Linky à Plouaret. Le dérapage d’un sous-traitant d’Enedis ?

A LA UNE

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

Régionales 2021. Avec un score prévu de 66%, l’abstention triomphe et signe l’échec de la Vème République

Les résultats du premier tour des élections régionales et départementales seront publiés à partir de 20 h, ce dimanche 20 juin 2021. Mais déjà,...

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...
Enedis est incapable d’employer des salariés pour poser ses compteurs Linky. Alors la société fait appel à des sous-traitants, parmi lesquels on trouve des professionnels, mais également des personnes dont le comportement laisse franchement à désirer, et parfois interpelle.

Ce fût encore le cas récemment à Plouaret, dans le Trégor, comme le racontent nos confrères du journal Le Trégor. Mardi 26 novembre, une altercation a ainsi éclaté entre le résident d’un immeuble, pourtant pas opposant aux compteurs Linky, et un sous traitant d’Enedis.

Un résident qui, après avoir entendu un grand boum, descend dans le hall d’immeuble, et y trouve l’individu qui lui indique être en train de procéder à la pose des compteurs Linky, tout en indiquant que la porte était ouverte, version à laquelle ne croit pas le résident eu égard du bruit qu’il a entendu. Il tente alors de prendre en photo l’individu, qui se jette sur lui, et lui intime l’ordre d’effacer la photo.

Thierry, résident de l’immeuble, est choqué. Il appelle la gendarmerie dans la foulée qui l’invite à se tourner vers Enedis. Pendant ce temps, le sous-traitant d’Enedis aura posé deux compteurs sur trois avant de partir, sans que l’on sache ce qui s’est réellement passé. Une chose est certaine, le verrou d’accès à l’immeuble était défoncé.

Le cas de Thierry n’est pas isolé. Les témoignages de sous-traitants d’Enedis aux comportements divers et variés, mais assez peu professionnels, sont nombreux. On nous a déjà rapporté des attitudes agressives, notamment au téléphone, lorsque certains opérateurs, parlant parfois mal le français, annoncent la pose prochaine d’un compteur, puis rappellent plusieurs fois en devenant agressif si le client finit par leur raccrocher au nez.

On imagine également aisément le zèle dont peuvent être victimes les plus anciens ou les moins informés. Des cas de harcèlement sont signalés ici

Du côté d’Enedis, on a réponse à tout, via une belle communication :

« La version du poseur n’est pas la même. Nous attendons la plainte du propriétaire pour donner une suite digne à cette affaire », réagit Marie-Cécile Penvern, responsable communication d’Enedis. « Les insuffisances et les écarts d’attitude évoqués par nos clients font l’objet de la plus grande attention. En cas de constatation d’une situation de ce type, Enedis insiste sur la nécessité de faire remonter ce type d’informations afin qu’un retour circonstancié puisse être fait. Il est important que le déploiement des compteurs se passe dans un climat de confiance, de sérénité et en toute sécurité ».

Ne pas hésiter à contacter la gendarmerie

Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à signaler à la gendarmerie le moindre agissement suspect ou peu professionnel des individus qui sillonnent les villages et les villes dans les voitures estampillées « Partenaire Enedis ». Cela obligera Enedis, qui est responsable de ses sous-traitants, à opérer des changements drastiques en matière de visibilité sur le recrutement des agents.

Crédit photos : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Face aux rodéos urbains, la mairie socialiste de Vaulx-en-Velin propose… une activité motocross aux « jeunes » [Vidéo]

La municipalité socialiste de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, a décidé de proposer une activité « motocross »,...

« Violences policières ». 25 morts en 2020 dont au moins 10 d’origine musulmane

Ils s'appelaient Romain, Toufik ou Olivio. Ils étaient fêtards, camionneurs, cambrioleurs ou terroristes. Tous étaient de sexe masculin, relativement...

Articles liés

Compteur Linky (Enedis) : Pour la cour d’appel de Bordeaux, l’installation n’est pas obligatoire

La Cour d'appel de Bordeaux reconnaît, dans une ordonnance rendue le 17 novembre 2020, le dommage imminent de treize personnes exposées aux rayonnements causés...

Et si les compteurs Linky vous espionnaient ?

Le compteur Linky, un espion à la maison ? C'est la question que pose 60 millions de consommateurs en titre d'une enquête fouillée sur...

Linky : Capital revient sur la condamnation d’ENEDIS en appel

Le magazine Capital revient ce mois-ci sur la récente condamnation d'ENEDIS par la Cour d'appel de Grenoble. Dans un article récent, le journaliste détaille :...

Linky : la condamnation d’Enedis confirmée par la Justice en appel

ENEDIS vient d'être condamné à propos des compteurs « Linky » par une cour d’appel, à Grenoble, qui indique qu'Enedis violerait le principe de...