« Maîtresse, son masque est mal mis ». Les nouveaux enfants soldats de la Ripoublique [L’Agora]

Nos dirigeants sont en train de façonner une société monstrueuse du fait de la tyrannie sanitaire, et du régime de terreur instauré depuis deux ans maintenant. Les nouvelles cibles principales de cette terreur ? Les enfants, nos enfants, à qui les autorités voudraient désormais faire injecter un vaccin qui ne leur servira strictement à rien puisque par définition, ils n’ont quasiment aucune chance de développer naturellement une forme grave d’un Covid-19 qui, rappelons-le, tue majoritairement des personnes âgées, ou en situation de comorbidité.

Ainsi, dans l’école de mes enfants, certains petits gamins, innocents, deviennent les enfants soldats de la Ripoublique. « Ton masque n’est pas bien mis ». « Mets ton masque ». « Maîtresse, il n’a pas son masque ». Ces propos me sont rapportés par mes propres enfants, victimes de ces gamins que leurs parents n’ont pas su protéger contre la terreur sanitaire distillée, quotidiennement, par les médias mainstream, par les politiques, par la publicité, partout, tout le temps.

Ces gamins perdus, petits monstres en gestation, se sentent eux aussi le devoir de participer à la « guerre » et à la « première ligne », ces deux sentences énoncées il y a de nombreux mois par Emmanuel Macron.

Masque à l’école : une maltraitance pour les enfants, par Marie-Estelle Dupont (psychologue)

« Vous voyez, ils appliquent même mieux les consignes que leurs parents » indiquent certains journalistes, politiques ou commentateurs, monstrueux eux aussi, qui oublient sans doute que lorsque des gamins sont battus, brimés, et même violés par leurs parents, cela ne les a jamais empêchés, un temps durant, de prendre la défense de leurs bourreaux qu’ils aiment plus que tout.

Il faut imaginer le psychisme, l’état d’esprit de ces enfants quand ils vont grandir.

Ces enfants qui n’auront eu face à eux, comme modèles, que des parents trop lâches pour résister à un système oppresseur, qui sait jouer de tout pour contraindre au masque généralisé, à la vaccination obligatoire, alors même que le virus continue de circuler, de muter, de toucher y compris les gens qui demain, se seront injecté 50 doses de vaccin dans le corps.

Trop lâches, mais aussi eux mêmes terrorisés, par la peur de perdre un emploi, par la peur de ne plus avoir de vie sociale, par la peur de ne plus pouvoir consommer, aller prendre un verre, se restaurer. Si des études d’opinion étaient réalisées sur le sujet, nul doute que les motivations de ceux qui se précipitent dans les centres de vaccination seraient majoritairement éloignées du « je protège les autres » et autres débilités qu’on entend déblatérer à longueur de journée dans la boîte à cons.

Outre ce modèle de familles, d’éducateurs, d’instructeurs en perdition, au garde-à-vous face à un État qui se révèle chaque jour un peu plus tyrannique, ces gamins grandissent maintenant depuis deux ans avec des interlocuteurs cachés derrière des masques, sans voir les sourires, les colères, le visage, les expressions. Avec des familles qui se déchirent, qui ne se voient plus. Avec des discussions à n’en plus finir, autour d’un sujet devenu religion, le Covid et le covidisme. Il n’y a plus d’humanité. Quel monde est-on en train de leur construire et de leur laisser demain ?

Nos dirigeants sont en train de pousser à l’émergence d’un monde qui ressemblera demain à un mauvais mélange entre les films The Island et Mad Max. Avec des enfants soldats pour personnages principaux, enfants qui, lorsqu’ils grandiront, termineront finalement ou bien comme des êtres soumis prêts à servir les dominants sans réfléchir, ou bien pour d’autres, comme des monstres sans aucune limite. Un peu comme si on transposait dans notre quotidien le jeu GTA, grandeur nature, avec les conséquences funestes que cela aura dans nos sociétés.

Il n’y a pas à tergiverser : les dirigeants de nos États sont criminels et devront payer un jour ou l’autre ces souffrances infligées à plusieurs générations. Ils rendront des comptes et seront jugés, si et seulement s’il existe encore suffisamment d’hommes et de femmes libres dans ce pays pour décider de siffler la fin de la torture généralisée. La fin de la soumission. La fin de l’acceptation du sort de moutons que l’on amène à l’abattoir.

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793, également appelée constitution de l’an I, article 35 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

Y. Vallerie.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Excellent article auquel je souscris entièrement. Des parents, pour aller voir James Bond au cinoche, bouffer au Mc Do ou boire un canon au bar sont prêts à tout accepter, secouant la tête comme l’âne Martin et se vautrant aux pieds de décideurs crimnels. Pauvre France !

  2. Il n’y a pas que les droits de l’homme qui sont violés. Il n’y a tout simplement plus de droit, plus de règles du tout, que celles du plus fort et de l’argent.

    1. les « droits » ? Nous allons les reprendre de quelque manière que ce soit ….
      Ils sont combien à jouer aux dictateurs génocidaires ? une poignée , nous sommes des millions .
      Et NUREMBERG 2 n’est pas loin .

  3. Et on peut parler aussi, du développement des réseaux de faux passes sanitaires, justement, dans le but de pouvoir aller au ciné, ou au restaurant..
    Pour info : un virus est de l’ordre du nanomètre, les trous du masque sont de l’ordre du micron, soit : 100 000 virus qui passent par un trou du masque…

    1. Enfin quelqu’un qui évoque l’inefficacité (dangereuse même) des masques et en plus ils sont remplis de graphène et laissent échapper des fibres de polypropylène .Bon pour nos enfants !

  4. « (…) Tous les totalitarismes s’en prennent systématiquement aux enfants, les endoctrinent, poussent à la délation, divisent les familles, tournent les enfants en opposition contre leurs parents, etc. On est dans cette politique-là. (…) »

    Source : Entretien avec Amèle Debey (normalienne, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie) pour L’Impertinent, 15/10/2021. https://www.arianebilheran.com/post/l-ideologie-sanitaire-est-un-pr%C3%A9texte-a-une-gouvernance-totalitaire

  5. j’ai entendu cette dame sur cnews, rien que du bien pour les enfants! mais que les compères sur le plateau semblent souvent feindre d’écouter.
    qu’ils fichent la paix aux enfants ! c’est trop demander ?

  6. dire qu’ils auront 50 doses dans le corps signifient qu’on pense que ce « vaccin » , c’est de l’eau, un placebo, alors que je pense que malheureusement, beaucoup de gens auront des problèmes et tous ces sprtifs jeunes qui meurent d’accidents cardiaques devraient alerter des médecins , des gens sensés .
    où sont les gens sensés ?

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !