Terreur vaccinale. Jean-François Delfraissy évoque la possibilité d’une quatrième dose… [Vidéo]

quatrième dose

À peine la campagne de rappel vaccinal avec l’administration une troisième dose lancée, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy n’exclut pas que l’injection d’une quatrième dose aux Français vaccinés soit nécessaire par la suite.

Jean-François Delfraissy, le « Lucky Luke » de la vaccination ?

En matière de politique sanitaire en France, les annonces des autorités se suivent à une vitesse folle, au risque de perdre le citoyen lambda déboussolé par une pluie d’informations parfois contradictoires.

L’audition le 8 décembre par la commission sénatoriale des Affaires sociales de Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique chargé d’aiguillonner les décisions de l’exécutif dans la gestion de la crise du Covid-19, va pas contribuer à éclaircir la situation.

Tandis que la très large majorité de Français ayant franchi le pas de la vaccination apprenait quelques jours auparavant que le maintien de son pass sanitaire serait conditionné par l’administration d’une troisième dose de vaccin, présentée comme « rappel » à partir du 15 janvier prochain pour les personnes âgées de 18 ans et plus, Jean-François Delfraissy a déclaré : « Il est possible que nous ayons besoin, à un moment donné, d’une quatrième dose. Dans quel délai ? Je ne le sais pas encore ».

Si une quatrième injection de vaccin est d’ores et déjà possible actuellement dans des cas spécifiques comme les personnes immunodéprimées, cette annonce de Jean-François Delfraissy, que l’on pourrait qualifié avec humour, en référence à un célèbre cow-boy de bande dessinée, d’« homme souhaitant vacciner plus vite que son ombre », n’a pas vraiment rendu service à la politique gouvernementale portée par Jean Castex et Olivier Véran.

Une communication critiquée par Martin Blachier… et Christophe Barbier

Les propos tenus par le président du Conseil scientifique devant le Sénat ont notamment fait réagir l’épidémiologiste Martin Blachier, que l’on ne présente plus à nos lecteurs. Il s’est exprimé ce même 8 décembre sur Twitter :

« Est-ce que Delfraissy se rend compte du mal qu’il fait avec ce type de déclaration ? Il nourrit tous les complotismes et prend la main sur la démocratie en imposant sa vision zéro-covid dangereuse sans contradicteur. »

Par ailleurs, invité le 9 décembre sur CNews, Martin Blachier, qui a visiblement largement revu son point de vue sur la gestion de la crise sanitaire en France en l’espace de quelques mois, a déclaré sur le plateau de Pascal Praud que « le pass sanitaire sert à pousser les gens à faire la troisième dose mais au fond il ne sert à rien ».

Plus surprenant, sur BFMTV le 8 décembre, c’était au tour de l’éditorialiste Christophe Barbier de critiquer la déclaration de Jean-François Delfraissy. Tandis que l’homme à l’écharpe rouge est traditionnellement réputé pour être en phase (voire en avance ?) avec les annonces des autorités, il a cette fois considéré qu’évoquer une possible quatrième dose alors que la campagne pour le rappel vaccinal de la troisième dose n’est enclenchée que depuis quelques jours pourrait finalement se révéler être contre-productif et susciter de la défiance, y compris chez les Français ayant jusqu’à présent adhéré au narratif de l’exécutif…

Quatrième dose :  déjà sur la table en Israël…

Toutefois, aussi maladroits soient les propos du président du Conseil scientifique d’un point de vue du calendrier pour le gouvernement, cette hypothèse de l’administration du quatrième dose ne vient pas de nulle part. À ce sujet, en Israël, pays présenté comme « pionnier » en matière de vaccination depuis le début de la campagne, la question d’une quatrième injection est sur la table depuis plusieurs semaines désormais.

Pas plus tard que le mardi 7 décembre, le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a déclaré mardi qu’il « se pourrait qu’Israël approuve à un moment donné une quatrième dose pour la population générale ». En ajoutant : « Je ne sais pas encore. Si nous constatons que l’efficacité du vaccin diminue après un certain temps, même après le rappel, nous pourrions recommander une quatrième dose, c’est possible. »

Sur la quatrième dose en Israël :

Israël. Covid-19 : le ministre de la Santé envisage la quatrième dose de vaccin…

Crédit photo : Capture YouTube (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

6 réponses

  1. Déjà, je me demande si ce monsieur est vacciné, tout comme nos élites ! j’aimerai que ce monsieur nous donne son vrai bilan vaccinal, car si tout le monde savait le vrai chemin vaccinal de nos élus, sénat, assemblé, etc., technocrates , vous seriez surpris.

  2. pourtant le message du gvt est clair : les gens protégés doivent se protéger des non protégés en forçant les non protégés à utiliser la protection qui ne protège pas les protégés . Quoi ??? c’est pas clair ?

  3. 4ème dose, avant la 5ème etc.
    yvan rioufol, vieux crouton qui commente parfois l’actualité sur cnews, s’est fait contaminé par un « double vacciné » racontait il l’autre latin, avec un sourire narquois, il n’est ni mort ni aux urgences, simplement soigné (car détecté rapidement) avec de l’ivermectine et de hydroxichloroquine !

  4. Il est suspect qu’un type aussi brillant que Delfraissy refuse de voir ce qui se passe dans les pays qui rejettent à la fois confinement et vaccination mais persistent à utiliser les méthodes classiques de la médecine face à ce virus qui oscille entre une mauvaise grippe et un rhume (omicron) c’est à dire protocole Raoult ou Ivermectine (Afrique, Inde)

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !