Catalogne. La Cour européenne de justice confirme l’immunité du nationaliste Oriol Junqueras

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Oriol Junqueras, leader indépendantiste catalan actuellement emprisonné en Espagne, s’est vu confirmé son immunité d’élu par la Cour européenne de Justice. Quelles conséquences pour la suite ?

Oriol Junqueras ne devrait pas être en prison

La justice espagnole a-t-elle commis une erreur ? Jeudi 19 décembre, la Cour européenne de justice de l’Union européenne (CJUE) a ainsi confirmé que l’indépendantiste catalan Oriol Junqueras, président du parti de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC), devrait bénéficier d’une immunité puisqu’il a été élu au Parlement européen le 26 mai 2019. Une date à laquelle il était déjà placé en détention provisoire puis la Cour suprême espagnole avait refusé de le laisser sortir de prison pour participer le 2 juillet à la session constitutive du Parlement européen à Strasbourg.

Mais les choses ont pris un tour radical le 14 octobre dernier, lorsque les leaders nationalistes catalans jugés à Madrid ont écopé de 99 années de prison cumulées à la suite d’un délirant procès. Pour sa part, Oriol Junqueras, 50 ans, a été condamné à 13 ans de prison et d’inéligibilité, pour « sédition (et) détournement de fonds publics ». C’est également lui qui fut chargé par Carles Puigdemont de préparer le référendum interdit du 1er octobre 2017. Une fois ces décisions rendues, la Catalogne verra une mobilisation sans précédent d’une grande partie de sa population pour protester contre ces peines iniques.

Toutefois, Oriol Junqueras n’est pas censé dormir derrière des barreaux. C’est ce qu’a expliqué la Cour européenne de justice dans un communiqué : « Une personne qui est élue au Parlement européen acquiert la qualité de membre du Parlement du fait et au moment de la proclamation des résultats électoraux, de sorte qu’elle bénéficie des immunités garanties » aux eurodéputés.

 « La justice est venue d’Europe »

La CJUE a précisé sa position dans cet arrêt qui vient donc donner tort à la Cour suprême espagnole : « Le bénéfice de l’immunité de trajet garantie à tout membre du Parlement européen implique de lever toute mesure de placement en détention provisoire qui aurait été imposée antérieurement à la proclamation de son élection, afin de lui permettre de se rendre et de prendre part à la session constitutive du Parlement européen ».

La Cour européenne de justice relève aussi que cette décision concernant l’immunité « vaut pour tous les élus européens, et donc pour les deux autres indépendantistes élus en mai ». À savoir l’ex-président régional indépendantiste de Catalogne Carles Puigdemont et Toni Comin, les deux hommes résidant actuellement en Belgique.

Pour sa part, Oriol Junqueras a salué la décision sur Twitter : « La justice est venue d’Europe. Nos droits et ceux des deux millions de citoyens qui nous ont votés ont été violés. Nullité de la sentence et liberté pour tous ! Persistez comme nous le faisons ! ».

Quelles conséquences pour les eurodéputés catalans ?

Avec cet arrêt de la Cour européenne de justice constituant une réponse à une question préjudicielle posée par la Cour suprême espagnole en juillet dernier à la suite d’un recours présenté par les avocats d’Oriol Junqueras, que peuvent espérer les dirigeants nationalistes catalans ?

Il s’avère que, en résumé, si Oriol Junqueras peut bénéficier de son immunité de trajet, la justice espagnole est aussi en droit de demander une levée de cette immunité au Parlement européen afin de le maintenir en détention si elle le juge nécessaire. L’ensemble des parties disposent d’un délai de cinq jours pour présenter leurs arguments devant la Cour suprême. Si une remise en liberté avait lieu, celle-ci risquerait de n’être que temporaire, la justice espagnole demandant la levée de l’immunité d’Oriol Junqueras au Parlement européen.

Quant à Carles Puigdemont, son cas est différent puisqu’il n’a pas encore été jugé ni condamné en Espagne. Mais pourrait en revanche bénéficier lui aussi de l’immunité de trajet reconnue par la décision de la CJUE. De quoi envisager un retour aux affaires en Catalogne sans être inquiété par la police et la justice espagnole ? La situation devrait permettre d’y voir plus clair au cours des prochains jours.

AK

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Insolite. En Espagne, un atelier d’impression d’armes 3D démantelé

Un trafic d'armes démantelé par la police espagnole, une information plutôt banale à première vue. Sauf que l'arsenal en question, saisi aux Canaries, a...

1% eus al lec’hiennoù stadel spagnol troet e katalaneg nemetken

An ONG Plataforma per la Llenga a zo o paouez embann hec'h enklask bloaz diwar-benn plas ar yezh el lec'hiennoù stad. 400 lec'hienn internet...

Espagne. Les milliers de touristes français venus s’alcooliser exaspèrent des Espagnols limités dans leurs déplacements

Des milliers de Français se rendent à Madrid depuis plusieurs semaines afin de profiter des bars et restaurants encore ouverts malgré la pandémie. Dans...

Sez ar gomision hag ar parlamant Europa aloubet e Barcelona

Diriaou dremenet e oa bet aloubet sez ar gomision hag ar parlamant Europa e Barcelona gant emsaverien evit ar brizonidi hag an harluidi bolitikel...