Linky à Plouaret. Le dérapage d’un sous-traitant d’Enedis ?

A LA UNE

Nantes. Le MIN, un marché magnifique, mais couteux et plein de malfaçons ?

Nouveau ventre de Nantes achevé dans la précipitation avant les municipales pour accueillir ses 100 entreprises et 800 salariés,...

Michel Maffesoli : « Le transhumanisme est l’aboutissement de la paranoïa moderne » [Interview]

Au dernier colloque de l’Institut Iliade, en date du 19 septembre 2020, dont le thème était « La nature comme...

Enquête : ces Tchétchènes déjà arrêtés pour terrorisme

Après la décapitation du professeur d’histoire de Conflans, Samuel Paty, par un jeune Tchétchène radicalisé d’Evreux, Abdullakh Anzorov, le...

État d’urgence sanitaire. Que dit le projet de loi présenté en conseil des ministres ce matin ?

Après avoir laissé planer un couvre-feu à 19h dans les grandes villes, ou généralisé à tout le territoire, dans...

Document : le texte de la décision qui a accordé le droit d’asile à la famille du terroriste islamiste

D’abord déboutée de l’asile à cause d’un « récit stéréotypé » par l’Office français pour la protection des réfugiés...
Enedis est incapable d’employer des salariés pour poser ses compteurs Linky. Alors la société fait appel à des sous-traitants, parmi lesquels on trouve des professionnels, mais également des personnes dont le comportement laisse franchement à désirer, et parfois interpelle.

Ce fût encore le cas récemment à Plouaret, dans le Trégor, comme le racontent nos confrères du journal Le Trégor. Mardi 26 novembre, une altercation a ainsi éclaté entre le résident d’un immeuble, pourtant pas opposant aux compteurs Linky, et un sous traitant d’Enedis.

Un résident qui, après avoir entendu un grand boum, descend dans le hall d’immeuble, et y trouve l’individu qui lui indique être en train de procéder à la pose des compteurs Linky, tout en indiquant que la porte était ouverte, version à laquelle ne croit pas le résident eu égard du bruit qu’il a entendu. Il tente alors de prendre en photo l’individu, qui se jette sur lui, et lui intime l’ordre d’effacer la photo.

Thierry, résident de l’immeuble, est choqué. Il appelle la gendarmerie dans la foulée qui l’invite à se tourner vers Enedis. Pendant ce temps, le sous-traitant d’Enedis aura posé deux compteurs sur trois avant de partir, sans que l’on sache ce qui s’est réellement passé. Une chose est certaine, le verrou d’accès à l’immeuble était défoncé.

Le cas de Thierry n’est pas isolé. Les témoignages de sous-traitants d’Enedis aux comportements divers et variés, mais assez peu professionnels, sont nombreux. On nous a déjà rapporté des attitudes agressives, notamment au téléphone, lorsque certains opérateurs, parlant parfois mal le français, annoncent la pose prochaine d’un compteur, puis rappellent plusieurs fois en devenant agressif si le client finit par leur raccrocher au nez.

On imagine également aisément le zèle dont peuvent être victimes les plus anciens ou les moins informés. Des cas de harcèlement sont signalés ici

Du côté d’Enedis, on a réponse à tout, via une belle communication :

« La version du poseur n’est pas la même. Nous attendons la plainte du propriétaire pour donner une suite digne à cette affaire », réagit Marie-Cécile Penvern, responsable communication d’Enedis. « Les insuffisances et les écarts d’attitude évoqués par nos clients font l’objet de la plus grande attention. En cas de constatation d’une situation de ce type, Enedis insiste sur la nécessité de faire remonter ce type d’informations afin qu’un retour circonstancié puisse être fait. Il est important que le déploiement des compteurs se passe dans un climat de confiance, de sérénité et en toute sécurité ».

Ne pas hésiter à contacter la gendarmerie

Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à signaler à la gendarmerie le moindre agissement suspect ou peu professionnel des individus qui sillonnent les villages et les villes dans les voitures estampillées « Partenaire Enedis ». Cela obligera Enedis, qui est responsable de ses sous-traitants, à opérer des changements drastiques en matière de visibilité sur le recrutement des agents.

Crédit photos : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Pontmain (53) : pèlerinage et messe dominicaine traditionnelle ce 25 octobre

Les dominicains de Cheméré le Roi célèbrent ce 25 octobre une messe traditionnelle, en rite dominicain, à la basilique...

Douarnenez. Un migrant africain suspecté d’avoir drogué et agressé sexuellement sa logeuse

Un migrant africain est soupçonné d'avoir drogué puis agressé sexuellement au mois de septembre dernier une femme qui l'hébergeait...

Réunification de la Bretagne : Christelle Morançais bientôt au chômage ?

La question de la réunification de la Bretagne est plus que jamais sur le tapis. C’est la conséquence directe des récentes élections municipales. On...

Le vent tourne en Amérique latine : Les élections boliviennes et le plébiscite chilien

Deux événements, l’un en cours, les élections en Bolivie, l’autre imminent, le plébiscite chilien, nous permettent de penser que des changements importants sont attendus...

États-Unis. Les Blancs minoritaires en 2026 : défaite assurée pour les républicains à moyen terme ?

L'avenir politique des États-Unis est étroitement liée à la question démographique. Certaines prévisions indiquent que les Blancs seront minoritaires dans le pays à partir...

Rennes. Trois clandestins en instance d’expulsion dégradent, incendient et outragent au CRA

Trois clandestins en instance d’expulsion, âgés de 18 à 29 ans et détenus actuellement au centre de rétention administrative (CRA) de Rennes – Saint-Jacques...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -