Clandestins cambrioleurs, femme de 76 ans menacée par un dealer armé d’une hache, rixe à l’arme à feu : la Bretagne plus ensauvagée que jamais…

Blancs

Des clandestins fracturant la porte d’un appartement et qui, une fois auditionnés par la police, prétendent y avoir été invités, une femme de 76 ans menacée par un dealer armé d’une hache et une rixe à l’arme à feu : le récent tableau de la criminalité est toujours aussi sombre en Bretagne.

À Brest, deux faux mineurs clandestins interpellés pour violation de domicile

Ces derniers jours, l’insécurité n’a pas manqué de se rappeler au bon souvenir des Bretons aux quatre coins de la région. À Brest jeudi 10 février, les forces de l’ordre procédé à l’interpellation de deux clandestins dans un appartement du quartier de Recouvrance.

La présence de deux hommes dans le logement n’était guère plus légale que leur présence sur le territoire français puisqu’ils avaient fracturé la porte de celui-ci. C’est un voisin, témoin de la scène, qui a alerté les fonctionnaires de police brestois.

Plus surprenant, une fois auditionnés au commissariat central de Brest, les deux migrants en situation irrégulière ont nié les faits en expliquant avoir été invités dans l’appartement. Visiblement au fait des techniques permettant de bénéficier de la clémence de la justice française, ils ont également indiqué aux policiers n’être âgés que de 17 ans dans l’optique de bénéficier du statut de mineurs. Cependant, les examens osseux des deux clandestins n’auraient pas prouvé cette minorité supposée… Ils font désormais l’objet d’une convocation au tribunal le 9 septembre 2022 pour violation de domicile et dégradations en réunion.

Pour rappel, nous avions rapporté des faits similaires, toujours à Brest, à la fin du mois de janvier lorsque deux autres migrants avaient déjà tenté de cambrioler deux appartements, cette fois dans le quartier Saint-Martin. Suite à leur arrestation, ils avaient aussi essayé de jouer la carte de la minorité mais, comme leurs homologues, les tests osseux ont plaidé contre eux.

Vannes : un dealer menace une femme de 76 ans avec une hache

Du côté de Vannes le 9 février, un individu de 19 ans a menacé une femme de 76 ans avec une hache. Dans des conditions étonnantes puisqu’il s’avère que la scène s’est déroulée dans le parking souterrain d’un immeuble. L’homme était alors assis sur une chaise pliante, objet très prisé des dealers, et prétendument en « discussion avec une amie », lorsque la victime, habitant dans le bâtiment, a demandé aux deux protagonistes la raison de leur présence dans le sous-sol.

En guise de réponse, la septuagénaire n’a alors reçu qu’une salve d’insultes de la part du prévenu, qui sortira ensuite une hache de son sac avant de la brandir au-dessus de sa tête. La femme de 76 ans, visiblement peu impressionné, ne se démonte pas face à l’individu qui finit par quitter les lieux en dégradant le mobilier à coup de hache sur son passage.

Interpellé non loin de là quelque temps plus tard, outre la lâche, les policiers ont également saisi sur lui un couteau, de la résine de cannabis et des capsules de cocaïne. L’homme a été ensuite placé en garde à vue puis les forces de l’ordre ont procédé à une perquisition de son domicile. À cette occasion, ils ont mis la main sur 790 € en liquide et une balance de précision, autre objet de prédilection des trafiquants de drogue.

Lors de son audition, l’individu a justement reconnu s’adonner à cette activité en indiquant qu’il dealait régulièrement depuis le mois de novembre 2021 dans le centre-ville de Vannes. Il a été jugé en comparution immédiate vendredi 11 février par le tribunal correctionnel de Vannes pour des faits de menace avec arme, et détention de stupéfiants. Le trafiquant de drogue menaçant a finalement écopé d’une peine de 18 mois de prison dont 6 ferme avec mandat de dépôt ainsi que d’un sursis probatoire de 30 mois.

Règlement de comptes à l’arme à feu à Pontivy

Enfin, à Pontivy cette fois, l’avenue de la Libération a été bouclée par les gendarmes durant plus de trois heures le 10 février au matin. C’est sur cette voie, l’une des principales artères de la sous-préfecture morbihannaise, qu’un règlement de comptes entre plusieurs protagonistes aurait eu lieu durant la nuit précédente, vers 2 h du matin.

Pour l’instant, peu d’informations ont filtré sur les faits mais les gendarmes ont procédé à des relevés de traces et d’indices. Selon le parquet de Lorient cité par Ouest-France, cette rixe aurait fait « deux victimes [qui] sont deux frères d’une vingtaine d’années ». L’un a été blessé par arme à feu et l’autre aurait reçu des coups avec un objet contondant. Les deux individus ont été transportés au centre hospitalier du Centre-Bretagne à Noyal-Pontivy.

Par ailleurs, les personnes impliquées dans cette rixe seraient toutes « extérieures à la commune de Pontivy », toujours aux dires du parquet. Un règlement de comptes qui pourrait avoir pour origine un différend concernant le trafic de stupéfiants.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Une réponse

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS