Insécurité à Nantes. L’opposition de droite en guerre… contre les crachats

A LA UNE

MAJ 27 février 2019 : L’opposition de droite et du centre nous prie d’insérer que la proposition de verbaliser le crachat s’inscrivait dans leurs propositions pour améliorer la propreté et non lutter contre l’insécurité. Il est possible de mieux faire sur le plan de la propreté, même si Nantes a pris un retard considérable aussi sur l’insécurité, qui ne semble pas être une priorité du mandat de Johanna Rolland, ajoute par ailleurs l’opposition.

Nombre de lecteurs extérieurs à Nantes demandent régulièrement pourquoi les socialistes sont inexorablement réélus à la mairie de Nantes, et affirment que les Nantais n’ont aucun droit de s’en plaindre puisqu’ils réélisent l’exécutif socialiste. Les récentes propositions de l’opposition municipale de droite et du centre en matière de lutte contre l’insécurité permettent d’apporter une partie de la réponse.

En effet, outre de proposer – encore – des caméras de vidéoprotection, cette fois aux abords des « sites sensibles de dépôts de déchets », la droite et le centre locaux proposent… de verbaliser le crachat 68 €. On imagine la police à Commerce, en train de tenter de verbaliser les dealers clandestins qui passent leur journée à vendre de la drogue, cracher par terre et tenter de dépouiller les passants, surtout si ce sont des passantes et qu’il fait nuit.

On imagine encore plus difficilement la police municipale lâchée dans les quartiers « sensibles », sans armes face à des délinquants qui essaient régulièrement kalachnikov et autres pistolets automatiques dans les rues, comme il y a trois mois encore à Boissière, en train de tenter de verbaliser dealers et guetteurs qui gagnent en moins de trois jours autant d’argent que la paie mensuelle d’un policier municipal.

Certainement, cela va bien se passer – d’autant que la police municipale est déjà bien en peine de se faire respecter sur les marchés. Cependant, si elle était envoyée avec d’autres ordres que ceux de régler le ballet des balayeuses, ou d’empêcher les commerçants de vendre 30 secondes après la fin théorique des ventes, il est probable que sa tâche en serait simplifiée. D’autant que voleurs de caisse et autres malandrins ne manquent pas – à la Petite Hollande, à la brocante de la place Viarme , sur le marché de la place Zola aussi – et que la vue des tenues de police suffit à les faire fuir.

Comme la droite locale est certainement persuadée du bien fondé de sa mesure – et surtout de la capacité de la police municipale nantaise de l’appliquer – les Nantais auront certainement le plaisir de voir Laurence Garnier, Julien Bainvel, Marc Reneaume ou encore Hervé Grélard accompagner la police municipale en train de verbaliser les cracheurs intempestifs… ou pas ?

Il est en effet facile de conseiller d’installer des caméras de vidéoprotection en plus, des « puces électroniques dans les bennes des écopoints » ou de mettre en place de nouvelles amendes, surtout quand on ne dispose pas du pouvoir de le faire… et qu’on se garde bien de dire comment et avec quel argent.

Si bien qu’une fois de plus les Nantais ont l’occasion de constater que l’opposition municipale, bien qu’elle prépare sa campagne municipale – enfin ses campagnes, puisque Hervé Grélard semble vouloir s’investir, lui, pour une candidature En Marche qu’il espère être l’arbitre des prochaines municipales entre droite et gauche – semble à mille lieues des préoccupations sécuritaires des Nantais, bien réelles, et surtout de la réalité du terrain.

Ainsi, l’opposition municipale de droite et du centre est très discrète sur l’insécurité à la station Commerce de la ligne 1 – que même la CGT Semitan juge perdue – les agressions récurrentes d’agents de la TAN, de la police municipale et d’ASVP – plusieurs dizaines par an tout de même – de commerçants, l’insécurité dans les squares… ou celle subie par les riverains des squats et hébergements légaux de migrants. L’on peut même dire que l’opposition de droite et du centre est bien d’accord avec la majorité : elle n’en dit rien. À quoi bon alors pour les Nantais voter pour une « alternative politique » qui n’en est pas une ?

LM

Crédit photo : wikipedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« Vivre ensemble » à Brest. Des policiers attaqués dans le quartier de Kérédern

La police n'effraie plus les voyous. A Brest, des policiers ont été attaqués, dimanche, en pleine journée, dans le...

Marsault, l’encre et le bazooka

Marsault, dessinateur humoristique et auteur de bande dessinée à succès, est l'invité de Livre Noir. Rare dans les médias,...

Articles liés