Nantes. Il photographie une femme dans le tramway à Bellevue et déclenche une bagarre

Le Quartier Bellevue à Nantes
Le Quartier Bellevue à Nantes

09/01/2017 – 08H00 Nantes (Breizh-info.com) – Habituellement, pour ce qui est des bagarres, des rixes, des ivresses publiques et autres manifestations de la nature animale du genre humain, enfouie sous un vernis de civilisation, Rennes dépasse Nantes et de beaucoup. Nantes retrouve sa première place naturelle pour d’autres catégories de la délinquance, notamment les destructions volontaires de bien que sont les incendies de voitures au Réveillon. Cependant, un fait divers récent rappelle que les nantais sont forts aussi en bagarres.

Jeudi 5 janvier, vers 17 h 30, une rame de la ligne 1 du tram arrive à Bellevue, quartier sensible de Nantes, à l’arrêt François Miterrand. A la descente du train, un homme d’une quarantaine d’années, d’origine nord-africaine, sort son portable et photographie une femme sans lui demander son avis – première infraction.

Celle-ci en parle à son mari, qui somme le photographe indélicat d’effacer ses photos sur le champ, ce qu’il refuse. De plus, il sort un cutter – seconde infraction – et blesse plusieurs fois le mari ainsi qu’un passager qui s’est interposé entre eux deux – troisième infraction. Il se blesse aussi lui-même pendant la bagarre. Les trois hommes ont été hospitalisés au CHU, leurs jours ne sont pas en danger, puis l’agresseur au cutter a été placé en garde à vue. Il est mis en cause pour violences volontaires avec arme.

Toujours à propos de bagarre, un habitant de Saint-Gildas des Bois et un habitant de Missillac âgé de 24 ans, tous deux déjà condamnés à plusieurs reprises pour des bagarres, l’ont été à nouveau pour une nouvelle  à Missillac, place de l’Eglise, le 17 décembre. Suite à une erreur sur la note d’un café, le gildasien s’est disputé avec le serveur, a fracassé des bouteilles en verre, cassé un téléviseur et une table en bois, injurié tout le monde. Son compère local a essayé de calmer la bagarre, pris des coups, puis en a donné aussi avant d’aller chercher son fusil dans la voiture – la Brière n’est pas loin – et de braquer tous les clients présents. Tous deux étaient ivres. Le gildasien qui a pété les plombs a eu six mois de prison dont trois avec sursis, l’autre six mois avec sursis ; le fusil, qui est volé, lui a été confisqué.

Dans la nuit du 5 au 6 janvier, vers 1 heure du matin, les gendarmes ont poursuivi une Citroën AX signalée volée, aux alentours de Vertou. Le fuyard est passé par Saint-Fiacre sur Maine et Château-Thébaud, avant de finir par piler devant la gendarmerie de Vertou. Défavorablement connu de la justice, le conducteur, âgé de 16 ans, avait volé la voiture chez un de ses voisins pour aller voir ses copains nantais, du même tonneau. Et il avait été jugé il y a peu pour violences volontaires sur autrui : il avait gazé un de ses éducateurs avec une bombe lacrymogène. Il a été placé en garde à vue pour refus d’obtempérer, mise en danger d’autrui et vol de véhicules. Il encourt en théorie plusieurs mois fermes d’emprisonnement.

L.B.G.

  • Christophe Bouhier

    Le dernier, quel gentil garçon! 16 ans, ça promet….

  • LB

    Sauf qu’on a tout à fait le droit de photographier quelqu’un dans la rue sans avoir à demander d’autorisation. Personne n’a le droit de demander à un « photographe » d’effacer ses photos. La 1ere infraction est celle du mari…. contrairement à ce que dit l’article. En revanche on n’a pas le droit de diffuser, publier une image sans autorisation

    • jaouen

      la rue n’est pas le tram. Ce n’est pas une voie publique, d’une.
      De deux dans la mesure ou le/la photographiée s’oppose à l’être et le fait savoir, la moindre des corrections est d’effacer la photo. Elle ne participait pas à une manifestation dans un lieu public, que je sache, cette femme? Et ce n’était pas pour exercer le droit à l’information du public qu’elle a été photographiée ?

  • Isildur

    Elle est belle la France !

  • Jason Fvr

    francois mitterand a bellevue j’aurais tout vu cet arret ne fait en rien partie du quartier bellevue

  • Charlie

    Je commence à en avoir marre d’entendre parler de « quartiers sensibles » ou de « quartiers difficiles » !

    Il faudrait plutôt parler de quartiers dangereux, de quartiers pourris !
    Ce sont des enclaves de non-droit qui (si nos politiciens avaient ce qu’il faut dans le pantalon) devraient être sécurisées et dont l’air devrait être purifié !