Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

The Lockdown Files (scandale sur la gestion politique du Covid-19 au Royaume-Uni). Le plan de Matt Hancock pour “effrayer tout le monde”

Le Daily Telegraph vient de dévoiler il y a quelques jours The Lockdown Files, une série d’articles analysant des milliers de messages WhatsApp mettant directement en cause Boris Johnson et son ministre de la Santé, Matt Hancock, concernant la gestion du Covid-19 au Royaume-Uni. Un scandale d’Etat, où l’on se rend compte que le Covid-19 a été utilisé à des fins politiques. Et où l’on se demande légitimement pourquoi cela n’aurait pas été le cas en France et ailleurs dans le monde – sans pour autant devoir être taxé de « complotiste » par une presse mainstream qui n’a eu de cesse de relayer la propagande gouvernementale durant cette crise.

Un exemple d’article et de révélations faites par The Telegraph : Le plan de Matt Hancock pour “effrayer tout le monde”

Des messages WhatsApp divulgués révèlent comment le ministre de la santé britannique espérait faire peur aux citoyens pour qu’ils se conforment aux règles de confinement en constante évolution.

Pendant toute la durée de la pandémie, les responsables et les ministres se sont efforcés de faire en sorte que le public se conforme aux restrictions de confinement en constante évolution. L’une des armes de leur arsenal était la peur. “Nous faisons peur à tout le monde“, a suggéré Matt Hancock lors d’un message WhatsApp avec son conseiller en communication. On notera l’utilisation de WhatsApp pour des messages gouvernementaux..ce qui en dit long sur la capacité de ces gens à maintenir la sécurité dans leur pays.

Le secrétaire à la santé de l’époque n’était pas le seul à vouloir effrayer le public pour qu’il se conforme aux règles. Les messages WhatsApp consultés par le Telegraph montrent comment plusieurs membres de l’équipe de M. Hancock se sont engagés dans une sorte de “projet peur“, dans lequel ils parlaient de la manière d’utiliser “la peur et la culpabilité” pour que les gens obéissent aux règles.

Une étude de l’Imperial College sur les infections à Covid dans la communauté – appelée programme React et dirigée par l’éminent professeur Lord Darzi – a apporté des nouvelles “positives” à M. Hancock et à son équipe. L’étude à laquelle ils se réfèrent semble avoir été une enquête montrant une “prévalence décroissante” de Covid jusqu’en mai et un nombre R – le taux de reproduction du virus – de seulement 0,57.

L’étude était conforme à une enquête de l’Office for National Statistics (ONS). Mais lorsque les médias se sont concentrés sur un rapport distinct de Public Health England et de l’Université de Cambridge montrant un taux de transmission élevé dans certaines parties du pays – ce qui a suscité des spéculations quant à la possibilité de confinements locaux – M. Hancock a déclaré : “Ce n’est pas une mauvaise chose”. Sir Patrick Vallance, le conseiller scientifique en chef du gouvernement, a approuvé. Le 5 juin 2020, il y avait 1 020 cas quotidiens de Covid signalés et 160 décès.

Les cas de Covid enregistrés n’étant plus que 689, le gouvernement était à quelques jours de la réouverture des pubs, des restaurants et des salons de coiffure.

Mais le 30 juin 2020, Leicester venait d’entrer dans un confinementlocal. Dans un groupe WhatsApp appelé “Local Action Committee”, Emma Dean, conseillère spéciale de M. Hancock en matière de politique, a rapporté au groupe une rumeur selon laquelle Milton Keynes pourrait être la prochaine ville plongée dans un verrouillage local. Jamie Njoku-Goodwin, le conseiller média de M. Hancock, a répondu qu’il ne serait pas “inutile” que le public pense qu’il pourrait être le prochain.

Mme Dean semble avoir lancé la conversation en faisant suivre les messages qui lui ont été envoyés au sujet de la rumeur de Milton Keynes. La baronne Harding, qui dirigeait le programme Test and Trace, a répondu.

Le gouvernement avait commencé à publier une “liste de surveillance” des zones les plus touchées du pays, notamment pour justifier et expliquer au public la nécessité des fermetures locales.

Mais le 7 octobre 2020, les ministres ont supprimé la publication de la liste – l’idée étant apparemment que les chiffres augmentaient et que cela amènerait les résidents et les politiciens dans des endroits comme Leicester à se demander pourquoi ils avaient été choisis pour des fermetures locales.

Dans un groupe WhatsApp appelé “MH Top Team“, auquel participe un certain nombre de conseillers et de fonctionnaires, le groupe a convenu de supprimer la liste de surveillance des données parce qu’aucune “intervention” locale de ce type n’était prévue.

Lors d’une conversation avec un fonctionnaire, Damon Poole, le conseiller de M. Hancock pour les médias, a déclaré que le fait de ne pas publier les données peut être tourné à leur avantage car cela “contribue à faire croire que les choses vont vraiment mal”.

Boris Johnson, alors Premier ministre, avait promis que les familles seraient réunies à Noël – la première fois depuis que la pandémie a frappé début 2020. Il a déclaré que renoncer à ces réunions tant attendues “serait inhumain et contraire aux instincts de nombreuses personnes dans ce pays”.

Mais en coulisses, ses ministres et fonctionnaires étaient de plus en plus conscients que de vastes pans de l’opinion publique étaient confrontés à une grave déception et que l’administration Johnson porterait la responsabilité de leur frustration.

