Avertissement du jour : L’élaboration du tableau quotidien et du commentaire qui s’y attache est un travail long, fastidieux et complexe, car la situation évolue d’heure en heure dans des proportions que le lecteur ne peut imaginer : + 2 000 cas nouveaux et + 100 décès à l’heure. C’est la raison pour laquelle la situation est figée à 0h00 GMT (1h du matin heure française). Cela signifie qu’à l’heure où vous lirez ce texte, disons 09h00 du matin, vous aurez déjà 20 000 cas nouveaux de Covid-19 et 1 000 décès de plus répartis sur la planète. Cela n’a pas une grande importance pour suivre la situation au jour le jour, mais il convient de le savoir.

Situation de l’épidémie COVID-19 au 27 mars 2020 à 0h00 GMT

Depuis le début de l’épidémie:

198 pays ont été affectés par le virus, pour 529 668 (+58 579) cas déclarés.

23 976 décès (+ 2 694 hier) ; 123 380 guérisons (+ 9 563 hier) ;

382 258 patients (+ 48 983 hier) en cours de soins, dont 19 516 en état critique (+ 4 607 hier).

  • 2 694 nouveaux décès du coronavirus (+ 403 par rapport à la veille) dans la seule journée du 25 mars.
  • 12 pays seulement ont déclaré plus de 80 décès depuis le début de l’épidémie (Italie, Chine, Espagne, Iran, France, USA, Royaume Uni, Pays Bas, Corée du Sud, Allemagne, Suisse et Belgique).
  • Sur les 23 976 décès enregistrés dans le monde depuis le début de l’épidémie, 22 827 l’ont été dans ces 12 pays (95,6%) et 17 715 (73,9%) dans les pays occidentaux (US, UE, OTAN).

2 425 des 2 694 décès d’hier (90%) sont « US, UE, OTAN ». C’est ce camp qui paiera le prix le plus fort tant sur le plan humain que sur le plan économique (récession inévitable, crise économique possible)

La journée du 26 mars est la pire des journées enregistrées sur la planète depuis le début de l’épidémie en raison de l’explosion du nombre de nouveaux cas aux USA (+ 15 461). Ceux ci ont dépassé l’Italie et la Chine en nombre de cas et deviendront, à n’en plus douter, le pays le plus affecté par le COVID 19 tant au plan des pertes humaines qu’au plan économique, très loin devant la Chine, devant les trois pays latins de l’UE et devant l’Iran.

D’autres journées, pires encore, suivront dans les huit jours qui viennent. Le cap du demi- million de cas déclarés a été franchi ce 26 mars. Le cap du million le sera dans la semaine qui vient (ce qui est relativement peu au niveau de la planète).

Comme hier, la situation ne reste vraiment préoccupante que dans 5 pays: Les USA, l’Italie, l’Espagne, la France et l’Iran. Ce pourrait bien être, dans l’ordre, le quintet de tête à la fin de l’épidémie, tant pour les pertes humaines que pour les dommages économiques. Notons que la Chine, qui se sort progressivement d’affaire, ne figure pas dans ce quintet.

Reprenons ces cinq pays dans l’ordre:

Les USA ont pulvérisé aujourd’hui le record de nouveaux cas (+15 461) en une seule journée, le nombre des cas critiques y a presque doublé (2 122). Les USA ont donc déjà atteint la première marche du podium en ce qui concerne le nombre total de cas déclarés depuis le début de l’épidémie (avec un jour d’avance sur ma prévision d’hier). Ils vont donc maintenant s’échapper en solitaire, vers un niveau qu’il est impossible d’imaginer.

Pour qui connaît bien l’état de santé des citoyens US (Obésité, problèmes cardiovasculaires ….) et surtout le système de santé et d’assurance santé américain qui privilégie ceux qui ont les moyens et laisse parfois sur la touche ceux qui n’en ont pas, il est clair que la mortalité va exploser dans les prochains jours. Jusqu’à quel point ? Nul ne le sait. Mais il est certain que ça va faire très mal. L’économie US, qui reposait déjà sur un océan de dettes, va beaucoup, beaucoup souffrir et l’effondrement et la faillite ne sont pas à exclure, d’autant que leurs alliés européens seront, eux même, en très grande difficulté et ne pourront apporter aucun soutien. Si la solidarité militaire est bien prévue dans le fonctionnement de l’OTAN, la solidarité économique ne l’est pas… Si le bateau coule, ce sera du chacun pour soi…

L’Italie, quant à elle, ne parvient toujours pas à franchir le pic de l’épidémie dont elle est très proche: le nombre de nouveaux cas, des décès et des cas «sérieux ou critiques quotidiens est reparti à la hausse. Pour autant, je maintiens ma prévision pour le bilan de l’Italie: de 5 à 6 fois le nombre de décès de la Chine en fin d’épidémie. A noter qu’à défaut de soutien de l’Europe, l’Italie a pu bénéficier d’un soutien russe et chinois et de l’aide de médecins cubains et vénézuéliens. Cette aide est donc venue de quatre pays que nos politiques et nos médias mainstream ne cessent de brocarder à longueur d’année…. Si j’étais italien, je pense que je m’en souviendrais au moment des prochaines élections européennes…

L’Espagne, suit, à quelques longueurs, le scénario à l’italienne, elle a déjà largement dépassé la Chine pour le nombre de décès. Avec 718 décès pour la seule journée d’hier, elle surpasse l’Italie de 6 décès. Elle pourrait atteindre son pic d’épidémie quelques jours après l’Italie. Ces jours seront «les plus longs» et les plus «meurtriers» pour l’Espagne: évaluation du bilan: de 3 à 4 fois les pertes de la Chine en fin d’épidémie.

La France suit l’Espagne, à quelques longueurs. Elle dépassera, elle aussi, les pertes de la Chine avant la fin du mois de mars. Évaluation du bilan : plus ou moins trois fois les pertes de la Chine. Le nombre de cas de coronavirus déclaré, relativement faible, est lié à l’insuffisance du nombre de tests. Ne pas tester suffisamment, c’est se priver de la possibilité de diagnostiquer et donc de soigner au plus tôt, et de sauver des vies… Ce qui est surprenant, c’est que notre gouvernance a disposé de tout le temps nécessaire pour se préparer à cette «guerre». Madame Buzyn n’a-t-elle pas dit qu’elle savait dès janvier ce qui allait arriver ? Quarante jours pour acquérir en urgence, des masques, des respirateurs, des tests et de la logistique, était ce trop court ? Combien de nos concitoyens vont-ils mourir parce que les moyens de les soigner n’existent pas en quantité suffisante dans notre pays ?

L’Iran est toujours sous sanctions économiques pour les médicaments, notamment par le quatuor qui précède Ce quatuor, soit dit en passant, prône à longueur d’année un «devoir d »ingérence humanitaire» à géométrie variable. Malgré tout, l’Iran devrait atteindre aussi son pic d’épidémie dans les prochains jours et finalement s’en tirer moins mal que ses bourreaux. Y aurait-il une justice divine ?

Le tableau présenté ci après comportera une partie réservée aux DOM-TOM.

Les deux colonnes de droite permettent de mieux identifier les pays les plus affectés par l’épidémie au regard de leur population.

Général Dominique Delawarde

Crédit photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine