Faut-il avoir peur du nucléaire ? Jean-Marc Jancovici met les choses au point

Jean-Marc JANCOVICI était l’invité de C Politique, et débattait notamment sur la question du nucléaire. Une mise au point percutante, qui laissera les animateurs de l’émission sans voix. Plusieurs extraits ci-dessous.

L’émission au complet ci-dessous

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

8 réponses

  1. Bien sûr que non .
    A condition – indispensable – que la maîtrise de « .l’outil  » soit concentrée dans les seules mains de l’état ( CEA ) et la mise en oeuvre par EDF .
    Surtout ne pas y introduire de critère de rentabilité , ni d’intervention par des sociétés sous-traitantes .
    Ce domaine particulier ( nucléaire ) si crucial de la production d’énergie doit échapper aux griffes du privé ; pensez donc qu’en ayant saucissonné cet ex « .fleuron  » en 3 entités , dont la vente de NOTRE électricité sur le « .marché ( spéculatif , hein ) de l’énergie  » que nous produisons à 42 euros le mégawatt , nous devons l’y racheter à 1.000 euros le mégawatt !!!
    Une aberration qui nous coûte cher , prônée par ces chantres du libéralisme ( Hollande , Sarkozy et surtout Macron ) qui misent sur la fable de l’éolien au profit des fonds de pensions étrangers , en laissant sur le carreau la moitié de nos réacteurs en état de marche . Ces salopards qui vont à l’encontre des intérêts des français devraient se retrouver devant un tribunal populaire ; ce n’est pas en limogeant le directeur d’EDF que le cuistre Macron s’en sortira .

    1. Holland Starski et Micron ne sont pas des libéraux mais des socialistes. Avec ces socialistes nous avons 9 millions de chômeurs cqfd.

  2. Après Three Mile Island, Tchernobyl, Fukishima, il est impossible de ne pas avoir peur du nucléaire.
    Et la technologie actuelle a peu d’avenir pour le secteur de l’énergie civile, car l’investissement est énorme, la durée d’une centrale est courte, celle des déchets radioactifs est illimitée, et le risque de prolifération d’arme atomique existe.
    Il s’agit d’une solution dans l’attente de nouvelles inventions pour produire de l’énergie.

    1. La nocivité de l’enfouissement des déchets radioactifs diminue avec le temps, elle est moins importante que le stockage du CO2 dont la nocivité est éternelle! Le CCS (Convention de la Capture et du stockage de Carbone )est en vogue pourtant!…Le parc éolien ne permet pas une diminution du CO2,il ne tournera que 25% du temps car, en l’absence de vent, le réseau est compensé par des centrales à charbon ou à gaz…

  3. Three mile Island était un incident où il n’y a pas de de dégagement. Quant Tchernobyl et Fukushima, entre ce qui est dit et les véritables raisons, il y a un grand écart … Pour Tchernobyl, j’espère que la vraie cause sera un jour publiée!!! A Fukushima: Pour info, au Japon en 1896 et 1933, un tsunami a ravagé la cote de Taro situé à 250km au nord de Fukushima. Une muraille de 14.7m de hauteur a été construite en 1934 pour protéger les habitants et les champs… Les études pour Fukushima avaient mis en évidence la possibilité d’une vague de 25m de hauteur… Mais ce n’était pas utile de dépenser de l’argent pour une si petite probabilité!!!
    Le nucléaire, c’est sérieux et laisser cette industrie à des personnes qui font primer la rentabilité sur la sureté, ce n’est pas sérieux. De plus il faut des politiques qui ne sont pas des girouettes…
    Jean Marc Jancovici fait parti des rares experts qui ne sont pas du sérail mais ses compétences sont réelles et globales. Il possède une hauteur de vue pour la gestion des énergies: il y a très peu de personnes comme lui en France.

  4. Contre le nucléaire – Non seulement au vu du passé (graves accidents) mais aussi parceque , habitant non loin d’une ancienne zone de traitement :

    1: j’ai vu les quantités incroyables de roches nécessaires pour extraire un peu d’uranium
    Donc défiguration des paysages avec d’énormes carrières que l’on cache maintenant. (accès dissimulé et interdit)

    2 Les terrains sur le site de traitement de ces roches, sont contaminés à jamais. Les terrains avoisinant aussi (l’eau de pluie transporte la radioactivité) Etre honnête envers la population, dire la vérité. Des déchets ont servi à empierrer des routes etc…

    3 C’est la même chose dans les pays étrangers là où la France se fournit en uranium. Car sous les protestations de la population française, nos gouvernements ont décidé d’importer l’uranium du Kazakhstan, du Niger, du Canada, de l’Australie…
    Au fait où est l’indépendance énergétique française dont on nous parle avec l’uranium?

    Par ailleurs, Les centrales nucléaires rejettent du tritium dans l’eau et dans l’air. En plus de rejeter de l’eau chaude qui modifie les conditions de vie de la vie de la faune aquatique. On n’en parle pas ou peu.

    ALORS que se profilent déjà de bonnes avancées sur l’ Hydrogène. Panneaux solaires. Eolien : pour ceux qui acceptent.

    En attendant SOBRIETE progressive dès maintenant pour tous. Je l’ai vécue autrefois et nous vivions heureux tout de même en s’organisant facilement.

  5. Je vois que la propagande écolo anti-nucléaire se propage bien à coups de mensonges. J’ai travaillé sur une mine d’extraction d’uranium en sous-traitance en tant que chef de chantier. Pour en avoir fait l’expérience, je peux vous garantir que l’extraction du minerai n’est pas plus polluante que celle de minerai de fer et beaucoup moins dommageable pour l’environnement que celle de la bauxite. Pour autant, personne ne songe à se passer d’acier ou d’aluminium. Quand au rejet de tritium dans l’eau ou l’atmosphère, à moins d’une fuite dramatique sur le circuit primaire d’un réacteur, c’est tout simplement impossible. J’ai vu très souvent des sbires de la CRIIRAD embarqués dans des pneumatiques sur le Rhône en aval de Marcoule faire des prélèvements. Si il y avait eu le moindre petit atome ces ayatollahs nous l’aurait fait savoir !

  6. Pour construire un une centrale (1 groupe) nucléaire de 1450MW il faut 15 000m3 de béton.Pour une éolienne de 2 Mw il 400m3 de béton. Quand on sait qu’il faut exactement 3003 éoliennes pour avoir la même production( mais d’une manière aléatoire) qu’un groupe on peut faire ce petit calcul: 400m3 x 3000=1.2 millions de m3 de béton . Ou prenez-vous le sable et les gravier?
    Autre point, C’est du béton dosé à 350Kg/m3. Pour un groupe nucléaire il 15000×0.35= 5 250 tonnes de ciment. Pour les éoliennes 1.2 millions de m3 x 0.35= 420 000 tonnes de ciment. (rapport 80 fois plus). Pour fabriquer une tonne de ciment, on dégage 882kg de CO2 dans l’atmosphère… Si on ajoute l’extraction, les transports et la fabrication du béton,on a une tonne de ciment égale une tonne de CP2 dans l’atmosphère. Alors balancer 420 000 de CO2 pour avoir une production électricité aléatoire, c’est cela que vous appelez défendre la planète? Et le sable il est pris en mer… Mais la mer a horreur des trous dans ses fonds alors elle prend le sables des plages pour combler ses fonds… Finies nos belles plages.

    Quant, a parler de déchets, c’est une erreur: Il faut distinguer ce que l’on appelle dans le métiers les combustible irradiés et les déchets proprement dits ou là il y a encore deux catégories: les recyclables et ce qui vont en décharge ultime.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS