Parrainages présidentielle 2022. Anne Hidalgo (PS) et Sandrine Rousseau (EELV) favorables à une élection sans Éric Zemmour [Vidéo]

Zemmour

La prochaine élection présidentielle sans Éric Zemmour faute d’un nombre de parrainages suffisants ? La perspective ne dérange pas Anne Hidalgo (PS) et Sandrine Rousseau (EELV).

Anne Hidalgo : la démocratie mais pas trop…

Si Anne Hidalgo est favorable au dialogue avec les clandestins d’origine extra-européenne afin de juger s’ils sont mineurs ou non, la candidate PS à l’élection présidentielle fait en revanche preuve de beaucoup moins de souplesse à l’égard d’Eric Zemmour. Ce dernier, actuellement à la peine pour réunir tous les parrainages nécessaires afin d’être en mesure de se présenter au suffrage d’avril 2022, ne peut pas compter sur le soutien du maire de Paris.

Au micro de France Inter le 22 février, Anne Hidalgo a déclaré au sujet des parrainages du candidat de Reconquête : « Si on n’est pas capable de convaincre 500 maires sur 42 000 élus qui peuvent parrainer, alors il y a un petit problème ». Expliquant ensuite en trame de fond que les maires, « en raison de la transparence sur les parrainages, savent qu’ils sont devant leurs concitoyens ». En langage décrypté, cela revient à dire qu’un édile susceptible de parrainer Éric Zemmour avec son identité affichée s’expose aux pressions de la gauche et de l’extrême gauche dans sa commune.

Puis la candidate PS poursuit : « Qu’on ne nous prenne pas pour les idiots du village. Zemmour, qui tient des propos antidémocratiques, des propos négationnistes, des propos qui sont extrêmement dangereux pour l’équilibre de notre pays et qui nous renverrait à une forme d’indignité au ban des nations, qu’au nom de la démocratie on vienne chercher des formules pour lui donner les parrainages, mais de qui se moque-t-on ? »

Parrainages : pour Sandrine Rousseau, Éric Zemmour n’est pas dans le « cadre républicain »

Autre femme de gauche « progressiste » ne voyant aucun problème à ce que l’ancien polémiste de CNews (crédité de 16 % dans les sondages) ne puisse pas se présenter à l’élection présidentielle, Sandrine Rousseau, porte-parole d’Europe Écologie Les Verts (EELV) et par ailleurs soutien du candidat Yannick Jadot.

Sandrine Rousseau, qui avait, entre autres, suscité les railleries des réseaux sociaux au mois de septembre 2021 après s’être vantée de vivre avec un « homme déconstruit », était invitée sur France 2 le 22 février. Si elle s’est dite favorable à « revoir ce système de parrainages », elle n’envisage cependant d’aider que les « personnes qui sont dans un cadre républicain ». En effet, la porte-parole EELV ajoute : « Je sors Éric Zemmour du cadre républicain. Et Marine Le Pen de la même manière. »

Une position plutôt constante de la part de Sandrine Rousseau puisque le 3 février dernier, elle déclarait déjà au micro de RMC qu’Eric Zemmour n’avait « pas sa place à l’élection présidentielle » :

Enfin, outre Éric Zemmour, Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et Marine Le Pen (Rassemblement national), tous deux également crédités de plus de 10 % dans toutes les études d’opinion, sont également à la peine pour réunir leurs 500 parrainages d’élus requis par la loi pour valider leur présence au premier tour alors que l’échéance du 4 mars approche. On n’ose imaginer l’abstention record qui pourrait frapper le pays si ces trois-là ne figuraient pas sur la ligne de départ le 10 avril prochain…

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Greenbox) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. Quand vous écrivez que « cela revient à dire qu’un édile susceptible de parrainer Éric Zemmour avec son identité affichée s’expose aux pressions de la gauche et de l’extrême gauche dans sa commune. »,

    Je pense que c’est faux. Il ne sera pas en butte aux pressions de la gauche, mais à un déferlement de haine sur tous les canaux médiatiques, politiques, administratifs, culturels, financiers… etc.

  2. Il y a une grande distinction, c’est-à-dire un abîme, entre un Républicain et un non-Républicain, tout comme entre un riche et un pauvre.

    Madeleine Porsat née en 1773, morte en 1843 en France, était une paysanne à Saint Jean aux environs de Lyon.

    Elle était pauvre et illettrée, elle ne savait même pas écrire pour signer son nom.
    Pendant cinquante cinq ans, elle fut domestique chez la famille Labbe, à Saint Jean de Bournay, en Isère.

    Elle prophétise que la Fin des temps sera précédée par six crises :

    « Voici la sixième plaie, la crise du commerce. Le commerce marche à sa fin parce que la roue du char n’a plus son pivot : la confiance.

    Entre la sixième crise et la septième (confusion), pas de repos ; le progrès sera rapide.

    «Quatre-vingt-neuf» n’a renversé que la France ; ce qui vient va être le renversement du monde. »

    Nous y sommes et il y a toujours les Républicains et les non-Républicains, bien droits dans leurs bottes, pour les premiers.

    On va donc dire que les abstentionnistes ne sont ni Républicains, ni démocrates, etc.

    Ils ne sont rien, mais ils existent.

  3. une élection sans zemmour aujourd’hui, sans personne de droite ou même du centre demain ! des candidats officiels comme en iran ou en corée du nord

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !