Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Qui est « l’un des plus importants employeurs bretons tous secteurs confondus » ?

Le lecteur qui reste sur sa faim est un lecteur déçu ; c’est ce qui arrive  avec une partie  du livre de Nicolas Legendre « Silence dans les champs » (Arthaud, avril 2023). En effet l’auteur a interrogé « Béatrice, Soizic et Frédéric » a propos d’un abattoir « qui n’est pas un petit atelier confidentiel, isolé dans la campagne. C’est, en 2022, l’un des plus importants employeurs bretons tous secteurs confondus. Les conditions de travail d’une partie des salariés et l’état général du dialogue social sur place sont parfaitement connus d’un certain nombre de responsables économiques, syndicaux, administratifs et politiques de la région ».

« Béatrice » évoque d’abord « des accords signés au détriment des salariés, concernant les conditions de travail ou les rémunérations. Ils sont signés parce que certains délégués syndicaux sont des gens un peu manipulables, à qui on offre quelques petits avantages ». «  Y a une telle souffrance physique, psychologique. Les gens se font toujours mal, tout le temps. Ici, vous piétinez, vous marchez, vous tirez, vous portez, vous êtes toujours debout », ajoute-t-elle. Selon « Soizic », « tous les mois, deux ou trois salariés sont déclarés inaptes par la médecine du travail, puis licenciés. La plupart du temps, ce sont des maladies professionnelles. C’est  les tendons qui lâchent, le coude, les poignets… comme une machine ». Comment la direction parvient-elle à recruter, dans ces conditions ?  « La moitié de l’humanité est représentée dans l’usine. Des Roumains, Congolais, Portugais, Polonais, Angolais, Tchèques, etc. Parfois des Asiatiques. Une partie du personnel français expérimenté a fini par démissionner ou par être licencié pour inaptitude. La direction se tourne vers des étrangers qui ont l’avantage d’être moins vigilants sur leurs droits et de moins revendiquer », poursuit-elle. Pour Frédéric, l’explication est simple : « S’ils cassent les salariés comme ça, c’est à cause de la cadence et de la répétition des tâches. Les gens n’ont pas le temps de souffler. J’ai vu des salariés cassés à 40 ou 45 ans. » « Pour les dirigeants, l’intérêt économique et la productivité passent avant l’humain. On a beaucoup de maladies professionnelles, de troubles musculosquelettiques. Ils épuisent les médecins du travail », résume-t-il.

Mais comment s’appelle cet abattoir, « l’un des plus importants employeurs bretons tous secteurs confondus » ? S’agit-il de la Cooperl ? Le n°1 français du porc compte 7 700 salariés et 2 200 éleveurs adhérents. En 2022, la coopérative a réalisé « un résultat positif à 7,3 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de 2,8 milliards d’euros, dont la hausse s’explique par l’envolée du cours du porc (Le Télégramme, vendredi 23 juin 2023). « C’est principalement  le soutien de la Cooperl  à son maillon élevage qui explique que son résultat net est passé en un an de 19,5 à 7,3 millions d’euros. Dans ce contexte atypique, le groupe porcin a poursuivi sa politique de modernisation de sa trentaine de sites industriels et logistiques. » (Ouest-France, vendredi 23 juin 2023)

Bien entendu, il faut préciser qu’en 2022, la coopérative a produit 5,44 millions de porcs. Comme nous nous devons d’être exacts, si l’abattoir visé par Nicolas Legendre n’appartenait pas à la Cooperl, nous nous empresserions de rectifier l’erreur. Voilà qui devrait rassurer Patrice Drillet, le président de la coopérative, et son service communication.

Bernard Morvan

Crédit photo : L214 – Éthique & Animaux/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

2 réponses à “Qui est « l’un des plus importants employeurs bretons tous secteurs confondus » ?”

  1. Maury dit :

    Le statut de “coopérative ” apporte une idée de social et protége de tous les contrôles par l’administration gauchiste.
    J’y ai vu des manquements caractérisés au droit des sociétés, au droit fiscal, au droit pénal jamais inquiètes.

  2. Marsaudon dit :

    et surtout ne parlons pas des dommages « collatéraux «  écologiques résultant de l’activité de cette coopérative méritante..

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

BRIEC, Local

L’abattoir de Briec condamné à 21 500€ d’amende pour mauvais traitements

Découvrir l'article

Santé, Sociétal

Chantage sanitaire. La Cooperl va verser une prime de 200 € à ses salariés vaccinés

Découvrir l'article

Environnement

« Fermons l’abattoir de Briec ». L214 dévoile une vidéo choc dans un abattoir fournissant le groupe Les Mousquetaires (Intermarché)

Découvrir l'article

Sociétal

Loire-Atlantique. Un abattoir mobile pour éviter les transports d’animaux

Découvrir l'article

A La Une, Société, Vidéo

Maltraitance animale : des poulets DUC ramassés à la moissonneuse [Vidéo]

Découvrir l'article

CARHAIX, Economie, Local

Menacé, l’abattoir de Rostrenen (non halal) cherche des soutiens financiers

Découvrir l'article

A La Une, Société

Les vidéos de L214 sont-elles exclusivement tournées dans des abattoirs qui font du halal ?

Découvrir l'article

Economie, Social

Collinée. Quand la Bretagne part à l’abattoir

Découvrir l'article

A La Une, Société

L’abattoir Temple Grandin : vers une méthode d’abattage avec moins de souffrances animales ?

Découvrir l'article

Economie

Crise de l’élevage : le député PS de Loire-Atlantique Yves Daniel à l’origine d’une taxe sur les abattoirs

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