Interdiction de l’école à la maison. Des familles en colère

A LA UNE

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La fin annoncée de l’instruction en famille par Président de la République vendredi 2 octobre – sous le faux prétexte de lutte contre l’islamisme – plonge de nombreuses familles dans l’expectative. Et porte en elle des relents de tyrannie, qu’un ancien ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, appelait déjà de ses voeux en 2012 quand il déclarait :

« Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix. »

Des familles ont opté depuis des années pour l’école à la maison pour des raisons bien précises et n’entendent toutefois pas devoir s’en passer.

Souvent leurs enfants ont fait toute leur scolarité chez eux sans aller en classe. En France, 50 000 élèves sont déscolarisés sur 12 millions.

De son côté, la Fondation pour l’école, qui vient en aide aux écoles hors contrat notamment (mais qui peut aussi s’occuper des familles qui choisissent l’instruction à la maison) vient de communiquer – assez mollement commentent certains – sur la loi que veut faire passer Emmanuel Macron.

Voici le communiqué ci-dessous.

S’agissant des écoles indépendantes (hors contrat), elle rappelle que les dispositions votées en 2018 dans le cadre de la Loi Gatel ont déjà considérablement renforcé et sécurisé le contrôle des écoles indépendantes au moment de leur création et pendant leur fonctionnement, mais aussi sur les questions de leur financement et du parcours de leurs enseignants évoquées ce matin.

Elle rappelle également qu’avant l’annonce de nouvelles mesures, une application plus stricte des importants dispositifs de contrôle existants, vis-à-vis des établissements comme vis-à-vis des parents, aurait d’abord été souhaitable (cf. pièce jointe, annexes).

La Fondation pour l’école rappelle que les écoles indépendantes, qui sont des structures reconnues par l’État, ont toujours fait preuve de la plus grande coopération en se soumettant à la multiplicité des contrôles et des inspections qui leur est imposée, plus fréquentes que dans les établissements publics.

C’est pourquoi, dans un souci d’égalité de traitement des établissements, et dans le cadre d’une responsabilité partagée de tous les acteurs éducatifs dans la lutte contre l’islamisme radical, la Fondation pour l’école appelle aujourd’hui à la mise en place de procédures de contrôles identiques à l’ensemble des établissements du territoire, le Président Emmanuel Macron ayant reconnu avec lucidité que le séparatisme islamiste prenait notamment sa source au sein de l’école publique et privée sous contrat. Il est en effet établi qu’aucun des auteurs d’attentats terroristes en France ne venait des écoles indépendantes.

La Fondation pour l’école rappelle à ce propos qu’elle avait, dès 2018, demandé au Ministère de l’Education nationale la possibilité pour les écoles indépendantes d’avoir recours au « référent Justice » lors du recrutement de leurs personnels, ce référent ayant accès à l’ensemble de leur casier judiciaire dont la fiche S. Cette demande est restée jusqu’à présent sans réponse.

Sur la question de l’Instruction En Famille

Si la Fondation pour l’école comprend parfaitement la nécessité de lutter contre l’islamisme radical, elle manifeste sa très forte inquiétude devant la suppression annoncée de l’instruction en famille (IEF) hors raisons médicales.

Dans l’attente du texte de loi à venir, la Fondation rappelle que la liberté d’enseignement est un droit constitutionnel majeur, reconnu partout dans le monde ainsi que par la plupart des conventions internationales.

Elle appelle donc à la plus grande prudence sur ce sujet ayant trait aux libertés individuelles les plus élémentaires et suggère plutôt un renforcement éventuel des contrôles de l’IEF plutôt que son interdiction pure et simple.

La réponse éducative sous toutes ses formes

La Fondation pour l’école rappelle que les écoles indépendantes viennent enrichir l’offre éducative dans son ensemble, et sont reconnues pour leur capacité à traiter des problématiques éducatives particulières, qu’il s’agisse d’enjeux territoriaux comme pédagogiques (écoles dans les banlieues, les territoires ruraux, écoles à pédagogies différentes comme Montessori, Freinet ou La Garanderie).

C’est pourquoi elle avait proposé, en 2017, la création d’une nouvelle catégorie d’établissements scolaires dits « conventionnés », suivant des critères objectifs et ciblés, qui auraient pu permettre de répondre favorablement aux besoins éducatifs évoqués ce matin par le Président Emmanuel Macron.

Ces établissements devaient être situés dans une zone d’éducation prioritaire ou une zone de revitalisation rurale, porter une pédagogie innovante et adaptée à un public spécifique, poursuivre un but non lucratif et avoir une gestion désintéressée.

A la fois autonomes et soutenus par l’Etat, ces établissements auraient vu leurs résultats académiques et pédagogies évalués par une commission interministérielle et rendus publics chaque année. Cette proposition n’a, à date, pas trouvé d’écho favorable.

Dans cette attente la Fondation pour l’école, reconnue depuis 2008 d’utilité publique, continue sa mission de soutien aux écoles indépendantes qui répondent à sa Charte, charte qui garantit leur strict respect des valeurs républicaines.

Illustrations : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Les Parisiens face à l’insécurité : micro-trottoir

Prévention ou répression ? Voilà la question que l'Institut pour la Justice a posé aux habitants des 18 et...

Vaccins : bientôt la levée des brevets ?

Au sommaire de cette dernière édition de la semaine : la levée des brevets protégeant les vaccins anti-Covid. Le président...

4 Commentaires

  1. Préparons la prochaine grande manif contre cette nouvelle loi liberticide et rappelons que l’enfant appartient à sa famille et non à l’état. On sait où cela nous mèna au siècle dernier

    • L’enfant APPARTIENT à sa famille!!!!!!!!!!!!!!!!!! L’enfant appartient surtout à un pays, à une culture, au monde! Quand on voit les dégâts commis par des familles « extrémistes » quelles qu’elles soient, je pense qu’à juste titre (en dehors de problèmes d’handicaps ) l’instruction n’a pas à se faire à domicile. Quant à la famille, parlons en ……………………………..

  2. De plus en plus, les Français refusent de quitter leur région; si, en plus, ils ne se socialisent pas à l’école en se mêlant à d’autres élèves, c’est une catastrophe. Voulez-vous que les enfants apprennent le breton avant le Français: dites le clairement. La 1° dame de France avait parlé du respect des langues régionales, elle influencera peut-être son époux.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Instruction en famille : le régime d’autorisation, véritable parcours du combattant, doit absolument être écarté

Bernard RINEAU, Avocat associé et Hubert VEAUVY, Avocat en droit public, nous adressent un texte au sujet de l'instruction en famille, dont le sort...

Abbé Jérôme Sévillia (Institut d’Argentré) : « Savoir que tant d’enfants de France n’ont pas la joie de compter et de lire normalement est...

L'Institut d'Argentré est un nouveau pensionnat catholique pour jeunes filles, situé à Sées en Normandie, l’institut d’Argentré Sainte-Anne. Nous avions relayé un appel à...

Un collectif d’avocats dénonce l’interdiction de l’instruction en famille (IEF), « nouvelle atteinte injustifiée à nos libertés »

Le journal Valeurs actuelles rapporte qu'un collectif de 20 avocats emmenés par Hubert Veauvy, avocat au barreau de Nantes, dénonce dans cette tribune l’interdiction...

L’instruction en famille : dernier rempart de la responsabilité parentale [L’Agora]

Le projet de loi présenté le 9 décembre de cette année propose l’interdiction de l’instruction en famille dit «IEF » ou école à la maison,...