24/04/2016 – 08H00 Nantes (Breizh-info.com) – Est-il possible de faire un grand vin rouge issu de pinot noir en terre de muscadet ? Après avoir goûté le Statera de Jérôme Bretaudeau , un vigneron installé à Gétigné, la réponse est oui. Son vin n’a rien à envier à bien des bourgognes issus des prestigieux terroirs de la Côte de Nuits. Analyse d’une réussite insolite.

N’en déplaise  aux « terroitistes » (ceux qui accordent une prééminence absolue à l’influence du  terroir pour décrire le caractère magistral d’un vin), aujourd’hui, les grands vins  trouvent une explication bien plus large que la simple bénédiction  d’un lieu réunissant les conditions optimales à la maturité du raisin. A Gétigné, les sols plats de granits décomposés ne partagent aucune similitude avec les veines de calcaire des  coteaux  bombés de Bourgogne. En dépit de ces ingratitudes, Jérôme Bretaudeau est parvenu à capter l’envoûtant parfum de fruits rouges du pinot noir sur le premier millésime d’une  cuvée justement  baptisée: « Statera », balance en latin. Un vin déjà charismatique, né dans les confins  du Muscadet, où le foncier agricole est en lutte avec l’expansion urbaine de la très attractive cité touristique de Clisson.

Le finage de  Gétigné qui côtoie le cru communal « Clisson »  ne donne droit qu’à l’appellation générique Muscadet .Autant dire que dans cette contrée en mal de pédigrée, la dure loi du  darwinisme viticole a fait son œuvre, en éliminant  une bonne partie de la  viticulture de masse abusivement établie sur des terres à pacage. Au beau milieu de  ce   territoire  en déprise, les terres de Jérôme Bretaudeau ne sont pas les mieux loties, dispersées dans le mitage périurbain,  leur exploitation n’obéit à aucun  rationalisme mais résulte plutôt  du jeu  aléatoire des opportunités  foncières. Cet ancien ouvrier agricole est parti  de rien, consacrant tout son temps libre à la remise en état de terres en friches qui forment désormais un ensemble d’une dizaine d’ hectares. Pour lui, le succès est arrivé très vite, sa production de muscadets et de vins de pays  trouve un envieux  débouché  chez les fervents partisans du vin biologique. Le travail accompli dans les vignes est certainement l’une des clefs de compréhension du très haut niveau de ses vins. Assurément  la reconversion  agrobiologique  constitue, à l’aune de cette réussite,  une voie  pour  la renaissance  du Muscadet, mais elle  n’est pas donnée à tout le monde. Sous son régime,  la conduite de la vigne suit un calendrier d’entretien et  de travaux rigoureux et fastidieux,   que la viticulture productiviste a su contourner par de nombreux raccourcis chimiques et techniques…

Un vigneron hors pair

 Bien ! Si l’on s’en tient à  l’analyse à courte vue   d’un adepte du   vin naturel prompt à manier le syllogisme, les choses devraient en rester  là : un bon vin est  avant tout un vin naturel, Jérôme Bretaudeau est un vigneron « bio » alors son pinot noir est excellent. Mais peut être que la compréhension d’un vin si improbable dans notre région se découvre plus simplement  au travers du passé de dégustateur de son géniteur. Il faut être un inconditionnel des grands bourgognes de Roumier* ou d’Emmanuel Rouget* pour se donner l’ambition incongrue   d’exprimer le génie du pinot noir sur les terres du melon de Bourgogne. En l’espèce, les fondements de  ce remarquable vin rouge reposent surtout sur  la  capacité de travail  et  l’envie d’un vigneron hors pair, pourvu d’une solide   culture vineuse en mesure de servir son dessein. Encore une fois, l’engagement agrobiologique joue son rôle, mais comme souvent   il ne constitue qu’un moyen  pour atteindre l’excellence  et vouloir  réduire l’enjeu du  vin à la  seule finalité du « bio » empêche de considérer  d’autres dimensions à son explication. Revenons  à Statera, premier essai  en monocépage pinot noir ; la microcuvée  est élevée 14 mois en barrique dans une recherche d’affinage et non de maquillage. Le fruit se livre sous un jour  encore juvénile et son corps filigrané  peut rebuter les tenants de la matière, reste que  le pinot noir est davantage   une affaire de concentration aromatique que de tanins sur-extraits. Dans ce registre,  le vin développe une acuité de fruit hors du commun qui traduit la modestie des rendements tout  en gardant   une  rémanence en bouche, capable de faire   jeu égal avec bon nombre de grands pinots noirs de Bourgogne. Attendu le faible nombre de bouteilles produites (600 cols)  pour ce premier millésime, Statera est déjà épuisé*, le 2015 devrait  tenir toutes ses promesses et  bousculer  peu  à peu la hiérarchie établie.

Raphno

Domaine Georges Roumier : Chambolle-Musigny

Domaine Emmanuel Rouget : le neveu du célèbre vigneron Henri Jayer a repris le flambeau  du  mythique et très onéreux Cros Parantoux  (premier cru Vosne-Romanée )

Epuisé : se renseigner auprès des quelques cavistes allocataires pour d’éventuelles disponibilités : Vins et Indépendance 02.40.63.46.94  (Orvault) ou Adoptez un vin 06.23.83.21.22, prix indicatif 25€

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.