Lamballe. « Paquebots, à la croisée des arts décoratifs » : quand Mathurin Méheut travaillait pour les plus grandes compagnies maritimes

Mathurin Méheut

Au Musée Mathurin Méheut de Lamballe, l’exposition « Paquebots, à la croisée des arts décoratifs » permet, jusqu’au début de l’année prochaine, de se replonger dans les œuvres réalisées par l’artiste breton pour les plus grandes compagnies maritimes françaises.

Quand Mathurin Méheut décorait les paquebots les plus prestigieux

Ouvert depuis le mois de juin dernier, le nouveau Musée Mathurin Méheut est un lieu culturel incontournable à Lamballe. Après une année 2022 où le célèbre peintre (1882-1958) originaire du Penthièvre a vu plusieurs événements dédiés à son œuvre être proposés en Bretagne, une exposition temporaire mettant en valeur ses talents de décorateur de paquebots (rappelons que Mathurin Méheut a excellé dans plusieurs domaines au-delà de la peinture) est toujours à découvrir jusqu’au 8 janvier prochain au musée désormais installé dans l’une des anciennes écuries du Haras national de Lamballe, en plus du parcours permanent accessible aux visiteurs sur 260 m².

Intitulée « Paquebots, à la croisée des arts décoratifs », cette exposition évoque le parcours de Mathurin Méheut au service des grandes compagnies maritimes françaises. À ce titre, le public est invité à voyager à bord des paquebots les plus prestigieux des années 1920 aux années 1950 via des croquis et tableaux de Méheut et de peintres d’univers différents (Dufy, Friesz…), des bronzes (Delamarre, Szabo, Bugatti), des objets d’art (Brandt et Bastard, Lallement…), des affiches (Cassandre, Auvigne…), des objets du quotidien, des objets publicitaires, une grande maquette du Normandie ou encore du mobilier.

Mathurin Méheut
Mathurin Méheut, Menu pour la Compagnie Générale Transatlantique, 1934. © Adagp, Paris 2022

Un artiste hors des modes

Aspect peu connu de la carrière de Mathurin Méheut, ce dernier a donc réalisé, entre 1923 et 1950, des travaux de décors et d’illustrations pour les deux grandes compagnies maritimes françaises : les Messageries maritimes et la Compagnie générale transatlantique (la Transat ou French Line).

Du tableau mobile au panneau de décor intégré dans l’architecture, en passant par le carton de mosaïque ou de tapis, l’artiste breton a répondu à toutes sortes de commandes passées par les compagnies. En tout, il a réalisé une centaine de panneaux de format et de sujet très variés.

Malheureusement, ses oeuvres embarquées ont pour la plupart disparu avec les navires. Il ne reste aujourd’hui de ce patrimoine que des photographies, des croquis, des études. Il reste également des créations d’autres artistes qui témoignent de l’ambiance générale du paquebot d’alors, véritable laboratoire artistique, où se confrontent les talents, les savoir-faire et les styles.

Suivre le sillage de Mathurin Méheut, c’est revenir à l’âge d’or des paquebots et des arts décoratifs « à la française ». C’est aussi mettre en lumière la singularité de son approche artistique et décorative, hors des modes suivies par ses contemporains.

Les collections paquebot à l'honneur ! - Saint-Nazaire Patrimoine

Informations pratiques :

Musée Mathurin Méheut
Place du Champ de Foire
22400 Lamballe
Tarifs :
Plein : 7 euros – réduit : 5 euros – enfant : 3 euros
Gratuit : sous certaines conditions. Enfant moins de 6 ans
Horaires jusqu’aux 31/12/2022 :
Lundi et dimanche : Fermé
Mardi au samedi : 14h/17h30
Contact : 02 96 31 19 99 ou [email protected]

Crédit photo : Musée Mathurin Méheut Lamballe (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS