Nantes. 50 fusillades depuis le début de l’année…

Les fusillades continuent de plus belle à Nantes. Voici le dernier bilan. Sans commentaire.

Depuis la nuit du 8 au 9 août dernier, où un adolescent blessé au bras avait été hospitalisé au CHU, ce qui était la 41e fusillade de l’année – qui a eu lieu place Mendès France, comme l’ont établi les policiers, Nantes a connu 9 nouvelles fusillades, avec une pointe entre le 18 et le 19 août à Bellevue et à la Contrie – pas moins de quatre épisodes. Ddepuis le début de l’année, il y a eu 50 fusillades liées aux règlements de comptes entre gangs de la drogue, ou sur fonds de stupéfiants.

Le 11 août dernier vers 21h, des coups de feu éclatent de nouveau devant le point de deal juteux établi au niveau du Carrefour Market de la place Mendès France à Bellevue. C’est la 42e fusillade de l’année.

Le tireur, à scooter, a tiré en plein après-midi sur un jeune homme âgé de 25 ans, qui habite Laval, et qui était en train d’y manger son casse-croute. Il s’agit alors du 4e épisode sur place depuis fin juillet, après le 29 juillet, le 2 août et le 9 août – avec un blessé à chaque fois.

Le 17 août, une balle probablement perdue est retrouvée dans un volet roulant de l’agence Pole Emploi rue de la Gironde à Bellevue, à l’heure de l’ouverture. C’est la 43e fusillade de l’année.

Le lendemain 18 août, deux séries de tirs ont lieu rue René Char à la Contrie, vers 14h30 et 19h50 – près de 25 étuis de 9 mm sont ramassés, et un autre boulevard de la Solidarité dans un jardin. Il s’agit des 44e et 45e fusillades de l’année.

Le même jour à 20h20 place Mendès France encore, des tirs retentissent au niveau du point de deal, cette fois sans blessés – la police n’y retrouve pas d’étuis ou de traces. C’est la 46e fusillade de l’année, et le cinquième épisode sur place depuis fin juillet dernier.

Enfin le 19 aout vers 5h45, un immeuble est rafalé 10-12 rue du Drac à Bellevue – près de la place des Lauriers – 16 étuis de 7.62 sont relevés, et une habitante manque d’être touchée par une balle alors qu’elle prend son petit déjeuner à la fenêtre. C’est la 47e fusillade de l’année. 

Le 21 août, des douaniers qui patrouillaient sur le boulevard Dalby ont interpellé vers 15h45 cinq protagonistes d’un règlement de comptes suite à une rupture amoureuse houleuse, qui a déjà donné lieu à des dégradations la veille, suite à une détonation d’un pistolet à blanc. Les cinq protagonistes armés de matraques, d’un couteau, d’un marteau et de cordes sont interpellés, une réplique d’airsoft et deux autres pistolets à blanc sont aussi retrouvés, ainsi qu’une culasse d’arme longue.

Ils seront jugés pour ces faits et ceux de la veille, ainsi que pour violences volontaires en réunion, port d’armes, association de malfaiteurs en vue de commettre une extorsion, dégradations volontaires etc. en janvier 2023. Au passage, les douaniers ont aussi saisi 37 grammes d’héroïne et 6 de cocaïne, ainsi que 640 euros en liquide – la rupture amoureuse ne semble pas être le seul motif de l’altercation. C’est la 48e fusillade de l’année.

Le 24 août, les policiers trouvent une nouvelle énigme à décrypter… rue Champollion à la Bottière, à l’est de Nantes. Pas de pierre de Rosette, mais trois balles dans une Peugeot 208 vers 16 h ; le propriétaire de la voiture, déjà mis en cause dans des affaires de stupéfiants, dit aux policiers ne rien savoir, qu’il ne s’est rien passé, et ne s’intéresse guère à l’état de sa voiture. C’est la 49e fusillade de l’année.

Enfin ce 2 septembre vers 13h des tirs ont à nouveau retenti près du point de deal de la place Mendès France – un homme a été blessé et transporté au CHU. Selon nos informations, les tireurs auraient été deux et il y aurait trois coups de feu. Il s’agit de la 50e fusillade depuis le début de l’année.

Par ailleurs le 26 août deux hommes cagoulés et une arme longue ont été vus boulevard Romain Rolland à Bellevue, mais il n’y a pas de tirs. Le lendemain, les policiers retrouvent le propriétaire d’une Audi A3, mais pas d’arme en perquisition ; il leur déclare qu’il ignore où se trouve son véhicule et est finalement relâché, faute de preuves.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 réponses

  1. En 1962,les maires gauchistes ne voulaient pas des  »Français » non-musulmans, chassés de leur pays natal par les musulmans, tel Gaston Defferre (socialiste) qui voulait les  »jeter à la mer » les Pieds-Noirs….puis les gauchistes ont ouvert  »toutes grandes » les portes de leur ville aux  »étrangers » musulmans…voilà ce que leur ville est devenue!..

  2. Oui mais c’est normal quand on est assez crétins comme un gauchiste pour croire qu’on va s’enrichir ou même s’enrichir culturellement en faisant venir des gens (18 à 20 millions rien qu’en France) de :
    -L’un des continents les plus pauvre du monde,
    -ayant le moins de culture au monde,
    -connaissant le plus fort taux d’illettrisme au monde
    -les plus forts taux d’homicides volontaires au monde
    -le moins de prix nobels et de recherches scientifiques au monde
    -qui pratique le plus l’esclavage au monde etc…

    https://postimg.cc/gallery/TKvd8qv

  3. tous ces quartchiers devraient suinter la prospérité avec toutes ces chances pour la france, en réalité c’est le tir au pigeon !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS