Projet Horizon. Les Amis de Callac demandent l’organisation d’un référendum à Jean-Yves Rolland

« Mais bon sang, pourquoi n’organisent-ils pas un référendum ? » se fâche une mère de famille à la sortie d’un supermarché de Callac, ce lundi. « Cela calmerait bien des tensions ». Elle n’est pas la seule, à Callac, à réclamer un référendum pour se prononcer pour ou contre le projet Horizon d’accueil de dizaines de migrants, dans les prochains mois, les prochaines semaines, dans la commune. Aux frais du contribuable, via une majorité d’argent public et un complément versé par le fond de dotation Merci, géré par la richissime famille Cohen, depuis Paris.

Le collectif « Les Amis de Callac » n’en demande pas moins. Comme Le Parti Breton récemment. Comme de nombreux habitants du canton. Un référendum. Présent sur les marchés, il acquiert l’assentiment d’une partie non négligeable de la population de Callac et des alentours. A chaque fois, les mêmes critiques visant la municipalité : « Jean-Yves Rolland a fait ça dans le dos de tout le monde ». « Ils devraient présenter clairement le projet et le soumettre à référendum ». « Je n’ai pas quitté la banlieue parisienne pour revivre ce que j’y ai vécu là bas depuis 40 ans ». La population s’interroge aussi à savoir pourquoi des millions seront investis là et pas pour rénover des maisons déjà existantes, pour les habitants de longue date de la commune. Pourquoi la maison des assistantes maternelles ne pourrait voir le jour qu’au côté de ces logements pour familles de migrants ?

La municipalité a déjà acquis récemment l’ancien collège, mais aussi depuis plusieurs mois et via une association dédiée dont le siège social est à la mairie de Callac (Horizon bâti), l’ancienne librairie qui a fermé et un logement au dessus, dans le cadre du projet Horizon, signe que les élus avancent clairement dans le dos de la population. L’objet de cette association est affiché : « gestion du projet horizon dans ses aspects immobiliers, à l’effet de mettre à disposition directement ou indirectement des lieux de vie notamment à des personnes en état de précarité ». Nous n’avons pas trouvé de trace de dépôt en Préfecture de l’autre association annoncée, « Horizon Callac ».

La dernière réunion d’information, qui devait avoir lieu et qui a été reportée, n’est toujours pas annoncée.

Laure-Line Inderbitzin, adjointe au maire, reçoit quelques critiques également notamment parce que sans doute plus que le maire lui même, elle est orientée idéologiquement en faveur de l’accueil de migrants dans sa commune. Elle s’était déjà faite remarquer il y a quelques années, en 2020, en signant une demande d’accélération de la régularisation de jeunes migrants dans les Côtes d’Armor, aux côtés de la gauche et de l’extrême gauche locale.

Du côté de Callac, des tags d’opposants au projet sont récemment apparus sur des bâtiments publics. « Dehors ». « Notre avenir ». « Choisissez pour Callac », en breton, sont ainsi apparus, ainsi qu’un tag « FLB » (Front de Libération de la Bretagne). L’identification criminelle  de Saint-Brieuc a même été appelée pour chercher des empreintes, chose quasi inédite concernant des tags…

Le collectif lui,  « propose aux habitants de Callac de signer, s’ils le souhaitent, une pétition exigeant simplement que la démocratie soit respectée à Callac et que la population soit consultée par voie de référendum ». Une demande répétée via ce communiqué, qui mentionne « le jeu démocratique le plus élémentaire » et un « devoir d’élu, de consulter la population ». « S’il veut aujourd’hui rétablir le calme et la confiance de ses administrés, qu’il organise un référendum sur ce projet ».

Les élus désormais, sont placés face à leurs responsabilités. Organiseront-ils un référendum local, alors que plus de 10% des habitants de Callac ont déjà signé la pétition (sans compter les 10 000 signatures sur la pétition en ligne, regroupant des personnes de toute la France) ? « Ce n’est pas à l’ordre du jour » insiste le maire, prétextant « le mauvais climat », que son projet a pourtant contribué à créer.

Prendra-t-il alors le risque de faire de Callac le symbole national de la résistance de la ruralité face à l’immigration et au repeuplement des campagnes (et au remplacement des autochtones par d’autres populations), alors qu’un appel de 100 personnalités a récemment été lancé et que de nouvelles manifestations pourraient avoir lieu dans les prochains mois ?

Les prochaines semaines devraient permettre d’y voir plus clair…

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

9 réponses

  1. Ce  » collectif  » devrait constituer une asso et rechercher un excellent avocat pour commencer un combat juridique qui sera difficile et long.

  2. Quand que nous avons des personnes qui ont travaillé toute leurs vies et sont obligés de dormir dans leurs voitures ou dans un camping , je me dis qu’il y a un gros malaise dans notre pays . Nos élus devraient d’abord penser à bien loger les Français .
    Nous ne pouvons pas soigner toute la misère du monde comme le disait Michel Rocard ..

    1. Tout à fait juste, c’est ce que disait Michel Rocard en 1988 devant l’assemblée nationale « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ». On n’en serait pas là aujourd’hui si Mitterrand l’avait écouté au lieu de le virer en 1991.

      Même Chirac au pouvoir en 1995 n’a pas plus suivi les conseils de Michel Rocard auquel il était pourtant très lié. Et évitons de parler de la politique, dans ce domaine, de leurs successeurs plus minables les uns que les autres.

      Mais avec Macron, on a atteint le pire car il a une politique RÉSOLUE et ASSUMÉE de dissémination des migrants sur l’ensemble du pays y compris en les installant maintenant les territoires ruraux en perte de population comme le Centre Bretagne. Quant aux français en général et aux bretons en particulier, en difficulté, la Macronie a montré son désinterêt pour ne pas dire son mépris !

      1. Touit ce cirque a prisnaissance dans les années giscard , avec le regroupement familial , et la signarure par les pays occidentaux du « PROTOCOLE DE BARCELONE « , dans lequel , sous pression des arabes producteurs de pétrole , les occidentaux ns’engagent à accueillir les immigrants musulmans et à leur maintenir une vie conforme à leur foi , et le maintien de leur langue….Le tout confirmé et amplifié par le récent traité de MARAKECH.Il va de soi que les peuples n’ont jamais été consultés sur ces décisions , et que les coupablessont l’ensemble de la classe politique , de l’extrème gauche au FN/RN , exclu

    2. Quand je dis: « monsieur, vous êtes un .. », vous pouvez penser à tout ce que vous voulez pour la suite.
      Et quand vous citez Michel Rocard, si vous ne citez qu’une partie de sa parole, vous en omettez le meilleur.
      Par respect pour lui, je me permets de compléter vos .. : « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre fidèlement sa part ».
      Maintenant vous êtes libre d’en penser ce que vous voulez en votre âme et conscience.

  3. Je connais des bretons exilés dans le région parisienne qui ont été obligés de quitter leur appartement à Clichy – Boulevard Victor Hugo (92) en constatant la dégradation des parties communes de leur immeuble pourtant très récent (graffitis sur les murs, odeurs d’urine voire défections dans les cabines d’ascenseurs et dans les cages d’escalier). Ces dégradations ont coïncidé avec l’arrivée d’étrangers maghrébins et africains et l’installation d’un foyer SONACOTRA dans le Boulevard Victor Hugo à Clichy. Nos compatriotes ont vu ensuite les commerçants de leur quartier (charcutiers, boulangers, etc.) partir en vendant leurs commerces à des étrangers pour la plupart d’origine arabe et musulmans. La seule solution pour ces bretons a été leur départ vers Issy les Moulineaux où la mairie favorise une politique immobilière permettant d’éviter la ghettoïsation maghrébine et africaine et par suite musulmane des quartiers de la ville. C’était en 1985.

    C’est ce même processus de colonisation à l’envers qui va inéluctablement se produire à Callac. Ce sera bien sûr progressif mais IRREVERSIBLE et à terme les bretons, se sentant de moins en moins chez eux, partiront, du moins ceux qui en ont les moyens, déracinés, chassés de leur lieu d’origine livrés à des coutumes et cultures étrangères et probablement musulmanes. L’érection d’une ou plusieurs mosquées à Callac et dans ses abords immédiats marquera l’avènement de l’islam dans cette région.

    Les perspectives d’évolution du Centre Bretagne sont donc très préoccupantes mais il est encore temps de dire non à cette tentative de dissémination des migrants sur les territoires ruraux de Bretagne.

  4. jamais, les bouseux locaux voteraient mal ! donc qu’ils obéissent, et se taisent, les zélites savent mieux ce qui est bon pour eux!

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS