Nantes. Encore une fusillade et un confinement très… inégal

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

C’est la troisième en quatre jours, après une fusillade jeudi soir dans le quartier « sensible » de Malakoff, et vendredi soir dans le quartier non moins « sensible » de la Boissière. Ce dimanche après-midi, des coups de feux ont retenti à Rezé, en périphérie sud de Nantes.

Non loin d’un camp de gens du voyage

C’est vers 14h30 ce dimanche après-midi que des coups de feux ont retenti, non loin d’un camp de gens du voyage à Rezé. Ces coups de feux n’auraient à priori rien à voir avec le trafic de drogue qui ravage Nantes, « il s’agit d’une histoire entre eux, probablement une histoire de voitures encore », confie un proche du dossier.

Le 1er décembre dernier, un différend entre Roms et gens du voyage pour une dette liée à une vente de voiture avait tourné à la bagarre générale, ponctuée de coups de feux : trois roms et quatre voyageurs au moins avaient été blessés par balles, battes de base-ball, barres de fer et autres crosses d’armes. Quand les dettes ne se règlent pas en liquide, mais en plomb…

Une chasse au confinement très inégale

Par ailleurs, en marge de la hausse des violences conjugales, les policiers nantais traquent aussi le relâchement du confinement – il fait beau, la région reste assez peu touchée par l’épidémie – au point d’accueillir des dizaines de malades de région parisienne et du Grand Est –, et les gens ont du mal à rester chez eux. « Il y a des équipages qui sillonnent la ville et qui mettent des PV, des PV, des PV… attestation mal rédigée, pas la bonne case, il manque l’heure, c’est dépassé d’un quart d’heure, qu’importe, ils alignent », relève un policier qui a du mal à se faire à cette chasse aux Nantais.

D’autant qu’elle est peu efficace et surtout très inégale. « Dans les cités, c’est barbeuc, ils jouent au foot, le deal bat son plein – pas de contrôles là-bas, faut pas faire de vagues. Dans les camps de manouches, ils sont tous dehors, ils jouent aux boules, c’est pareil, on évite de les emmerder sinon les boules on les prend dans la tête. A Commerce les dealers bossent – il faut croire qu’ils font partie des commerces nécessaires autorisés à ouvrir, alors on ne va pas embêter le petit commerce. En revanche le gars qui est sorti faire son footing et qui a dépassé de dix minutes, vlan, 135€, c’est cadeau mon gros ! C’est n’importe quoi ! », s’épanche un autre policier nantais.

« Quand on sait que le CCAS a distribué des attestations à tire-larigot aux SDF, aux migrants etc. et qu’on a des centaines de types en ville qui parfois portent toutes les maladies, la gale, la tuberculose, des vraies bombes à retardement, qu’on évite de toucher tellement qu’on peut attraper des saloperies – et ils le savent, ils en profitent même –, qui se baladent comme ils le veulent, qui mendient parfois de façon très agressive, qui entrent dans les commerces et touchent à tout, qui alpaguent les gens, qui agressent parfois, qui volent aussi, qui ont des tas d’identités, ils déclarent parfois à une semaine d’intervalle qu’ils sont de deux pays différents avec deux identités différentes, le même type, bref, on ne sait pas qui c’est… et qui se rassemblent par dizaines bien serrés pour les distributions alimentaires, prêcher le confinement et mettre à l’amende les gens hors des clous qui sont allés prendre l’air ou faire des courses plutôt que de tourner en rond chez eux, c’est une blague. Une sale blague », assène ce policier municipal, lui aussi chargé de faire respecter le confinement.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

 

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

Nantes. 24e fusillade de l’année… pour une moto volée

Pour une fois, ce n'est pas lié aux règlements de comptes des gangs de la drogue – la 24e fusillade de l'année dans l'agglomération nantaise...

Nantes. Encore une fusillade, la 23ème de l’année…

La 23e fusillade de l'année a eu lieu à Pirmil ce 27 avril, vers 17h25, rue Esnoul des Châtelets – tout près du pôle...

Déconfinement : Mensonges et trahisons

Au programme du JT TV LIbertés du 28 avril 2021, retour sur la dernière manipulation de l’exécutif autour du Covid-19. Alors qu'Emmanuel Macron doit...

Nantes. Encore deux fusillades, le ministre de l’Intérieur ne se déplace pas

Cela n'a guère traîné : moins de cinq jours après le tournage d'un clip de rap dans le quartier « sensible » du Clos Toreau au...