leurs yeux de la fermeture de leurs établissements.

Aussi, dans un article de l’édition d’Ille-et-Vilaine du quotidien Ouest-France publié le 7 décembre, deux gérants d’établissements de nuit rennais pointent du doigt celles et ceux ayant refusé les injections censées protéger contre le Covid-19. Il en est ainsi de David Dartois, patron du Delicatessen et de l’Espace, deux discothèques du centre-ville de Rennes.

Quant à la question « à qui la faute ? » de cette obligation de fermeture, David Dartois répond sans hésiter : « Aux non vaccinés ». Qui, selon lui, « n’en ont rien à faire des vaccinés. Ces casaniers sacrifient la jeunesse des autres. » Et le gérant des deux établissements de nuit de considérer que « les anti-vax ont donc gain de cause ».

Si, jadis, le monde de la nuit fut souvent présenté comme un univers de liberté, les temps ont donc bien changé avec la crise sanitaire : « Nous ne sommes pas des victimes sanitaires mais des victimes politiques ! Le gouvernement nous sacrifie au lieu d’obliger les égoïstes », affirme de son côté Remy Gourlaouen, gérant du 1988 Live Club, au Colombier. Lequel demande en clair à l’exécutif d’imposer la vaccination obligatoire pour tous après avoir été obligé d’annuler 29 artistes et de rembourser l’ensemble des billets déjà vendus…

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Gilles Lebreton, député européen du RN à Nantes : « Le véritable adversaire, c’est Macron »

Gilles Lebreton, député européen du Rassemblement national, était à Nantes le 23 janvier  pour la traditionnelle galette des rois...

Nantes. Stups tous azimuts…

Les jours passent, et malgré le brouillard et les renforts policiers, les délinquants continuent de s'activer, notamment en vendant...

9 Commentaires

  1. Bande d’abrutis, les vaccinés n’ont besoin de personne pour propager le virus, il faut réfléchir un peu et regarder le problème, même la population vaccinés à 100% ce virus continuera à se répandre, donc pass sanitaire pour tous afin d’avoir la 5e, 6e 7e … 18e dose, ce qu’il faut c’est laisser le virus circuler, comme la Grippe, mais cela arrange trop le gouverne ment d’avoir main mise sur le peuple.

  2. Ces gérants savent très bien que cette affaire de première, deuxième.. cinquième vague n’est que de la supercherie.
    Quand viendra le temps des procès, les tribunaux jugeront de leurs activités de collaboration !

  3. Les discothèques fermeront inexorablement au fil du temps avec ou sans restrictions sanitaires…
    Elles ne sont plus aujourd’hui, hors rares exceptions, que des temples d’une musique moderne abrutissante.
    Aucun intérêt, tant pis pour eux.

  4. C’est là qu’on voit que la manipulation marche à fond chez une proportion – que nous espérons marginale – d’abrutis qui se font les complices de la ségrégation. A ceux-là, nous souhaitons que cette nouvelle fermeture les mette définitivement au tapis. Comme nous supposons qu’ils sont tous vaccinés, ils pourront toujours s’inscrire au RSA : ils y ont droit. C’est bizarre, quand ils sont rançonnés par leurs « parrains » protecteurs de la profession, ils payent et ils la ferment car ils savent bien qu’un refus signifie la destruction de l’établissement par incendie …. Bande de bas de la gueule, vous n’avez que ce que vous méritez.

  5. fermer les discothèques où le virus se répand plus que dans le métro ou les supermarchés !
    ils ont permis de faire remarcher les remontées mécaniques !
    autre bisarerie gouvernementale : les avions pourront reprendre le trajet (12 heures) sur l’ile maurice mais pas en partance de l’ile de la Réunion (3/4 d’heure) ! logique , non?
    les français n’ont toujours pas de pétrole mais des idées !

  6. Ces gérants sont des covidés, comme 60 % des Français. Que voulez-vous faire contre cela ?
    Si : « liberté, résistance ! » Mais ce sera un long combat. Comme la Résistance (avec un autre contexte, bien sûr).

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés