Chantage sanitaire. La Cooperl va verser une prime de 200 € à ses salariés vaccinés

A LA UNE

Se faire vacciner en échange d’une prime de 200 €, telle est la « carotte » proposée à ses salariés par le groupe Cooperl, principal abattoir de porcs en Bretagne. Une première en France…

Cooperl : une prime de 200 € pour les salariés vaccinés

Après le chantage à la vaccination pour accéder à certains lieux instauré par l’État via le pass sanitaire, voici qu’une entreprise bien connue en Bretagne se met à son tour à faire preuve « d’imagination » pour inciter ses salariés à aller se faire injecter le vaccin contre le Covid-19.

La Cooperl, leader français de la filière porcine, a annoncé le 2 août qu’elle comptait verser une prime de 200 € à ses employés présentant un schéma de vaccination complet. Le groupe, employant 7 400 personnes, dont 4 700 Bretagne, indique qu’il s’agit « d’accompagner le dispositif national d’incitation à la vaccination et de protéger les salariés ».

Si cette pratique de la gratification a déjà été mise en place par des entreprises américaines, la Cooperl est le premier groupe français à la proposer à ses employés. Aux États-Unis, Vanguard, l’un des plus grands gestionnaires américains d’actifs au monde, a promis la somme de 1 000 dollars à ses salariés acceptant de se faire piquer. Un montant qui pourra être versé au 16 500 employés éligibles à la condition qu’ils présentent une preuve de vaccination avant le 1er octobre. À croire que le scepticisme vis-à-vis des vaccins contre le Covid-19, et tout particulièrement ceux à ARN messager, ne concerne pas que la France…

Dans le même registre et toujours aux États-Unis, le maire de New York, Bill de Blasio, a récemment promis une récompense de 100 dollars à chaque habitant  ayant reçu une première dose de vaccin depuis le 30 juillet.

Des données de santé collectées illégalement ?

Dans une note interne citée par Ouest-France, la Cooperl a précisé les conditions d’octroi de cette « gratification » : « Une prime de 200 € sera versée à tous les salariés et intérimaires de l’entreprise validant les deux conditions suivantes : faire partie des effectifs sur la période du 1er au 31 août 2021 et être en capacité de présenter un justificatif officiel de vaccination terminée ».

Ce que de nombreux internautes critiques ont qualifié de « chantage vaccinal » sur les réseaux sociaux est présenté par la direction du groupe breton comme « la participation active à la démarche nationale de prévention sanitaire incitant à la vaccination » que viendra récompenser cette « prime exceptionnelle de pouvoir d’achat »…

Pour leur part, certains responsables syndicaux ont décrit cette prime comme étant « discriminatoire », d’autres la jugeant tout simplement « illégale ». C’est également une zone de flou juridique qui entoure la question de la collecte de données de santé alors que le ministère du Travail et l’Assurance maladie avaient adressé une note aux employeurs le 30 juin dernier destinée à rappeler qu’une entreprise « ne peut imposer à son salarié de l’informer de son statut vaccinal » ni « collecter les données de santé » du personnel.

Si des voix syndicales au sein du groupe Cooperl ont d’ores et déjà souligné que le versement de cette prime de 200 € suppose donc une collecte de ces données de santé de la part de l’employeur, une partie des salariés, notamment parmi les plus bas salaires, ont quant à eux accepté la « carotte » proposée par la direction. Laquelle a manifestement bien saisi la force de conviction de l’argument du « pouvoir d’achat »…

Crédit photo : Flickr (CC BY-SA 2.0/Götz A. Primke) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Éric Zemmour : « Je suis le seul à subir ce traitement infâme. On sait pour qui roule Paris Match »

Éric Zemmour, Journaliste et auteur de "La France n'a pas dit son dernier mot", était l'invité de Sud Radio https://www.youtube.com/watch?v=7LqltbNep_I Crédit...

Délinquance en France. Les Africains surreprésentés parmi les mis en cause dans des affaires de vol, de cambriolages, de violences sexuelles, ou d’agressions

Les Africains sont surreprésentés parmi les mis en cause dans des affaires de vol, de cambriolages, de violences sexuelles,...

5 Commentaires

  1. si seulement les employés demandaient une feuille signée leur demandant de se faire vacciner avec la mention payer pour me faire vacciner, c’est avoir un recours devant la justice si l’un ou l’autre venait à avoir des problèmes dû au vaccin.

  2. c’est dans l’air du temps ! quelle drole de société
    au moins c’est plus respectueux que d’insulter les gens : opposants au passe sanitaire = djihadistes, il faut les faire conduire par deux gendarmes etc.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés