Soft Power. Des documents révèlent comment le Royaume-Uni veut « dérussifier » les anciennes républiques soviétiques

A LA UNE

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

En 2018, les Anonymous ont dévoilé des documents détaillant la campagne de propagande anti-russe du Royaume-Uni, connue sous le nom de the Integrity Initiative. Cette opération secrète, financée par le ministère des affaires étrangères et le ministère de la défense, a impliqué des universitaires comme Mark Galeotti, des analystes de la sécurité comme Ben Nimmo et des journalistes comme Deborah Haynes de Sky News, qui ont tous été payés pour assurer une couverture négative de la Russie dans divers médias.

Ils faisaient tous partie d’une organisation de niveau mondial chargée de contrer la narration du gouvernement russe chaque fois que cela était possible, que ce soit dans des articles ou sur les médias sociaux.

Ce fut une révélation choquante pour un pays qui accusait constamment la Russie de faire de la propagande et de répandre la désinformation ; il s’est avéré que c’était exactement ce que faisait l’Initiative britannique pour l’intégrité. (Certaines des affirmations faites dans les documents n’étaient rien moins que russophobes. Par exemple : « La Fédération de Russie n’est pas un pays normal dans aucun sens du terme » .

Après avoir subi des pressions de la part de journalistes indépendants, dont moi, qui couvraient le projet, l’organisation a fermé son site web. Elle n’a cependant pas complètement disparu, et s’est plutôt discrètement rebaptisée sous un autre nom – l’Open Information Partnership, et avec des partenaires tels que Bellingcat et Zinc Network, il semble que le même travail ait repris.

La semaine dernière, un nouveau lot de documents a été publié, qui semble montrer que le Royaume-Uni a désormais pour objectif de manipuler les russophones dans les anciennes républiques soviétiques. L’un des projets, qui fait appel au British Council, consiste à promouvoir la langue anglaise dans divers États satellites russes – Arménie, Azerbaïdjan, Belarus, Géorgie, Moldavie et Ukraine. Le coût de ce seul projet s’élève à 1,5 million de livres sterling. Il décrit comment, par le biais de cours d’anglais, de concours de débat et d’événements communautaires, il tente de réguler les « informations partiales et déséquilibrées » que les citoyens de ces pays reçoivent des médias russes.

Dans un autre projet, appelé « Interventions des médias indépendants dans les États baltes visant à promouvoir la pluralité et l’équilibre dans les médias de langue russe », il est dit comment BBC Media Action collaborera avec trois diffuseurs de service public – ETV+ en Estonie, LSM en Lettonie et LRT en Lituanie et leurs plateformes de médias numériques et sociaux dans les trois pays, pour produire des contenus en langue russe. Elle mentionne également sa collaboration avec le plus grand portail de langue russe (Delfi) de la région, pour cibler les jeunes russophones. Il précise que les russophones des États baltes seront ciblés différemment selon leur âge : les plus de 40 ans par les médias traditionnels et les moins de 40 ans principalement par les médias sociaux.

Le programme de travail avec les médias locaux dans les États baltes est décrit comme visant à promouvoir « les valeurs d’objectivité, d’impartialité et de confiance ». Mais étant donné qu’il s’agit d’un projet du ministère britannique des affaires étrangères, qui promeut la vision du monde en langue anglaise, comment peut-on le décrire comme « objectif et impartial » ? Si l’un des auteurs avait déjà étudié la linguistique cognitive, il comprendrait que chaque locuteur de langue a sa propre vision du monde, intrinsèquement associée à la langue qu’il parle. Les anglophones ont leur propre vision du monde, qui n’est pas « objective » ou « impartiale » mais le produit de leur propre expérience historique et culturelle.

Il est donc clair qu’il s’agit d’une campagne de Soft Power britannique sous le couvert d’une aide aux médias indépendants en Europe de l’Est. Cela rappelle les missionnaires chrétiens du XIXe siècle, qui ont entrepris de « changer les habitudes » de personnes qu’ils considéraient comme grossières et « sauvages » dans certaines régions d’Afrique et d’Asie. Bien que cette fois, il ne s’agisse pas du christianisme mais de valeurs libérales ou « occidentales ». C’est la Grande-Bretagne qui projette sa puissance impériale, comme elle l’a fait dans le passé.

Il s’agit d’un projet du ministère des affaires étrangères ; il s’agit de guerre de l’information et de manipulation pour atteindre des objectifs géopolitiques. Il s’agit essentiellement de désrussifier les États baltes et l’Europe de l’Est, afin de s’assurer que ces populations tomberont sous le charme du libéralisme occidental et de réduire toute influence russe subsistant de l’ère soviétique. Fondamentalement, il s’agit de s’assurer que la sphère d’influence de la Russie soit réduite et que celle de l’Occident et de l’OTAN soit augmentée – ce qui est important si, un jour, une guerre devait éclater.

Dans un autre document, il est détaillé comment l’organisation a aidé des Youtubers russes (des opposants au gouvernement) « à créer des contenus promouvant l’intégrité des médias et les valeurs démocratiques » et à cacher tout financement étranger qu’ils recevaient, à gérer leurs profils en ligne, à les mettre en relation avec des conseils juridiques si nécessaire et à les aider « à développer des stratégies éditoriales pour délivrer des messages clés« . Il a déjà été suggéré que le blogueur de l’opposition Alexei Navalny aurait pu être aidé de cette manière, car son assistant Vladimir Ashurkov a non seulement été mentionné dans des fuites précédentes de l’Initiative pour l’intégrité, mais a récemment été exposé comme ayant rencontré un diplomate britannique à qui il a demandé une aide financière pour la campagne de Navalny.

Si tout cela ne constitue pas une ingérence dans les affaires de la Russie, je ne sais pas ce que c’est. Il serait intéressant de savoir ce que le contribuable britannique penserait de tous ces millions de livres sterling dépensés pour des ingérences dans une toute autre partie du monde, qui est la sphère d’influence de la Russie. Un tel comportement impérialiste appartient au XIXe siècle et ne tient pas compte de la réalité du monde multipolaire qui émerge. Il fait preuve d’un mépris total pour les Russes ethniques vivant dans le bloc post-soviétique, qui devraient être autorisés à vivre librement comme ils le souhaitent, et ne pas être persécutés pour leur langue et leurs valeurs culturelles. Très franchement, le Royaume-Uni n’a pas à peser sur l’Europe de l’Est ; ses ambitions impérialistes appartiennent au passé.

Johanna Ross, journaliste basée à Edimbourg, Ecosse (Via Infobrics, traduction Breizh-info.com)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Elections en Ecosse : La majorité pour le SNP ne tient qu’à un fil

Lors des élections en Ecosse, le SNP (parti nationaliste écossais, de gauche) a remporté trois sièges clés, mais ses...

Sondages régionales 2021 en Bretagne. Vers un second tour à 5 listes ?

Se dirige-t-on vers un deuxième tour des régionales à 5 listes ? À moins de deux mois des élections...

2 Commentaires

  1. le Royaume-Uni veut « dérussifier » les anciennes républiques soviétiques ? Voila une bonne idée ! Les migrants des ex-républiques musulmannes d´Asie centrale, au lieu de migrer vers la Russie ou ils ne sont pas vraiment les bienvenus pourraient etre accueillis en Grande Bretagne. Ils pourraient faire bon ménage avec les pakistanais déja nombreux en GB. Poutine devrait prendre au mot la GB et lui envoyer ses migrants d´Asie Centrale .
    Au fait .. ce serait aussi tres benéfique si une grande puissance, comme la GB par exemple, se proposait pour  » désafricaniser » la France .

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Pays de Galles. Les travaillistes remportent 30 sièges et une majorité au Parlement gallois. Echec pour le Plaid Cymru

A l'occasion des élections du moi de mai 2021 au Royaume-Uni, concernant le Pays de Galles, les travaillistes ont remporté 30 sièges au Parlement...

Une secte chrétienne extrême : les scoptes

La Russie est une  terre où se sont épanouies maintes hérésies chrétiennes mystiques. Parmi elles, une des sectes les plus étranges fut sans conteste celle...

Covid-19. Un député LREM pris en flagrant délit de fake news en direct sur BFMTV

Un député LREM pris en flagrant délit de fake news en direct sur BFMTV ! https://www.youtube.com/watch?v=l-Qr38mJSHw Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

La majorité des habitants d’Irlande du Nord sont favorables à un nouveau référendum… sur l’indépendance de l’Écosse.

En Irlande du Nord, l'Ecosse occupe historiquement une place particulière, du fait des origines écossaises d'une large partie de la population (notamment parmi les...