Nantes. Aux Fourneaux, un petit restaurant pour retrouver le goût des grands

A LA UNE

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Un peu caché à mi-pente de la rue Santeuil, dans le quartier Graslin, près de la désormais piétonne rue Jean-Jacques, Aux Fourneaux ne paie pas de mine, mais vaut le détour. L’adresse était déjà connue du Petit Futé avant la pandémie, elle a tenu malgré le premier confinement et les six derniers mois de fermeture – alors que d’autres adresses connues à Nantes ont changé de main ou ont fermé, et brille à nouveau de ses feux.

Pendant ce long hiver gastronomique, des propositions à emporter plutôt intéressantes nous avaient enjoint d’essayer sur place, dès que possible. C’est à dire dès ce 19 mai, puisque les nantais préféraient amplement être sur les terrasses des cafés qu’au restaurant – quoique, tous ceux ou presque qui ont ouvert le midi ont été complets et assiégés, d’autant que l’averse promise pour 14 heures a emprunté un train en retard, et n’est jamais venue.

Bref, ce soir le choix se porte sur une salade de poulpes avec des radis daikon, de la vinaigrette citron et du fromage blanc aux herbes – épicé et délicatement relevé, puis un succulent tartare de bœuf au couteau, pommes de terre grenailles et un rapé de courgettes présenté comme un buisson de fines spaghettis – original et bon, et enfin une coupe After Eight. On remarquera que la menthe est en-dessous, et une tuile de chocolat coiffe le tout – comme si on avait renversé la recette, original et savoureux.

La présentation des plats est aussi au rendez-vous – c’est aussi ce qui manquait, aller au restaurant pour manger autrement que ce qu’on peut préparer à la maison sur sa gazinière, et profiter de la soirée nantaise naissante, encore un peu frisquette malgré la saison, mais enfin libres.

Utile : le service du soir a été avancé à 18h30 – bien pratique pour pouvoir trouver ensuite une terrasse encore ouverte et pas trop pleine pour un petit verre bien mérité après six mois d’hibernation. Et il y a de quoi contenter les amateurs de légumes.

Louis Moulin

Y aller :

Aux Fourneaux, 4 rue Santeuil, 44000 Nantes. 02.51.82.59.46/02.57.54.61.41
Du mardi au samedi, 12h-14h, 18h30 – 21h.

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Départ en vacances : Comment sécuriser votre mobile des cyberattaques ?

En termes de virus, votre smartphone est lui aussi menacé par des cybers menaces. Menaces qui s'accentuent avec les...

Pass sanitaire, géopolitique de la Data, copie privée ? Interview de Benjamin Bayart et Marc Rees

Pass sanitaire, géopolitique de la Data, copie privée ? Interview de Benjamin Bayart et Marc Rees Benjamin Bayart est un...

1 COMMENTAIRE

  1. L’adresse était déjà connue du Petit Futé… mais aussi de nombreux Nantais avant la pandémie ! Ce restaurant de qualité existe depuis bien des années.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Tyrannie sanitaire. Le désespoir d’un restaurateur nantais

Charles Henri Le gaillard est à la la tête d'un restaurant idéalement placé, au cœur de Nantes. Une affaire qui marche, une table reconnue,...

Nantes : manger comme au resto pendant le confinement, c’est possible

Le nouveau confinement du à la "crise sanitaire", autrement dit cette curieuse situation où le gouvernement n'est pas capable d'empêcher les islamistes de passer...

El Picaflor. Le tigre allaite au pied de la montagne Sainte-Geneviève

Au cœur de Paris, Le Picaflor propose le meilleur de la gastronomie du Pérou à un prix accessible. La cuisine péruvienne moderne est un des...

Aire de España. Les fiancés de la mort se donnent rendez-vous à Ruffiac (56)

Il n’est pas banal de trouver au coeur de la campagne bretonne un restaurant espagnol dont un des créateurs est un ancien légionnaire des...