Agé de 19 ans, il semble déjà avoir l’assurance d’un vétéran : après quatre saisons en Europe, Luka Doncic affole dorénavant l’Amérique et la NBA… Présentation d’un phénomène !

Une photo qui en dit long : Luka Doncic déchire déjà tout en NBA !

Né en Slovénie en 1999, sur le toit de l’Europe en 2018

Luka Doncic est né le 28 février 1999 à Ljubljana, capitale de la Slovénie. Le moins que l’on puisse dire est qu’il n’a pas perdu de temps depuis !
Formé dans un club local, il rejoint dès 2012 le Real Madrid, qui, pour les non-initiés, possède une section basketball qui brille presque autant que l’équipe de football.

Luka doit toutefois attendre 2014 pour commencer à jouer dans l’équipe réserve, au quatrième échelon national. Il faut être un minimum prêt physiquement pour affronter des hommes ! Il émerveille déjà les observateurs et mène ses coéquipiers à la victoire lors de différents tournois réservés aux jeunes… des jeunes qui sont cependant plus vieux que lui, du haut de ses 15 ans !

A 16 ans, il découvre l’élite du basket espagnol, l’un des meilleurs championnats du continent. Son ascension va être aussi rapide que fulgurante. Il figure parmi les meilleurs espoirs cette année-là. Il obtient différentes récompenses personnelles en championnat mais aussi en Euroleague la saison suivante avec quelques performances de haut niveau. Il est naturellement élu meilleur espoir de la plus prestigieuse des compétitions européennes en 2016/2017.

La saison 2017/2018 le propulse pour de bon sur le devant de la scène puisqu’il est désigné meilleur joueur de l’Euroleague mais aussi du championnat d’Espagne, deux compétitions remportées par le Real Madrid. On en oublierait presque un autre exploit réalisé à l’automne 2017 lorsqu’il permit à l’équipe nationale slovène de remporter le championnat d’Europe pour la première fois de son histoire après avoir battu l’Espagne en demi-finale et la Serbie en finale ! Notons tout de même que ce succès est aussi dû en grande partie à son coéquipier Goran Dragic, joueur expérimenté de NBA.

Doncic, 19 ans, meilleur joueur de l’Euroleague en 2017/2018 ! (Turkish Airlines est le sponsor principal de la compétition)

Buzzer beater, LeBron James et possible all star…des débuts tonitruants en NBA !

La NBA est justement la nouvelle étape dans le parcours extraordinaire de Luka Doncic. Mais, si les fans de basket européens n’ont d’yeux que pour lui, les Américains, toujours un peu chauvins, sont réticents à le sélectionner en premier lors de la draft, préférant choisir des athlètes ayant suivi leur cursus universitaire aux Etats-Unis. Phoenix, Sacramento, Atlanta et Memphis le regretteront peut-être pendant longtemps, puisque c’est finalement les Dallas Mavericks qui misent sur Doncic avec leur cinquième choix.

En ce mois de janvier 2019, après seulement 40 matchs dans la ligue la plus réputée du monde, le slovène a déjà gagné le respect de ses pairs, des journalistes et des spectateurs. Et pour cause, il affiche près de 20 points de moyenne au compteur, ainsi que 5 passes décisives et 7 contres, mais, au-delà des chiffres, il est déjà dominant. S’il est considéré comme un « rookie », nom donné aux joueurs faisant leur première année dans les championnats professionnels américains, son expérience en Europe lui donne un avantage important sur la concurrence. Il a ainsi été nommé « rookie du mois » en novembre et en décembre.

Technique, vision de jeu, qualité de passe, adresse, malice… les premières semaines de Luka Doncic en NBA en images ! 

LeBron James, sans doute la plus grande star de la NBA, l’a récemment adoubé en le citant parmi les quatre ou cinq joueurs avec qui il aimerait jouer un jour. Les fans, eux, essayent même de l’envoyer au prochain All-Star Game, le match de gala réunissant les meilleurs éléments de la ligue.

Difficile de ressortir un match en particulier pour expliquer cette « hype » ou cette « Doncic-mania » tant les prestations du jeune homme sont régulières. Il marquait 26 points le 20 octobre pour son deuxième match et 31 face aux San Antonio Spurs quelques jours plus tard, sans jamais passer à travers ou presque et en permettant à son équipe, en pleine reconstruction, de remporter plus de victoires que prévu. On retiendra tout de même sa performance du 28 décembre dernier avec 34 points marqués mais surtout 7 tirs à trois points réussis. Le 23 décembre, il avait également réussi un improbable panier au buzzer permettant à son équipe d’égaliser à la dernière seconde dans la salle de Portland.

Le plus beau compliment adressé à Luka Doncic et aux basketteurs européens en général vient peut-être du propriétaire des Dallas Mavericks, Mark Cuban. Il expliquait récemment que « si on prenait nos meilleurs jeunes et que […] on les envoyait en Slovénie pour leur éducation, la ligue serait 1000 fois mieux », ajoutant avec admiration que « là-bas ils apprennent tout simplement à jouer au basket, pendant que nos jeunes apprennent à provoquer et à faire des mixtapes ».

Jokic, Nurkic, Bogdanovic : c’est la folic !

Pardonnez ce jeu de mots hasardeux, mais l’Europe centrale et les Balkans constituent un formidable vivier de basketteurs talentueux. Luka Doncic n’est en effet pas le seul à animer la NBA chaque soir !

Le Serbe Nikola Jokic, membre des Denver Nuggets, est tout simplement l’un des meilleurs pivots de la ligue. Il permet à son équipe d’occuper la première place de la conférence Ouest à l’heure actuelle (ndlr : la NBA est divisée en deux conférences de 15 équipes définies géographiquement ; les 30 équipes s’affrontent durant la saison régulière mais les playoffs se disputent par conférence ; la meilleure équipe de l’Ouest et la meilleure de l’Est s’affrontent enfin au meilleur des sept matchs pour définir le champion NBA).

Son compatriote Bogdan Bogdanović ne dispute que sa deuxième année aux USA sous les couleurs des Sacramento Kings mais a comme Doncic une riche expérience européenne et un titre en Euroleague derrière lui. Il inscrit plus de 15 points par match et permet à son équipe d’être bien mieux classée que prévu. Le 27 décembre, il avait marqué le panier de la victoire face aux rivaux des Los Angeles Lakers dans une chaude ambiance. Pour l’anecdote, le manager général de Sacramento est Vlade Divac, dont on a déjà parlé sur Breizh Info, ce dernier étant assisté par un autre ancien joueur serbe de NBA, Peja Stojakovic. Bizarrement, ils n’ont pas sélectionné Doncic lors de de la draft 2018 alors qu’ils en avaient la possibilité.

Jusuf Nurkić vient, lui, de Bosnie-Herzégovine et joue pour les Portland Trail Blazers. Il affiche lui aussi 15 points de moyenne au compteur, mais aussi 10 rebonds et 1,3 contre par match. Le 1er janvier face à Sacramento, il a même compilé 24 points, 23 rebonds, 7 passes, 5 contres et 5 interceptions, un total titanesque ! Quelques jours plus tard, le coach des New York Knicks faisait son éloge, estimant que « c’est un monstre, il est énorme, c’est une montagne, vous ne pouvez pas le bouger ! » et, dans une analyse plus fine, que «  le gars est tellement agile ! Il n’est jamais vraiment en déséquilibre. Il voit bien le terrain et il est excellent près du cercle avec son toucher. Il est simplement très difficile à défendre, c’est un poseur d’écran énorme donc il est très difficile à contourner ».
En s’éloignant un peu de cette zone géographique, le vieux continent s’apprête aussi à dire adieu à Dirk Nowtizki. L’Allemand de 40 ans a démarré sa 21ème saison sous le maillot des Dallas Mavericks avec qui il a tout gagné. Cette longévité est par ailleurs un record, jamais un joueur n’était resté aussi longtemps dans une seule franchise. Voilà un mentor de rêve pour Luka Doncic !

La légende allemande Dirk Nowitzki face au jeune et dominateur pivot serbe Nikola Jokic

L’Europe dispose d’un important contingent en NBA, y compris de nombreux Français. Il ne sera pas possible de tous les évoquer. Certains d’entre eux seront à Londres le 17 janvier prochain puisqu’un match délocalisé entre les New York Knicks et les Washington Wizards y sera disputé. Si vous comptiez y aller, c’est un peu tard. Les billets ont été vendus comme des petits pains : la NBA est un championnat très relevé mais aussi un business extrêmement lucratif et rondement mené !

Alexandre Rivet

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine