Coronavirus. L’épidémie devient pandémie, l’OMS pointe du doigt le manque de détermination

A LA UNE

L’épidémie de Covid-19 n’est plus. Depuis le 11 mars, il est désormais question d’une « pandémie » de coronavirus selon les termes de l’OMS. Qui s’inquiète du manque de détermination de certains pays.

Un coronavirus devenu pandémie

Tandis que la France se refusait à passer au stade 3 mercredi 11 mars alors que le pays enregistrait sa plus forte augmentation du nombre de cas depuis le début de l’épidémie de coronavirus, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) a quant à elle requalifié cette dernière en « pandémie », par la voix de son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse à Genève. Depuis la fin du mois de décembre dernier, ce sont plus de 110 000 personnes à travers le monde qui ont été contaminées et plus de 4 000 décès recensés.

L’OMS a aussi précisé que le nombre de cas en dehors de la Chine a été multiplié par 13 et le nombre de pays touchés a triplé durant les deux dernières semaines.

Dans les faits, une pandémie désigne, selon l’OMS, la propagation au niveau mondial d’une nouvelle maladie. Étant donné le caractère inconnu de cette dernière, son impact et sa gravité sont potentiellement plus élevés qu’une maladie déjà rencontrée. L’organisation précise ainsi : « Si un pourcentage élevé de la population est infectée, même si la proportion des sujets infectés contractant une forme grave est faible, le nombre total des cas graves peut devenir relativement important ». La pandémie, (du grec pan signifiant « tout » et demos signifiant « peuple »), se distingue donc de l’épidémie de par son caractère mondial.

L’OMS  pointe du doigt le manque de détermination

Dans ces conditions, sa mise en garde pour le futur proche n’étonne donc personne : « Dans les jours et les semaines à venir, nous nous attendons à voir le nombre de cas, le nombre de décès et le nombre de pays touchés augmenter ». Le patron de l’OMS a en outre indiqué que la requalification de l’épidémie en « pandémie » ne « change pas ce que les pays devraient faire ».

Tedros Adhanom Ghebreyesus encourage également les États concernés à se montrer « plus agressifs » contre la maladie. En Europe, l’Italie demeure toujours le pays le plus touché avec plus de 10 100 cas et a placé 60 millions d’Italiens en confinement depuis le 10 mars. En France, la capacité tant de l’État que des structures médicales à faire face à une multiplication des cas pose question. Une intervention télévisée du président de la République est attendue le 12 mars au soir.

AK

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

Brest. Trois voitures incendiées à Pontanézen

Trois voitures ont été incendiées à Pontanézen (Brest), dans la nuit de lundi à mardi. Les voitures étaient totalement embrasées...

Articles liés