La solution en décembre a été de “faire peur à tout le monde” en déclarant une nouvelle souche de Covid-19, connue sous le nom de variante Alpha ou Kent.

Lors d’une conversation entre M. Hancock et M. Poole le 13 décembre, les deux hommes ont discuté de la manière de survivre au retour de bâton et à la tempête à venir. Ce jour-là, on a enregistré 18 409 cas de Covid et 410 décès. Cinq jours plus tard, le 18 décembre, M. Johnson abandonnait son projet d’amnistie de Noël de cinq jours dans un revirement.

La conversation a commencé par une discussion sur la crainte que Sadiq Khan, le maire de Londres, puisse attaquer le gouvernement pour avoir plongé la capitale dans son propre confinement – tout comme Andy Burnham, le maire du Grand Manchester, avait mené une bataille dans sa ville quelques mois plus tôt. M. Hancock semble s’inquiéter du fait que les mauvaises nouvelles sur le nouvel variant pourraient être écartées de l’ordre du jour par les querelles sur le Brexit.

Cela les a amenés à discuter du moment où il fallait “déployer” le nouveau variant; bien que M. Hancock ait semblé se méfier du fait que cela aurait pu entraîner la fermeture d’écoles.

En janvier 2021, la Grande-Bretagne connaît un troisième confinement national, les écoles sont fermées et les gens sont priés de travailler à domicile. Quatre jours plus tard, le 10 janvier, M. Hancock et Simon Case, le secrétaire du Cabinet et donc le fonctionnaire le plus puissant du pays, ont discuté des mesures plus strictes qu’ils pourraient introduire.

Ils ont convenu que des ajustements mineurs, tels que l’interdiction de la pêche loisir, seraient moqués, ils ont donc décidé que la “peur” et/ou la “culpabilité” étaient des outils essentiels pour garantir le respect des règles. Ils ont discuté de la possibilité de rendre le port du masque obligatoire dans “tous les contextes”, car il a un “impact très visible”.

Un autre exemple donné est la réouverture de l’hôpital Nightingale à Londres, qui avait été construit à la hâte au début de la pandémie pour accueillir un grand nombre de patients atteints de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. En réalité, les hôpitaux Nightingale du Royaume-Uni ont été à peine utilisés. Celui de Londres a rouvert ses portes le 12 janvier 2021 pour les patients non atteints de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, mais seule une poignée d’entre eux ont été admis.

Pensez-vous vraiment que ces gens vous veulent du bien ? Pensez-vous réellement que si ça c’est passé au Royaume-Uni ça ne peut pas s’être passé en France ?

Le confinement et les mesures de contrôle et de coercition décidées par les autorités relèvent-elles de la torture ?

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “The Lockdown Files (scandale sur la gestion politique du Covid-19 au Royaume-Uni). Le plan de Matt Hancock pour “effrayer tout le monde””

  1. patphil dit :

    gouverner par la peur, et ça a marché

  2. gautier dit :

    Bien sûr que cela a ete organisé dans le monde par Soros et compagnie, plus l’accord de la Hyene de bruxelles, et tous ont suivi. cela a ete un torture physique et moral !! et la Gréce a ete un laboratoire pour regarder le comportement humain face à la crise afin de savoir comment s’y prendre à plus grande echelle .. ce sont eux qu’il faut exterminer si nous voulons simplement vivre nos vies!!

  3. Alain de Crisenoy dit :

    En France et par la volonté du petit macron nous avons subis les mêmes interdictions qui ont coutees des milliards à notre pays.Mais comment les Fancais ont pu voter pour ce minable qui crève d orgueil et ne pense qu à sa gloire!!!Et il en est où ce déchet actuellement???

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Immigration, International

Royaume-Uni. Les demandeurs d’asile bangladais déboutés bientôt remigrés

Découvrir l'article

Santé

Covid-19. Une étude montre que le port de masques n’a pas réduit le risque d’infection par le virus Omicron

Découvrir l'article

International

Immigration au Royaume-Uni. Le rapport choc.

Découvrir l'article

A La Une, Economie, International

Royaume-Uni. Contrairement à ce qu’indique la doxa gauchiste, les niveaux record d’immigration n’ont pas réussi à stimuler l’économie

Découvrir l'article

Immigration, International

Immigration clandestine. L’Irlande veut renvoyer des migrants au Royaume-Uni, Londres s’y oppose

Découvrir l'article

Immigration, International

Royaume-Uni. L’expulsion des clandestins vers le Rwanda enfin validée par le Parlement

Découvrir l'article

Politique

Royaume-Uni : Les hommes ne seront plus obligés de serrer la main aux femmes lors de la cérémonie de naturalisation à Westminster (Mais pourquoi donc ?)

Découvrir l'article

International

Guerre ethnique et religieuse entre gangs dans les prisons les plus dures du Royaume-Uni

Découvrir l'article

International

Un délinquant sexuel afghan ne sera pas expulsé du Royaume-Uni par crainte de “maltraitance” lors de son retour au pays

Découvrir l'article

A La Une, International

Bloqueurs de puberté, conséquences du changement de sexe, enfants cobayes et victimes…Un rapport médical choc sur le genre fait scandale au Royaume-Uni

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky