Nantes. Plantations près du marché Talensac : vite faites, mal faites ?

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Après l’abattage des platanes rue Basse Porte à Nantes, touchés par le chancre coloré, la mairie de Nantes avait promis de nouveaux arbres à la place. Force est de constater qu’il y a loin des promesses aux actes, et qu’en matière de plantation, la Ville… s’est bel et bien plantée.

« C’est ni fait ni à faire ! » tempête un commerçant non loin des plantations. « Ce ne sont pas des arbres mais des arbrisseaux, certains sont morts à peine plantés, et en plus, ils n’ont même pas mis de la terre végétale. Ça ne va pas le faire ». Effectivement, en lieu et place de la terre végétale, on voit des pierres grosses comme le poing, des bouts de briques…

 « Ce n’est pas très bon pour les commerces autour, surtout quand on voit certaines personnes marginales qui viennent à la distribution de nourriture ici », s’inquiète une voisine. « La mairie aura voulu donner du matériel aux casseurs de vitrines qu’elle ne se serait pas mieux débrouillée », constate un vendeur du marché.

Un autre problème est pointé. Les plantations sont – provisoirement ? – cantonnées par des barres en bois. Or, elles dépassent du sol, « c’est dangereux pour les personnes âgées qui ne les voient pas et peuvent trébucher, surtout qu’elles ne sont pas mises droites, et il y a des endroits où elles affleurent le bitume et d’autres où elles dépassent franchement, on peut trébucher bien comme il faut », constate, dépitée, une autre voisine.

« Clairement, on a perdu au change par rapport aux platanes. Certes, il reste ceux de l’autre côté de la place, mais ce qu’ils ont mis, ça ne vaut pas les platanes et ça fera beaucoup moins d’ombre ». Mais magie de l’administration, les platanes comme les étiques plantations rue Basse-Porte sont considérées comme des espaces verts.

Louis Moulin

Crédit photo : Breizh-info.com (droits réservés)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Vélo électrique : tout ce que vous devez savoir avant d’en acquérir un

Presque devenu un phénomène de société en l'espace de quelques mois, le vélo électrique est désormais omniprésent sur les...

Populations humaines : différences génétiques et controverses

Existe-t-il sujet scientifique plus sulfureux que celui des différences génétiques entre les populations humaines ? Dans cette émission, Floriane Jeannin...

4 Commentaires

  1. On dirait assez du « greenwashing » : il y a des élections bientôt, il faut pouvoir afficher des réalisations censées plaire aux électeurs à sensibilité écolo. Mais les services municipaux ne sont pas doués pour ce genre de mise en scène. On se rappelle le sapin de Noël « écologique » installé place du Commerce à Noël : un échafaudage avec des ampoules clignotantes alimentées par des gens qui pédalaient autour.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Nantes. Malaise à Talensac après les mesures de filtrage

Le dispositif de filtrage mis en place par la mairie de Nantes et la police municipale les samedis, dimanches et jours fériés sur le...

Nantes. Marché Talensac en état de siège : la police municipale critiquée

Dimanche dernier, le marché central de Talensac, à Nantes, était en état de siège : plus de 500 mètres de file d’attente bien serrée tout...

Nantes. Le marché Talensac placé sous haute surveillance

Contrôle des attestations, vérification des identités, file interminable, les Nantais qui se sont rendus au marché Talensac ce week-end n’ont pas été déçus du...

Nantes. Réouverture de certains marchés cette semaine

Fermés depuis le 24 mars, en application des décisions de l’État pour lutter contre l’épidémie de covid-19, certains marchés nantais  reprennent du service cette...